Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

RETOUR DE CHEIKH ABDALLAHI AU POUVOIR : Ce ne sera pas pour demain


RETOUR DE CHEIKH ABDALLAHI AU POUVOIR : Ce ne sera pas pour demain
"Faut pas rêver." C’est le titre d’une émission diffusée sur une chaîne de télévision française. Cela pourrait épouser la situation politique actuelle en Mauritanie, où certains se prennent à rêver que le président démocratiquement élu Sidi Ould Cheikh Abdallahi, renversé le 6 août dernier, réintégrera ses fonctions de chef d’Etat de la Mauritanie.

D’un autre côté, un front anti-putsch national, l’Union africaine, l’Union européenne et bien d’autres Etats, comme la France, s’opposent au général Ould Abdel Aziz et aux siens. Pour manifester leur engagement dans ce sens, des militants soutenant l’ancien régime de Abdallahi ont essayé une fois de plus de se faire entendre en battant le pavé. La manifestation a été réprimée sans ménagement. Dans le même temps, l’ultimatum lancé par l’Union africaine contre la junte vient d’expirer et l’on attend la réaction de Jean Ping dont l’institution continue d’exiger le départ du général Abdel Aziz et le retour de l’ancien chef d’Etat. Quelles mesures seront prises en représailles par l’UA ?

On attend de voir. Pour sa part, l’Union européenne qui s’est inscrite dans la même logique, attend de la junte qu’elle accède au retour à l’ordre constitutionnel, et certains de ses Etats ont déjà taillé des costumes de persona non grata aux membres de la junte et à leurs acolytes. L’ancien président de l’Assemblée nationale, chez qui on observe tout de même un ramollissement de ton, croit avoir trouvé une solution de sortie de crise. Il propose en effet, un retour de l’ancien chef d’Etat, pour une période définie qui débouchera sur l’organisation d’une élection présidentielle transparente et la formation d’un gouvernement de consensus chargé de conduire les élections. Cette proposition enchante-t-elle la junte au pouvoir ?

Il ne faut pas être naïf. On peut penser, avec le président de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping, que les nouveaux maîtres de Mauritanie ne feront pas tout ce chemin qui n’était d’ailleurs pas sans risques, pour ensuite faire machine arrière et remettre le pouvoir arraché. Cette junte n’irait pas jusqu’à se saborder. Sous cet angle, on peut dire que le retour de Cheikh Abdallahi aux affaires, ce ne sera pas pour demain. La junte, qui, du reste, a visiblement fait fi de toutes ces propositions et menaces, continue son chemin, s’installant dans la durée. Par le biais d’actions diplomatiques menées auprès d’institutions internationales et de certaines personnalités, le général Abdel Aziz et les militaires au pouvoir donnent la preuve qu’ils restent les maîtres du terrain.

Et ils ne semblent pas être pressés pour l’organisation de quelconques élections. Un militaire est en droit de se présenter à l’élection présidentielle s’il quitte l’armée, a signifié, sybillin, le général Aziz, évitant de se prononcer clairement sur son éventuelle candidature. Finira-t-il par s’accrocher à un pouvoir dont il vient de goûter aux délices, à l’image du général Robert Guei et autres ? En tous les cas, il faudra, le plus tôt possible, un retour à l’ordre constitutionnel en Mauritanie.

Il le faut absolument, pour un pays qui avait entamé sa marche glorieuse sur le chemin de la démocratie, et qui, il n’y a pas si longtemps, faisait la fierté du continent.


Par Morin YAMONGBE

Le Pays

________________
Source: lefaso
(M) avomm
Jeudi 16 Octobre 2008 - 13:48
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543