Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Politique de migration : Le Bit encourage la démarche circulaire


Politique de migration : Le Bit encourage la démarche circulaire
Parce que la migration circulaire permet aux candidats à l'émigration de faire la navette entre leurs pays d'origine et celui d'accueil, le Bureau international du travail l’encourage. D’autant qu’une étude menée au Sénégal, en Mauritanie et au Mali démontre que moins les migrants résident dans les pays européens, moins ils leur posent des problèmes.

De plus en plus en plus, l'Europe se replie sur elle-même. Parallèlement à l'émigration choisie, le vieux continent encourage le retour des migrants vers leurs pays d'origine. Ce qui n'est pas sans risque pour les principaux intéressés. En ce sens que leur réinsertion dans le tissu socio-économique de leurs pays pose plus de problèmes qu'elle n'en résout. Sous ce rapport, le Bureau international du travail (Bit), par le biais de son Projet de bonne gouvernance de la migration de main-d’œuvre et son lien avec le développement au Sénégal, encourage la migration circulaire. Une méthode qui permet aux candidats à l'émigration de faire la navette entre leurs pays d'origine et celui d'accueil. Selon le coordonnateur du projet Federico Barroeta, sur la base d'études menées au Sénégal, en Mauritanie et au Mali, il a été découvert que moins les migrants résident dans les pays européens, moins ils leur posent des problèmes. Par conséquent, l’étude sur ‘la migration du retour’ préconise une meilleure gestion, par les gouvernements africains, des conditions d’un retour et de la réinsertion réussis permettant une réinsertion dans le pays d’accueil.
Responsable au sein dudit projet, Badara Ndiaye estime qu'on ne peut pas dissocier la question du retour des migrants des nouvelles règles sur l'émigration en Europe. Pour lui, ‘maîtriser la question du retour, c’est maximiser le potentiel de la circulation des migrants’.En effet, les résultats préliminaires de cette étude montrent qu’il y a ‘une demande des migrants à bénéficier d’un travail d’accompagnement pour faciliter leur retour’. A l’en croire, les migrants candidats au retour se posent énormément de questions sur leurs conditions d'accueil et de réinsertion. Ce qui pousse Federico Barroeta à estimer que le retour doit être préparé et non improvisé. Pour lui, la personne doit préparer les différents aspects aussi bien économiques que sociologiques ou socioprofessionnels pour faciliter la réintégration dans son pays d’origine. ‘Généralement, les personnes ont des motivations différentes pour décider de retourner, mais ils sentent, par moments, le besoin d’être mieux outillés avant de regagner leur pays d’origine’, souligne-t-il.

L’étude qui a été restituée visait à avoir un regard sur les politiques publiques, afin de faire des propositions les aidant à améliorer leur vision sur les questions de retour et de la migration circulaire. Elle renseigne que ‘connaître la manière dont s’organisent les pratiques de la circulation et celles de liens transnationaux entre les migrants et leur pays d’origine, constitue un outil principal pour les politiques publiques en matière de migration. Elle permet de définir les politiques de réinsertion pour exploiter le potentiel que constituent les migrants. En lien avec la question de la circulation mais aussi les ressources techniques et les compétences des migrants’. Il a été cependant déploré le fait qu’il n’y ait pas beaucoup de travaux sur la question du retour.

L’étude démontre que, dans les motivations personnelles des candidats au retour, il y a l’attachement à son pays et la conscience d’un potentiel à mettre au service de son pays en développant des activités à forte valeur ajoutée. Ce qui doit pousser les pouvoirs publics à réorienter leurs politiques vers la migration circulaire.Les réflexions doivent contribuer à améliorer les politiques publiques pour donner aux gouvernements, aux organisations de la société civile, aux acteurs de coopération des informations cruciales sur la manière de traiter la question du retour.

Ibrahima DIAW

Source: walfad
Samedi 30 Janvier 2010 - 16:04
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 540