Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Présidentielle du 18 juillet: Les islamistes cassent la dynamique d’une candidature interne du FNDD


Présidentielle du 18 juillet: Les islamistes cassent la dynamique d’une candidature interne du FNDD
C’est le flou artistique ! Le parti «Tawassoul» (islamistes modérés) a décidé de ne pas donner de détails sur sa position par rapport à la présidentielle du 18 juillet. Plusieurs options auraient été discutées dans le dernier conseil national de ce parti, parmi lesquelles, une candidature interne à Tawassoul, celle d’Ahmed Ould Daddah et enfin ; la candidature unique du FNDD dont Tawassoul assure la présidence tournante.

Mais la session du conseil national n’a pas permis d’avoir une idée précise de l’orientation future de ce parti et a incontestablement brisé la dynamique d’une candidature unique au sein du FNDD dont toutes les composantes -à part Tawassoul- s’accordent déjà sur Messaoud Ould Boulkheir.

Plusieurs raisons ont été avancées pour expliquer le flou entretenu par les islamistes. La premiere, pourrait se justifier par le pragmatisme politique. Le putsch du 6 août ayant en partie échoué, la présidentielle du 6 juin a été reportée, une nouvelle recomposition du paysage politique est entrain de naître sur les cendres du militantisme anti-putsch qui n’est donc plus un dénominateur commun.

D’ailleurs Ghoulam Ould Haj Cheikh l’un des dirigeants islamistes l’a dit récemment : «la page du putsch est tournée, Ould Abdel Aziz est un candidat comme tous les autres !».

La seconde raison qui explique le suspens entretenu par les islamistes pourrait être liée à la nature de la candidature unique déjà annoncée par les composantes du FNDD dont le choix s’est porté sur Messaoud Ould Boulkheir. Les analystes proches de Tawassoul estiment qu’une candidature unique du FNDD ne garantit pas une orientation unique du vote de l’électorat du FNDD.

Il serait suicidaire affirment-ils de ne pas multiplier les candidatures pour tenir compte de la diversité des électeurs. Une option ont-ils estimé, qui aura l’avantage d’imposer un deuxième tour dans lequel le FNDD sera l’arbitre.

Une troisième raison avancée pour justifier l’hésitation de Tawassoul serait liée dit-on à l’influence (non prouvée) qu’aurait exercée le Cheikh Dedew guide spirituel de la mouvance islamiste (même s’il n’aime pas être qualifié ainsi) et qui aurait été récemment été démarché par de très hautes autorités militaires soucieuses de faire éclater la cohésion des composantes du FNDD et de s’attirer le soutien des islamistes.

Enfin une dernière raison pourrait être liée à la candidature d’Ahmed Ould Daddah qui est une personnalité hautement appréciée par la base traditionnelle de la mouvance islamiste dont les dirigeants et la base furent tous, par le passé, des militants de l’UFD et de son successeur le RFD.

Aussi la décision du dernier conseil national de Tawassoul est venue habilement masquer les terribles dilemmes, les impératifs et les pressions, pour entretenir le flou et laisser les observateurs interpréter à leur guise, l’orientation future des islamistes qui va immanquablement évoluer vers une alliance avec l’un des deux pôles politiques assez proches du reste : les pôles d’Ahmed Ould Daddah et du général Mohamed Ould Abdel Aziz.

Le parti Tawassoul (ex-réformateurs centristes) reconnu sous le président renversé Sidi Ould Cheikh Abdellahi avait soutenu la candidature de Saleh Ould Hannena à la présidentielle de mars 2007 et obtenu plus de 7% des suffrages.

Ce parti a participé au deuxième gouvernement du président Ould Cheikh Abdellahi sous l’ex-premier ministre Ould Waghf. Mais les ministres de Tawassoul avaient été expulsés de ce gouvernement sur pression des généraux tombeurs de Ould Cheikh Abdellahi et de leurs soutiens parlementaires qui les avaient présentés comme des «fondamentalistes».

Dirigé par Jemil Ould Mansour que certains présentent comme un futur «Abdalla GUL» mauritanien, Tawassoul est incontestablement un parti d’avenir dans une société fortement islamique. Une certaine habilité politique est concédée à Ould Mansour doté d’une habile expertise politique qui se manifeste souvent par les suspens et les sous entendus.

Interrogé en 2004 sur les liens entre les islamistes et leurs éléments impliqués dans la tentative de putsch de septembre 2004 organisée par les «cavaliers du changement» à partir du Burkina Faso, Ould Mansour avait répondu qu’il s’agissait d’accusations émanant de services de sécurité et que même si elles se retrouvent avérées, n’impliqueraient que des personnes et non la mouvance islamiste.

Deux années après, en 2006 au cours de la transition, Jemil Ould Mansour se vantera sur la Télévision de Mauritanie de «l’expérience militaire commune» entre les islamistes et les «cavaliers du changement » ! Une «expérience commune» qui se prolongera d’ailleurs à la présidentielle de mars 2007.

Pressé en juin 2008 de prendre position par rapport à la fronde parlementaire et au différend persistant entre les généraux et le président Sidi Ould Cheikh Abdellahi, Ould Mansour avait répondu -non sans brin de machiavélisme- : «Nous ne pouvons prendre position dans une affaire qui oppose les militaires et le président Sidi !».

En d’autres termes, le combat des militaires et celui de Sidi, ce n’est pas notre salade. Cela n’empêchera pas Ould Mansour de monter au créneau le 8 août 2008, deux jours après le putsch, pour rejeter le coup d’Etat. Et c’était quand même, à son honneur !

Au mois de mai 2009 Ould Mansour était également monté au créneau suite à la publication d’un communiqué du FNDD qui se félicitait de l’hostilité américaine vis-à-vis de la junte et s’en prenait à la position de la France.

Les observateurs avaient estimé que le dirigeant islamiste avait travaillé ainsi contre son camp, même s’il est certain qu’il prenait une telle position sur pression de l’aile radicale et anti américaine du parti Tawassoul, à l’époque déstabilisé par l’appropriation faite par le général Ould Abdel Aziz de certains de ses thèmes de mobilisation, notamment, avec le soutien fort apporté au peuple palestinien à Gaza ainsi que le gel des relations diplomatiques avec Israël. Des thèmes fort usités par les islamistes et sur lesquels, ils se retrouvent doublés.

MAOB

Source: tahalilhebdo

Dimanche 14 Juin 2009 - 21:36
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par ELZAZIUM le 14/06/2009 21:41
Cause toujours Mansour ............

2.Posté par Xmandiallo le 15/06/2009 12:12
Tawassoul FNDD du pareil au même , ils ne s'entendront pas, chacun veut le fauteuil, nous l'avons compris depuis longtemps, des parasites.Dehors tous les Mauritaniens ont compris vos manigances. Vous ne pouvez plus tromper personne. L'avenir de notre pays vous importe peu seul vos portefeuils vous intéressent.

3.Posté par Baaba THIAW le 16/06/2009 00:31
Je ne vois rien de bon dans ce visage. Tout respire la méchanceté. Regardez le attentivement vous comprendrez..

4.Posté par JAM le 16/06/2009 04:29
jamal ne veut pas être derrière un nègre, c'est un raciste. Il ne veut pas être dirigé par un HARATIN, c'est tout.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542