Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Pour un égal accès des langues nationales à la Rts : Une centaine de Sénégalais manifestent devant l’Ambassade du Sénégal à Paris

Egal accès des langues nationales à la Rts ’, ‘Non à la discrimination culturelle et linguistique au Sénégal’, tels sont les slogans scandés par une centaine de Sénégalais qui manifestaient, ce samedi 25 octobre, à Paris. Les manifestants ont marché du Pont d’Alma à l’ambassade du Sénégal à Paris où les responsables de l’Association pour l’égalité et la promotion des langues nationales à la Rts ont remis une lettre de protestation au gendarme sénégalais en faction.


Pour un égal accès des langues nationales à la Rts : Une centaine de Sénégalais manifestent devant l’Ambassade du Sénégal à Paris
(Correspondant permanent à Paris) - Une marche pour l’égal accès des langues nationales à la Radiotélévision sénégalaise (Rts) a été organisée, le samedi 25 octobre, à Paris. Une centaine de personnes ont marché du Pont Alma jusqu’à l’ambassade du Sénégal à Paris. La procession réclame un égal accès des différentes langues nationales sénégalaises à la Rts. Les marcheurs, encadrés par la police française, scandaient des slogans dénonçant la prédominance, selon eux, de la langue wolof dans les médias officiels. Des slogans parfois violents ont été inscrits sur des pancartes et des banderoles comme : ‘Non à la ségrégation culturelle et linguistique au Sénégal’. Les manifestants ont été parqués derrière l’ambassade du Sénégal, non loin des rives de la Seine. Pendant plus de deux heures, microphones en main, ils ont dénoncé le temps d’antenne ‘insuffisant’ réservé aux autres langues par rapport à celui accordé au wolof par la Rts , sous la surveillance de la police française qui a barré toutes les rues qui mènent aux alentours de la bâtisse diplomatique sénégalaise. Les forces de l’ordre ont mobilisé au moins cinq cars. Et les agents de la Compagnie républicaine de sécurité (Crs) s’étaient apparemment bien préparés, car ils avaient des gilets pare-balles.

L’ambassadeur étant absent, car c’est un jour férié, les manifestants ont remis une lettre de protestation au gendarme en faction, après la médiation de la police française. Dans un passage de la lettre, l’on peut lire : ‘Nous revendiquons l’égal accès aux médias de toutes les langues de notre pays. Nous resterons vigilants et mobilisés car, au-delà de cette revendication, c’est tout le problème de la démocratie et du respect de notre peuple que nous posons.’

Interrogé, le secrétaire général de l’Association pour l’égalité et la promotion des langues nationales, Demba Sow, souligne que ‘cette manifestation fait suite à de nombreux courriers envoyés aux responsables de la Rts pour les alerter sur le fait que nos concitoyens constatent - puisque les médias sénégalais sont accessibles à travers le monde - que beaucoup de langues de notre pays ne sont pas bien représentées dans le paysage audiovisuel sénégalais’. Pour l’illustrer, il estime qu’au niveau de la Rts , ‘quand un responsable sénégalais s’exprime en français, il le fait aussi automatiquement en wolof’. ‘Mais il y a d’autres langues nationales qui s’estiment lésées. Ils sont en droit de savoir ce que disent leurs autorités, leur président de la République , leurs ministres, leurs représentants. Ce n’est pas le cas. C’est pourquoi, nous revendiquons l’égal accès des langues nationales à la Rts ’, explique-t-il.

Avant de poursuivre de plus belle : ‘Par rapport à la place du wolof à la Rts , les autres langues - je ne dirai même pas qu’elles ne sont pas représentées - mais elles sont quasi inexistantes. Le pulaar a une émission chaque jeudi. Les autres langues en ont également un jour de la semaine. Mais le wolof, c’est du 1er janvier au 31 décembre ; c’est du lundi au dimanche. C’est chaque jour, chaque heure, chaque mois, c’est chaque semaine. Mais toutes les langues doivent avoir la même programmation’.

Est-ce que cela ne s’explique pas par le fait que la plupart des Sénégalais comprennent wolof ? ‘Je suis d’accord qu’elle est la langue qui est comprise par la majorité des Sénégalais. Ici en France, la majorité des Sénégalais ne comprennent pas majoritairement le wolof. (…). Ils comprennent le français et leurs langues maternelles. Elles ont droit maintenant à la télévision sénégalaise qu’elles regardent tous les jours, alors que 98 % des programmes de la télévision sénégalaise sont en wolof. Elles se demandent ce qui se dit dans cette télévision. Nos enfants nés ici, en France, ne comprennent pas le wolof, mais leur langue maternelle. Ils nous demandent ce que l’on dit à la télévision’, répond Demba Sow, très en verve. Avant de dénoncer : ‘Même si le président Wade ou son ministre vont au fin fond du Fouta, il parle systématiquement en français et en wolof. Si le Peul parle en peul, on lui dit : ‘Wax ko ci wolof’. Mais si le wolof parle à Fatick ou Foundiougne, on ne lui dit pas : ‘Wax ko ci sérère’. C’est un fait. Je n’ai rien inventé. Et nous ne le comprenons pas et ne l’acceptons pas. C’est pourquoi nous demandons l’égal accès des langues nationales à la télévision et à la radio nationales’.

