Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

REPONSE AU DISCOURS DU COLONEL ELY A L'UNESCO


REPONSE AU DISCOURS DU COLONEL ELY A L'UNESCO
A l’occasion de la célébration de la Shoa, c’est –à dire la mémoire des Juifs exterminés à la deuxième guerre mondiale. Le colonel Ely, ancien président du CMJD qui a conduit la transition qui a abouti aux élections de 2007, avait signé les accords de Cotonou qui interdisaient la prise de pouvoir par les armes. A l’UNESCO où il a été officiellement invité, il a lu une déclaration et un poème.

A l’UNESCO, le colonel déclara entre autres : « A l’heure où les plaies du proche orient sont toujours ouvertes et mes frères palestiniens blessés dans leur chair et dans leur âme par une violence et une iniquité désespérantes, ma présence ici n’est pas une évidence comme responsable politique, comme arabe, comme africain, comme musulman ; comme arabe, comme musulman, je m’exprime devant vous. La mémoire de mon peuple n’est pas souillée par l’abjection de la Shoa ; elle ne résonne pas non plus des voix de ceux qui sont disparus dans les camps.

Comme arabe, je pourrais dire que la Shoa m’est étrangère, que celle-ci est une affaire d’européens, ce qu’elle a consacré, c’est la mort de l’humanisme occidental ; j’aurai tort ; j’aurais tort devant les vivants, j’aurais tort devant les morts.

Tort devant les morts d’abord, ce serait nier mon humanisme, même que dire : « Oui cette abjection a eu lieu ; non elle ne me concerne pas ; » Ceux qui sont morts dans les camps de concentration étaient mes frères, mes sœurs en humanité. Mon frère, l’enfant de Treblinka, ma sœur la fille d’Auscwitch.

Tort devant les vivants ensuite ; si je ne crois pas à la résurgence du nazisme, je crois que la barbarie est là, présente en germe dans l’évolution du monde vers des sociétés atomisées, technicisées, biologiques, qui fabriquent la solitude des masses, et l’individu sans défense. Je crois que seule la transmission, inlassable de la mémoire de ce qui s’est passé peut nous garder de nouveaux désastres car, ce qui s’est passé est une rupture à l’échelle universelle : des hommes, dans un système d’état organisé, ont planifié sereinement, délibérément, calmement, de gazer d’autres hommes, de gazer des femmes, de gazer des enfants, de gazer des bébés, des vieillards. Qu’avaient-ils fait ces vieillards pour se voir nier leur humanité ? Rien, ils étaient, c’est tout !

Il n’ya pas de pourquoi, il n’ya qu’un comment.

A tous ceux qui prennent de prétexte du scandale de déni de justice contemporain, et notamment de déni de justice en Palestine, pour nier ou justifier l’innommable, je dis solennellement attention. J’ai dit solennellement l’endormissement de la pensée, c’est l’affadissement de ce lieu de solidarité qui fait de tout homme mon frère ; cet endormissement, cet affadissement sont des dangers mortels pour la civilisation des hommes... »

Ce discours emphatique lyrique et humaniste que le colonel Ely a prononcé à l’UNESCO pour déplorer l’humanité des juifs gazés qui sont ses frères, les frères de tous les hommes à qui on a nié leur humanité, il le déplore, mais aussi rappelle qu’on doit aussi reconnaître celle de ses vrais frères palestiniens et oublie délibérément celle de ses autres « frères mauritaniens »que leur régime a liquidé d’une façon barbare et humiliante.

J’ai eu l’impression que tout ce qui a été décrit sur les juifs s’applique non seulement sur les palestiniens mais aussi sur les noirs mauritaniens. Il plaide brillamment le dossier des uns et escamote celui des autres. C’est d’autant plus grave que, il a été pendant vingt ans le Directeur de la Sûreté et le gourou du despote O/Taya qui a aussi ordonné à traquer, à attaquer, à embastiller, à liquider férocement les Noirs mauritaniens considérés par eux comme des « juifs mauritaniens étrangers venus du Sénégal » qui ont confisqué « la terre arabe » de Mauritanie.

L’histoire a été falsifiée et le mensonge intronisé. La politique de l’état sioniste appliquée sur nos frères palestiniens que nous soutenons, est la même que l’état raciste, esclavagiste mauritanien de Taya-Ely-Aziz ont appliqué sur les Mélanodermes mauritaniens, en renforçant, magnifiant leur arabité, en niant l’humanité de leurs frères Noirs qui ont aussi leur Treblinka et leur Auscwitch :

1966- Le Mouvement des 19 a été réprimé. L’état a planifié, médité, exécuté froidement des Noirs. Ce fut leur premier Shoa sous le régime civil de Moktar Ould Daddah.

