Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Passif humanitaire : Balas rejette la résolution.


Passif humanitaire : Balas rejette la résolution.
Le discours du général Mohamed Ould Abdel Aziz tenu à Kaëdi, le 25 mars dernier a été salué par ses sympathisants comme étant une allocution historique. Mais bon nombre de gens aujourd’hui ne sont pas de cet avis, car la solution du passif humanitaire dont il a été question dans ce discours est loin d’être satisfaisante. Balas est de ceux-là.

Dans une salle archi-comble de la nouvelle Maison des Jeunes, le président du Parti Mauritanien du Concret a laissé entendre qu’il n’est pas pour une solution qui se passe du devoir de vérité.

Au cours d’une conférence de presse, tenue avant- hier après-midi à la nouvelle maison des jeunes, Balas, président du Parti Mauritanien du Concret a rejeté la résolution du passif humanitaire adoptée par la junte au pouvoir à Nouakchott depuis le 6 août 2008. «Le discours tenu à Kaëdi le 25 mars (par le général Mohamed Ould Abdel Aziz) portant sur la résolution du passif humanitaire est appréciable, mais le règlement en cours pour dépasser le passif est inadmissible», a laissé entendre Balas devant plusieurs centaines des ses sympathisants. Le 25 mars à Kaëdi, Mohamed Ould Abdel Aziz, dans un discours prononcé avec la vigueur qu’il faut, avait déclaré que le problème était dépassé et qu’une solution inspirée de l’Islam est apportée à cet épineux problème.

Les médias publics s’étaient alors emparés de ce discours pour le qualifier de discours historique. Plus récemment encore, le Ministre des Affaires Etrangères avait affirmé à Genève que ce problème avait été dépassé. Mais la plupart des organisations de défense des victimes et les ayants droit ont fait savoir qu’ils n’étaient pas de cet avis et dénoncé ce qu’ils appellent un chantage, parce que les veuves et les orphelins des militaires massacrés, sous le régime odieux de Ould Taya, n’ont eu droit aux indemnités qu’en renonçant à leur droit de poursuite contre les auteurs des crimes et exactions. Ainsi Balas fait partie de ceux qui dénoncent une solution qu’ils jugent non équitable.

«Il est inadmissible que les organisations des victimes soient tenues à l’écart de la recherche d’une solution visant à dépasser le passif», a-t-il laissé entendre devant ses partisans venus l’écouter avant- hier. Pour évacuer le boulet, «il faut mettre en place une commission d’enquête indépendante destinée à établir la lumière sur l’ampleur des crimes et exactions commis», a-t-il poursuivi. Balas était cadre de l’AJD/MR.

Apres le coup d’état du 6 août, il a quitté ce parti pour divergence d’opinion avec son leader Ibrahim Moctar Sarr ; depuis, la guerre semble ouverte entre les deux hommes. Mais si ces deux hommes peinent à se retrouver à nouveau dans un même parti politique, il n’en demeure pas moins que leurs opinions convergent dans le même sens en ce qui concerne le règlement du passif humanitaire.

L’homme d’affaires, Balas, qui a perdu une grande partie de ses biens lors des événements de 1989 et le journaliste de formation et homme politique, Ibrahim Moctar Sarr, qui est passé par le bagne de sinistre mémoire de Oualata, pensent tous deux qu’il faut nécessairement passer par un devoir de vérité pour dépasser le passif humanitaire. Sur ce point, ils font partie d’un mouvement plus vaste qui milite aujourd’hui encore pour un règlement équitable dudit passif.

Samba Camara

Source: biladi


Lundi 11 Mai 2009 - 14:15
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par BA Djibril le 11/05/2009 14:50
Quand la communauté des victimes en Mauritanie sera unie nous vaincrons. On ne peut que saluer cette convergence. Démanteler le système est un impératif. Il ne faut pas qu'il y ait dispersion d'énergie.
Vive l'unité de la communauté des victimes.

Djibril BA

2.Posté par Hamady le 11/05/2009 15:46
Je souscris à ce qu' a écrit Djibril Bâ.

3.Posté par Thiali Soumii le 11/05/2009 16:43
Pour unifier, il ne faut pas commencer par s'inscrire dans la dissidence. Balass ne s'est jamais illustré dans le combat pour la communauté. Bien entendu, il n'est jamais trop tard pour commencer, mais avouons le, cette entrée n'est pas brillante.
Thiali SOUMII

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542