D’autres questions se posent encore à cause de l’écrasante majorité de la communauté peule parmi les manifestants. Cela ne donne-t-il pas l’impression qu’il s’agit d’un combat d’une communauté cotre une autre ? Ou d’une langue contre une autre ? ‘Je ne suis pas ethniciste (…), mais je constate que le wolof a une place quasi impérialiste au niveau des médias du Sénégal. Je n’en veux pas aux Wolofs. Tous ceux qui sont là ne sont pas contre les Wolofs et les Wolofs ne sont pas contre les Peuls. J’ai même des amis wolofs qui sont d’accord avec moi. Ils me disent qu’ils ne comprennent pas pourquoi quand un ministre parle français, on lui dit tout suite de parler wolof’, explique-t-il. Tout étant conscient que c’est un combat ‘difficile parce que cela peut paraître comme un combat ethniciste ou ségrégationniste, une population contre une autre, une langue contre une autre. Je l’admets en tant que démocrate. Je suis pour l’unité de mon peuple. C’est l’unité de mon peuple qui fait la force de mon pays. Nous sommes pour l’unité du peuple sénégalais et l’égal accès de toutes les langues nationales. On ne nous fera pas dévier de ce combat. (…)’, souligne Demba Sow. Pour se dédouaner, il indiquera que toutes les autres communautés sénégalaises en France ont été informées de la manifestation. Il soutient que son association a fait ‘tous les foyers, toutes les maisons et contacté toutes les associations’. Au final ? ‘C’est vrai qu’ici, il y a 98 % de Peuls, admet-il, mais ce n’est pas de notre fait si les autres composantes de la population sénégalaise ne sont pas là. Nous les avons contactées pour mener un combat unitaire. Ce n’est pas un combat entre Wolofs et Peuls, mais un combat pour la démocratie au Sénégal’, insiste le secrétaire général de l’association.

Les protestataires ne se suffisent pas de cette manifestation. Ils envisagent une autre ‘d’une plus grande ampleur’. ‘Nous voulons faire une manifestation concomitante au Sénégal, en France, en Belgique, en Italie, dans les pays d’Afrique’, avance Demba Sow. Et cela ‘même s’il y aura quatre ou dix personnes devant les différentes ambassades du Sénégal dans le monde’. M. Sow estime que son association va au-delà de la France parce qu’elle est représentée dans tous les pays d’immigration des Sénégalais. ‘Puisque la télévision sénégalaise est présente dans ces pays-là, cela fait que les gens se disent : ‘Je regarde cette télévision, mais je ne m’y reconnais pas parce que je n’y suis pas représenté. Il n’y a que le français et le wolof’. Cette manifestation sera organisée dans deux mois. ‘Parce qu’une manifestation se prépare. Il faut avoir l’autorisation de la préfecture. Il faut que les gens soient disponibles puisque ce sont des travailleurs. Il faut s’organiser pour être libre le jour de la manifestation’, se justifie-t-il.

Moustapha BARRY

Walf
Mercredi 29 Octobre 2008 - 13:31
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par SEYDINA le 30/10/2008 11:02
SVP ARRETEZ VOS DELIRES .LE WOLOF EST LA LANGUE QUI FAVORISE L INTEGRATION AU SENEGAL.PARMI TOUTES LES ETHNIES C EST VOUS SEULEMENT QUI CREAIENT DES PROBLEMES AU SENEGAL ALORS QUE VOTRE LANGUE EST LOIN D ETRE PLUS BELLE QUE LES AUTRES ET QUE VOUS MEME VOUS N ETES PAS MEILLEURS QUE LES AUTRES ...............................................................................xxxxxx JE VOUS SIGNALE QUE LES SENEGALAIS COMMENCENT A DECOUVRIR VOTRE COTE ETHNICISTE ETHNOCENTRISTE .VOUS ETES LES MOINS TOLERANTS DES SENEGALAIS DU MOINS CERTAINS D ENTRE VOUS ..........................

2.Posté par Diop Thialel le 30/10/2008 13:10
Il ne s' agit pas de répondre à la question quelle langue fovorise l'intégration ...Mr Seydina vous êtes hors sujet.Il s'agit d'équité,d'égalité devant l'accés aux médias d'état .Et les organisateurs de la marche que je connais comprennent woloff et dénoncent le manque de prévoyance des pouvoirs publics et cette histoire ne concerne pas que les peuls,mais toutes les ethnies du Sénégal.Quand d citoyens dénoncent une injustice,source de frustrations,de tensions ,il vaut mieux essayer de prendre ça en compte au lieu de casser le thermometre pour soigner sa fiévre.
Inutile de taxer les peuls de tous les maux.
salut Ya seyidna!

3.Posté par Marie E. le 30/10/2008 17:41
Monsieur Seydina. Il semble que vous désirez parler au nom des Sénégalais et des Sénégalaises en "inventant" des émotions et/ou des jugements comme : "LES SENEGALAIS COMMENCENT A ...", c'est dommage. Parlez et écrivez pour vous.

Vous êtes loin du message profond de l'article. Il s'agit d'entendre toutes les langues nationales. Ainsi toute pesonne, de tout âge, pourrait jouir du temps à écouter une émission. Imaginez votre grand-maman assise et qui ne pige pas l'arabe est-ce juste pour elle d'entendre que l'arabe? Pas vraiment. Elle a vécu avec le wolof alors voilà elle mérite bien de saisir ce qu'elle prend le temps d'écouter. Elle a le droit à l'égalité.

Ainsi doit être nos commentaires, Ici et Ailleurs, pour que l'unité soit présente à côté de l'égalité des droits. Cela va de soi pour les langues.

Bonne fin de journée.


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542