Tous les autres Shoa se déroulèrent sous des régimes d’exception militaires :

1979- La Publication de l’Etat arabo-berbère et la Répression des négro-africains de Mauritanie, arrestation et répression.

1986- La Publication du Manifeste des FLAM, arrestation, répression, liquidation des patriotes à Walata ;

1987- Tentative de coup d’état des officiers Noirs. Arrestation, répression, liquidation.

1989/1991- Arrestations massives des Noirs, licenciement des travailleurs civils et militaires, dénégrification de l’armée, de l’administration et des forces de sécurité, déportations, viols, pogroms et confiscation des biens d’autrui.

Ces Treblinka et Auscwitch mauritaniens qui ont pour Nom : Walata, Jreïda, Inal, Nouakchott, Nouadhibou, Sorimalé et ailleurs ont été tus par le colonel Ely et qui a été l’un de ses auteurs de ces crimes. Connaît il combien de rescapés survivent péniblement ? Sûrement, non !

Ely, en tant que chef d’une junte militaire, a dirigé une transition unanimement accepté qui a abouti aux élections présidentielles de 2007, mais, il n’a jamais pipé le moindre mot sur nos propres douleurs, ni s’efforcer de les apaiser, comme si ces frères palestiniens avaient plus de valeurs que ses frères Noirs mauritaniens. Quelle félonie !

Depuis le putsch du général Aziz, le colonel Ely se réfugie dans un silence inextricable alors qu’il prétend être un responsable qui se soucie de l’édification d’un Etat de droit et de démocratie, contrairement à son cousin qui construit l’autocratie sur les ruines de la démocratie. Il le précise de cette façon dans son discours de l’UNESCO : « c’est pourquoi, j’apporte sans réserve mon soutien à l’initiative Aladin qui vise à transmettre la mémoire de la Shoa dans un esprit de respect mutuel et de dialogue parce que responsable politique engagé fermement en faveur de l’Etat de droit et de la démocratie.

Je ne veux pas de société et d’individus infantilisés, ou manipulés mais des sociétés et des individus pleinement responsables et libres de leurs choix d’hommes et de femmes libres. Le mensonge est une gangrène qui finit par faire pourrir tout un corps social. L’extrémisme quelque soit leur bord et les Oripeaux dont il se drape, est un poison létal. Il ne s’agit pas de hiérarchie l’horreur et la souffrance. Il s’agit de faire en sorte que partout l’ignorance recule, que partout l’humanité avance. »

Le colonel Ely sait bien mieux que quiconque, que l’Etat mauritanien est construit sur le mensonge, de déni de justice, et qu’il a injecté du poison létal dans notre structure social pour anéantir consciemment une humanité, y entretenir une autre. C’est un état défroqué, hypocrite qui ruse avec les principes islamiques. Nous sommes constipés de ses mensonges meurtriers et notre premier devoir est de les dévoiler, de mettre à nu sa nuisance, d’alerter Maures et Nègres sur les risques et les dangers qu’ils engendrent pour la partition de notre pays.

C’est un sacerdoce que nous portons n’en déplaise les détracteurs de tous les acabits. Ces mensonges, le colonel s’est mis au garde- à- vous devant eux sous le régime de Taya qui les a aggravés et élevés au rang de crimes qui ont conduit à nos Shoa précités. L’extrémisme qu’il harponne a été la sève de leur système inhumain qui liquida contrairement au Maroc, la berbérité (hassaniyanité), encensa l’arabité au détriment de la Haalwolsoonikité (Haalpulaar, Wolof, Sooninké).

Leur extrémisme et terrorisme d’état ont consolidé l’esclavage et pulvérisé le dialogue, la tolérance. Ces idéaux indispensables comme l’air et l’oxygène ont été voués aux gémonies.

Au moment où le colonel Ely niait la présence des réfugiés mauritaniens au Sénégal, l’Ambassadeur des USA à Nouakchott leur rendait visite au département de Podor et a déclaré « qu’il a vu, entendu et compris ».

A ce sujet, je lui ai adressé une lettre ouverte en France et une autre à Genève en Suisse et aussi avec les FLAM aux USA et d’autres organisations mauritaniennes nous avions manifesté contre lui devant le siège des Nations Unies à New York.

