Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Répression sanglante de la manifestation des travailleurs mauritaniens

Récit des événements de la journée du 7/ 10/ 08
consécutif à l’usage de la force pour briser la marche organisée par l’intersyndicale:


Répression sanglante de la manifestation des travailleurs mauritaniens
Comme le stipule les termes de la Constitution Mauritanienne en vigueur, l’Intersyndicale avait introduit en date du 25/ 09/ 08, une lettre au Wali de Nouakchott l’informant de l’organisation d’une marche le 07/10/08, notamment : à 16 h, le lieux de rassemblement: entre le Stade de la Capitale et l'ancienne Maison des Jeunes et l’itinéraire: l'axe de Polyclinique de la Capitale.

A sa grande surprise, le 6 octobre à 17h15 le Wali leur transmet une réponse laconique sans aucun fondement juridique et administratif, dont le contenu est ceci :

« J’ai le regret de vous informer que nous sommes dans l’impossibilité de répondre favorablement à votre demande en objet. En effet, vous n’êtes pas sans savoir que toutes les manifestations à caractère sociopolitiques dans les lieux publics sont présentement suspendues. »

Après étude de la lettre du Wali, les Secrétaires Généraux des centrales syndicales les plus représentatives en Mauritanie ont estimé que cette réponse refusant la marche constituait, comme les précédentes, au bâillonnement de la démocratie et correspondait à la confiscation des libertés individuelles et collectives, et ce depuis le putsch du 06 août 2008, perpétué par le Général déchu Mohamed Ould Abdel Aziz sur le Président de la République élu, Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi.

Par conséquent, les Secrétaires Généraux (UTM, CGTM, CLTM, CNTM, UNTM, USLM) ont décidé de la poursuite du programme, tel qu’indiqué dans leur lettre précitée. Ainsi donc, le mot d’ordre a été donné aux militantes et militants d’être sur les lieux.
Comme prévu, les manifestants brandirent leurs banderoles portant les slogans de la Journée Mondiale du Travail Décent, dénonçant le coup d’Etat et réclamant le retour à la légalité constitutionnelle.

Sans surprise, la soldatesque et ses hommes de main zélés étaient sur les lieux et se ruèrent sur les manifestants en faisant usage de bombes lacrymogènes, de pistolets de type « Tazer » et des matraques avec une violence et une brutalité sans précédent (voir images ci-après).

Cette répression a fait plusieurs blessés graves, dont les noms suivent :
(La liste des blessés est non exhaustive.)

- Isselmou Ould Veneine : blessures à la tête et fracture du bras
- Adde Ould Baz : fractures au bras et ouverture de l’arcade.
- Raia Mint El Boussaty : évanouissement par asphyxie
- Souleymane : fracture des phalanges
- Benioug : Cadre et responsable syndical de la CLTM, plusieurs hématomes
- Moustapha Ould Bilal : hématomes aux jambes
- Ebbe Ould M’Bary : plusieurs hématomes sur le corps
- Khadijetou Mint Ely Ould Mohamdi : fractures faciales et hématomes.

Plusieurs dirigeants et cadres syndicaux ont été bastonnés, notamment :
- Abderrahmane Ould Boubou, SG UTM
- Mohamed Ahmed Ould Saleck, SG CNTM

Les affrontements se sont poursuivis très tard dans la soirée, sous les caméras des chaînes de télévision et des correspondants des agences de presse à Nouakchott, hormis la presse officielle : ni vu et bouche cousue.

Poursuivant la volonté de préserver le processus démocratique du peuple mauritanien, cité en exemple en Afrique et par les pays arabes et musulmans, les Secrétaires Généraux des centrales syndicales avait prévu une conférence de presse cet après-midi 08/10/08 à Nouakchott

Baba Ould Jiddou

Jeudi 9 Octobre 2008 - 15:28
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542