Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Réaction de la communauté mauritanienne aux usa après l’attaque de Tourine


Réaction de la communauté mauritanienne aux usa après l’attaque de Tourine
C’est avec horreur que j’ai appris la nouvelle de l’attaque abominable de Tourine perpétrée contre une patrouille militaire de notre armée nationale. Au nom de la communauté mauritanienne aux USA et à mon nom propre, je tiens à présenter mes vives condoléances à la nation et à condamner avec la plus grande fermeté cet acte odieux.

Pour moi, comme pour beaucoup, la junte militaire au pouvoir a une part de responsabilité dans ce massacre, puisque qu’au lieu de se consacrer à leur complexe tâche de défense de la nation, les hauts officiers s’impliquent dans la gestion politique et administrative du pays.

Je saisis cette triste occasion pour faire part de ma vive inquiétude concernant la situation politique bloquée que continue à connaitre notre pays, la Mauritanie. Depuis les élections transparentes qui ont amenées Sidi Ould Cheikh Abdallahi au pouvoir, j’avais décidé de prendre du recul pour des raisons personnelles.

Néanmoins, je pense que le pays est revenu à la situation qui prévalait avant le 3 août 2005, si ce n’est pis. Il est donc pour moi normal d’une fois encore tirer la sonnette d’alarme. Bien entendu, je ne m’attends pas à être accueilli avec des jets de pétales de roses, comme d’ailleurs, je serais indifférent au jet de pierres, car lorsqu’on a de l’attachement pour son pays, on se doit au moins de réagir, d’agir coûte que coûte.

Je m’adresse à vous, Monsieur le Général ou plutôt le Colonel Ould Abdel Aziz. Je pensais que votre parcours militaire vous aurait quelque peu éclairé et vous aurait appris que prendre des risques avec comme seul objectif la prise de pouvoir a ses conséquences, notamment vis-à-vis de l’opinion internationale, pour qui vous n’êtes désormais qu’un imposteur et un apprenti dictateur. Votre irruption sur la scène politique a provoqué la colère des démocrates mauritaniens et la condamnation de toute la communauté internationale. Bien sûr, vous étiez déjà là auparavant, mais vous étiez comme ces tumeurs bénignes, qu’on sait existantes mais que l’on ignore.

Ainsi vous voilà au pouvoir, faisant fi des condamnations et des menaces de la première puissance mondiale, de la communauté européenne, et de l’organisation de l’Union Africaine qui vous somment toutes de rendre immédiatement le tablier sous peine de mesures de correction qui vous toucherait mais qui surtout accableraient économiquement un peuple déjà mal au point. Ce coup d’état, raccourci ne fait qu’illustrer la fébrilité de vos courtisans, et leur appréhension de perdre les privilèges souvent injustifiés auxquels vous avez déjà tous habitués l’élu d’hier devenu ennemi. Vous osez inaugurer votre accession au sommet de l’état par un triple coup d’état : militaire, parlementaire et constitutionnel ! Et faites appeler cela un mouvement de rectification : il est flagrant que la sémantique n’est pas votre fort monsieur !

A la classe politique, je lance un appel solennel afin de mettre de coté, en ces temps ci, leurs divergences et de travailler main dans la main pour débarrasser le pays de cette junte militaire. Le mouvement de démocratisation engagé il y a de cela deux décennies, et en lequel nous avons tous cru a eu de nombreuses débâcles dont la plus grave fut le scrutin présidentiel de 2007, a l’issue duquel cette même classe fut divisée et trompée par cette même bande. Il est impératif pour elle qu’elle se rende compte de la gravité de la situation. Elle doit se consacrer à dénouer l’impasse provoquée par cette honteuse et illégale prise de pouvoir par le Colonel Ould Abdel Aziz et son conseil. Un compromis s’impose à elle dans les quelques jours à venir. Par la même occasion, elle doit se mettre d’accord sur un programme de consensus et exiger son implémentation dans les plus brefs délais.

Pendant que les mauritaniens attendent la paix, la situation politique qui perdure n’amène que souffrance, instabilité, violence et chaos économique. J’incite donc, le Colonel Ould Abdel Aziz, à prendre le chemin de la démocratie.

La flamme de la résistance ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas. Seule la démocratie est une voie possible pour le peuple mauritanien. Alors, n’ayons pas peur et engageons la.



Vive la Mauritanie.

Mohamed Vall Ould Sidatt
Washington DC
USA.

Samedi 20 Septembre 2008 - 23:44
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543