Votre discours de l’UNESCO n’a pas abordé la négation de l’humanité des Haratines, jusqu’ici considérés comme esclaves en dépit des luttes ardues qu’ils ont menées et mènent sous la direction de Messaoud O/Boulkheïr, Bodjel O/Houmeid, Boubacar O/ Messaoud, Baba O/ Jiddou, Birane O/ Dah et tant d’autres. Je félicite le parti Conscience et Résistance qui, comme FLAM, DEKAALEM, APP, FUAH, IRA, SOS Esclaves, etc. soutiennent ardemment nos frères Haratines et tous ceux et toutes celles qui sont victimes des injustices ; seul le président Sidi a eu le courage de s’attaquer à ce problème par la loi criminalisant l’esclavage, piétinée par les maîtres d’esclaves.

Le colonel et le général semblent ignorer cette question infâme qui nous humilie à l’orée du 21ème siècle.

Tous ces faits et tant d’autres nous font croire que la déclaration du colonel Ely à l’UNESCO n’est rien d’autres qu’une mystification et une dinguerie de plus ! Si le colonel est convaincu des vertus démocratiques, pourquoi ne le prouve-t-il pas sur le terrain politique ?

Taya, Ely et Aziz sont tous de la même farine, sauf que ce dernier pour appâter les électeurs, a demandé d’être pardonné, a promis de réparer l’injustice, mais nous savons que c’est un bluff ; seuls des partis sébiles aux chefs opportunistes et aplatis sont attirés par cette propagande mensongère. C’est une récupération de nos acquis que nous devons récupérer. Ainsi donc, l’un des horrifiques hommes, hors-la-loi, impénitent, qui nous plongea dans un désespoir himalayen, qui prétend abhorrer les injustices effroyables a été impavide devant celles que leur régime inepte et cruel avait provoquées. Les monstruosités qui frappèrent le peuple Juif inspirèrent le colonel Ely à rédiger ce poème qu’il déclama après la lecture de son discours à l’UNESCO.


Vous qui vivez en toute quiétude

Bien au chaud dans vos maisons.

Vous qui trouvez le soir en rentrant.

La table mise et des visages amis

Considérez que si c’est un homme

Que celui qui peine dans la boue

Qui ne connaît pas de repos

Qui se bat pour un guignon de pain,

Qui meurt pour un oui ou pour un non

Considérez que, si c’est une femme,

Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux

Et jusqu’à la force du souvenir

Les yeux vides et le sein froid

Comme une grenouille en hivers ;

N’oubliez pas que cela fut.

Non, ne l’oubliez pas :

Gravez ces mots dans votre cœur.

Pensez-y chez vous, dans la rue,

En vous couchant, en vous levant,

Répétez-les à vos enfants.

Je vous remercie.

Paris, le 27/3/2009

ELY Ould Mohamed Vall



Ce poème du colonel Ely a inspiré Le DR Mourtoudo Diop à écrire ce poème appelé :



LES MEPRISES


Vous qui vivez dans le dénuement, hébétés,

Transpirant dans vos maisons pleines d’anxiété,

Ni table, ni de quoi boire et manger à satiété,

Considérez que, si c’est un homme privé de son humanité

Qui trime dans la boue, sans repos dans l’adversité

Qui rue sur un oui de la bassesse et de servilité,

Et qui meurt pour un non qui défend l’égalité.

Oh ! Femmes debout, armée de ta cordialité,

Vient militer avec ton savoir et ta sagacité

Défier les masochistes qui croient à ton infériorité

Sans perdre ton nom, tes yeux aux éclats de fidélité

Avec l’homme pour le triomphe de la liberté.

Cet idéal qui te régénère porteur de vitalité,

Efface l’oubli, t’aide à résister à la fatalité,

Remplit tes yeux de lynx qui surveillent la sécurité

Et tes seins, boulets plaisants, sans aspérité.

Non ! Nous n’oublierons pas notre passé amputé,

Bien qu’il soit frappé du sceau de la nullité.

Nous y penserons dans la rue, bien qu’irrités,

En nous couchant, en nous levant, en non butés,

Nous le répéterons à nos enfants avec une forte tonalité

Que les vagues de l’aliénation ont ballotée,

Non pas comme une grenouille en hivers raté,

Ou réussi, mais comme un lion, sur sa proie, arc-bouté

De prendre la relève avec courage et pugnacité.

Il a assisté à la cérémonie des Juifs électrocutés

Ou gazés, alors qu’il oublie celle de ses frères persécutés

Traqués, humiliés, spoliés et déportés,

Que Taya employa longtemps pour sa génialité,

Et comme gourou exécutait dans l’ombre, des atrocités.

