Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Nouveau gouvernement : L’entrée seulement de sept noirs remet-elle en cause l’existence politique des noirs en Mauritanie


Nouveau gouvernement : L’entrée seulement de sept noirs remet-elle en cause l’existence politique des noirs en Mauritanie
Cette question sempiternelle est la pierre angulaire des luttes politiques en Mauritanie. Ces derniers temps, nous avons remarqué la relative tendance à remettre sur le tapis la question identitaire et l’existence politique des noirs mauritaniens.

Est-ce bon signe ou mauvais signe? Utile ou digression vaine? Passage obligé ou régression? Depuis le décret portant nomination du gouvernement de la deuxième république, les langues se sont déliées. Des mauritaniens dans la majorité, des halpulaars, des wolofs et des soninkés crient au scandale et a l’exclusion, au quota réservé aux noirs depuis l’indépendance. Ils ont dénoncé avec fougue le refus péremptoire des systèmes de former un gouvernement équilibriste dans lequel toutes les composantes nationales participeraient.

Ainsi dans le but de s’affirmer, de marquer ses empreintes dans le champ politique national, beaucoup de mouvements d’organisations et de formations politiques ont vu le jour en Mauritanie. Ils ont compris et dépassé la rhétorique d’une lutte armée qui serait fatale a la cohésion nationale voire qui mettrait en péril l’existence de la Mauritanie elle même. Ainsi la priorité a été donnée à la politique, à l’action politique pour changer la situation des négro mauritaniens. La priorité doit être la reconnaissance de notre existence politique: c'est elle qui est la clef de la question identitaire, non l'inverse.

Faites participer des noirs à égalité au gouvernement. Sinon, c'est la rechute, la régression, le grattage de bobo. Il y a une façon de se replier sur l'intériorité qui donne l'impression d'être à qui manque d'extériorité. Des signes d'un tel repliement s'observent à l'heure actuelle.

Ce repliement représente un danger, une tentation. Le président élu Mohamed Ould Abdel Aziz a voulu certes faire le jeu de l’apaisement en reconduisant le premier ministre du gouvernement de transition national, pour se rapprocher de l’opposition et l’inviter en conséquence à construire ce pays.

Est-ce pour autant une excuse suffisante? Il y a véritablement là une réelle régression, un découragement innommables qui ont enfantés par ce gouvernement où des noirs sont nommés selon un quota et dans ce même quota, une composante nationale exclue, à savoir les wolofs.

N’essayez pas alors de saper cette triste réalité sciemment voulue. Le président Aziz manque de visibilité politique de bon entourage. C’est une politique de vernissage. Comment un pays qui veut désormais s’inscrire dans la logique du changement peut il continuer à nommer des gens selon un quota et en excluant des communautés?

Cette élection qui portait au pouvoir Aziz, vue sa singularité caractérisée par une forte mobilisation des noirs pour l’élire, il ne trouve pas mieux que d’attribuer 7 postes ministérielles sur 27 aux noirs et réservant ainsi les grands ministères aux personnes de son choix.

Cette entrée politique seulement, je dis seulement 7 négro est la preuve éloquente que le changement est toujours enterré dans le rouge sable de Chinguetti. Cette démocratie de façade.

telaajiienepellatokurengala


Source : Points Chauds -
Dimanche 16 Août 2009 - 16:08
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Yaakar le 16/08/2009 16:29
Aucun gouvernement à notre connaissance n'a jamais rassemblé autant de ministres noirs. Sidi qui comptait 3 ministres noirs dans son gouvernement ne nous dira pas le contraire.
Il ne faut pas s'arrêter à compter le nombre de noirs ou de blancs, il faudra laisser un temps d'adaptation et de travail à Aziz, et viendra UN JOUR le temps du jugement.
VIVE AZIZ VIVE LA MAURITANIE

2.Posté par baidy le 16/08/2009 16:34
Voila, plus que jamais nous devons faire taire nos divergences et s'unir autour d'un meme programme pour faire avancer nos revendications . Ce pays , nous devons retrouver notre place a condition de travailler , de s'impliquer pour nous affimer sans la violence .

3.Posté par Abdoulaye Ba le 16/08/2009 16:50

Beaucoup croient en Mauritanie que la revendication identitaire est synonyme de violence .Non.
Quelques exemples venus d'Amérique latine, où la violence politique est monnaie courante, montrent que toute lutte identitaire ne mène pas forcément au nationalisme, au racisme et à la négation de l'autre. Dans le cas des mouvements amérindiens, c'est même le contraire.


4.Posté par Taarikh le 16/08/2009 17:26
Je ne suis pas d'accord avec Yaakar, il n y a que 4 ministres comme avant, les 3 autres ne représentent rien. Il n y a aucun changement, espérons seulement qu'Aziz tiendra ses promesses et pourra affronter les beydanes conservateurs. Ce sera une tache très difficile. Mais nous lui souhaitons bonne chance et que nous attendons des changements d'ici 6 mois pas plus.

5.Posté par Yaakar le 16/08/2009 20:08
Comment peut on dire qu'un ministre ne représente rien?
Aziz n'a pas un mandat de 6 mois mais bien plus.
Il faut remuer ta langue dans ta bouche avant de sortir tes conneries.
Sans rancune

6.Posté par KOSAM GORKOV le 16/08/2009 20:49
Je pense que le problème ne se situe pas au niveau du nombre de telle ou telle ethnie, de telle ou telle tribut, mais notre combat doit faire de sorte que notre gouvernement soit constitué de mauritaniens capables et compétents et qui ne sont là que pour résoudre les préoccupations de la polutaion.

Qu'ils soient du sud, du nord, de l'est ou de l'ouest, l'essentiel que nos gouvernants résolvent NOS ATTENTES.

L'HOMME OU LA FEMME QU'IL FAUT À LA PLACE QU'IL FAUT.... VOILÀ LE COMBAT QUE NOUS DEVONS MENER ET NE ME DITES PAS QUE C'EST IMPOSSIBLE!

LA LUTTE CONTINUE!

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542