Ils nous traitèrent comme des ânes bâtés,

Comme des sous-êtres, noyés dans la gentilité.

Oh ! Mes frères qu’avez-vous faits pour être persécutés ?

Oh ! Mes sœurs qu’avez-vous faites pour être dépiautées

Et que des Donquichottes s’acharnèrent sur vous avec bestialité ?

Non ! Je n’oublie pas. Il faut que cesse l’impunité !

Et qu’on se rappelle, ne serait-ce qu’une nuitée,

De notre Shoa pour rallumer notre humanité,

Repoussoir indéniable de l’animalité,

Notre Shoa que les méchants ne veulent ébruiter,

Pour nous aliéner, nos langues sont rejetées,

Nos cultures sous estimées et barbarement ligotées.

Encore des flibustiers vendent le noir, comme du pâté,

Le maintiennent comme esclave, sans le regretter.

Ils ventent leur pureté et supériorité

Au nom de l’arabité et de sacrée islamité,

Qu’ils ont éclaboussé par leur vanité.

Mais, l’arabité et la foi, je ne cesserai de respecter

Y compris tout homme qui ne cherche à m’étiqueter,

A me confondre, ou me fondre dans la mauvaiseté,

Ni considérer mes us et coutumes comme impureté,

A flétrir ou à ramollir mon honneur et ma fierté.

Pourquoi suis-je relégué dans la marginalité,

Alors qu’on ne cesse de prêcher l’entente et l’unité ?

L’hypocrisie ne rime nullement avec religiosité,

Et l’injustice est un poison de la fraternité.

La concorde disparait là où s’efface l’égalité,

Dieu m’a créé, m’a doté d’une sagesse et dignité

Qui les reconnaît, je respecte son humanité,

Qui les piétine, sentira ma férocité.

Je chanterai le « Gumbalaa » pour sauver mon identité

Et celle de l’autre pour enrichir notre Mauritanité.

Résolvons notre cohabitation avec équité.

Pour affermir notre entente et fraternité

En acceptant gaiement nos singularités

Loin de nous nuire, elles embellissent l’humanité.

Comme l’œil, où le noir et le blanc, forment l’unité,

Qui permet d’admirer la beauté de la diversité

Et ensemble de magnifier notre Divinité,

Allah, l’UN, Maître absolu de toute créativité,

Pour qui, la noblesse et la supériorité

Ne se mesurent qu’à l’aune de la piété.

Il hait les hypocrites, chantres de la perversité,

Aime les fidèles qui agissent avec justice et humilité,

Pour obtenir la grâce du jour de l’Eternité,

L’islam, religion immuable, n’est que VERITE

Qu’on ne doit pas utiliser pour légitimer l’inégalité,

Imposture, fourberie, mensonges et insanité,

Elle est LUMIERE qui dissipe les nuages de l’obscurité,

La Guidée qui attire vers la béatitude et la pureté.


Nouakchott, le 12 Avril 2009
Mourtoudo Diop

Source: Flamnet
Mardi 14 Avril 2009 - 13:32
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Djibril BA le 13/04/2009 14:59
Je n'ai pas entièrement lu cet barticle, mais on a pas besoin d'aller loin pour comprendre ce qui arrive à la communauté noire de Mauritanie. Une abscence de réaction à la mesure du comportement de nos seigneurs hypocrites. Ils sont dédouané par le coup d'état nde 2005 de par l'agissement irresponsable de nos dirrigeants noirs.,
Bien on peut continuer de nous insulter après le discour de Kaédi applaudit
Quand nous serons décidés à prendre conscience de notre drame et de nous organiser en fonction pour le respect des nôtres une nouvelle ère en Mauritanie commencera.
Merci Mourtoudo,
Intellectuels de Mauritanie Debout contre l'hipocrisie le principal ennemi de Mauritanie
Djibril BA

2.Posté par Djibril BA le 14/04/2009 05:00
Ils sont cyniques et sans scrupules. Nous ,et nous, peutêtre, lâches. Eux sont au moins cohérents dans ce qu'ils font. Nous, nous ressassons, nous nous plaignons, nous étrippons en attendant le salut.
Le discours est excellent, il aurait été suprême s'il avait mentionné sa cousine,la veuve et ou son cousin l'orphelin d'un exécuté d'INAL. Ce n'est cependant pas étonant car lui au moins est cohérent.
Le drame est en nous. Les équations à résoudre sont en notre sein.
Djibril BA

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542