AVOMM-INFOS
Jeudi 30 Octobre 2014

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......

Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."

E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif:

Mme Rougui Dia, présidente

M.Amadou Bathily , secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, chargé de la communication et porte-parole

M. Demba Fall, trésorier

M. Ngolo Diarra, secrétaire chargé de l'organisation

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Mme Mireille Hamelin, webmestre

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Rétro: Les Mauritaniens, interpellés par le devenir de leur pays ! Par Colonel (à la retraite) DIA Elhadj Abderrahmane


Rétro: Les Mauritaniens, interpellés par le devenir de leur pays ! Par Colonel (à la retraite) DIA Elhadj Abderrahmane
L’ancien président, feu Moctar (Allaahoumma Aghfirlahou We Rahmahou), a intitulé son livre : « La Mauritanie, contre Vents et Marées ».

Naturellement, il avait vu juste. En effet, au lendemain de la déclaration de l’indépendance, la Mauritanie avait tout l’air d’un très vaste désert, faiblement peuplé, et dont les frontières étaient encore mal définies. Les conditions d’existence étaient des moins aisées ; et le pays manquait de tout.
Dans le même contexte, les cadres d’alors, issus de l’administration coloniale, avaient le choix entre rester et servir la toute nouvelle administration mauritanienne ou rejoindre leurs pays respectifs.
Ceux d’entre eux qui ont accepté de rester et servir la Mauritanie constituaient une exception.
C’est vrai, il fallait réellement aimer, et même beaucoup aimer ce pays pour faire le premier choix.
C’est pourquoi les noms de ceux qui ont opté de rester pour accompagner encore cette jeune administration sont tous connus des mauritaniens !

C’est pourtant cette Mauritanie là qui a fini par inspirer beaucoup de respect- en Afrique et dans le monde - et dont les avis ont été, dans bien des cas, écoutés et suivis, mais également dont la voix a pendant longtemps résonné dans les tribunes des Nations-Unies, Arabes et Africaines.
Aujourd’hui que ce pays compte tant d’intellectuels et des sommités dans bien des domaines, le seul débat qui vaille, devrait être un débat d’idées.

Aussi, les propos qui suivent constituent-ils une modeste contribution d’un néophyte en politique ; mais ils sont tout de même une invitation au combat pour le développement et pour un sursaut national, en vu d’un mieux-être !

…………………………………………………………………………………….
La force de notre exception culturelle

La Mauritanie est un pays Arabo-Berbère et négro-africain. Depuis toujours, le pays a résisté à toutes les influences et à toutes les agressions (aussi bien intérieures qu’extérieures). Notre atout majeur reste encore la religion musulmane qui constitue le ciment de l’unité nationale.
En d’autres termes, le pays devrait tirer sa force par son attachement à sa diversité raciale qui pourrait, en définitive, se définir par un même fond culturel, du fait des brassages qui se perpétuent de génération en génération.

La Mauritanie est un pays « sans frontières » ; et ceci, grâce à sa configuration au Nord comme au Sud (des populations unies par des liens séculaires et même de sang par bien des fois, et qui ont de tous les temps vécu en symbiose) : d’où son rôle de trait d’union entre le monde Arabo-Berbère et l’Afrique Noire .

Les mauritaniens, toutes communautés confondues, sont très attachés à leur terroir et acceptent d’y vivre, quelles que soient les conditions, et avec beaucoup d’humilité.

Quand les mauritaniens émigrent vers d’autres cieux, il le font avec beaucoup de regrets et « emportent » toujours avec eux leurs traditions et leur culture, et ceci, quel que soit l’endroit où ils se retrouvent.

Le mauritanien, de prime abord, discret et réservé, est réputé être un homme austère et modeste, mais il est fier et généreux. Dans son apparence souvent trompeuse, il reste malgré tout un homme d’honneur ; il accepte de tout partager, y compris sa propre demeure, pourvu que le visiteur ou l’étranger se sente comme chez lui.

Une nature austère et peu clémente

La Mauritanie est un pays spécifique aussi bien du fait de sa situation géographique que de son héritage colonial.
De par son étendue et des difficultés de contacts entre les zones de vie, le choix avait été vite fait : assurer une présence sur des points stratégiques, pour les besoins de liaison et de sécurité (cas de certaines villes), ou sur des zones d’intérêt économique.
A titre d’illustration, les villes de Zouérate et de Nouadhibou, reliées par le train le plus long et le plus lourd du monde, en constituent un exemple vivant.

Ce monstre, qui avale des kilomètres et des kilomètres de désert chaque jour, va cracher son fer dans les ventres des bateaux qui iront à leur tour alimenter des aciéries lointaines.

En outre, contrairement à beaucoup de pays, la Mauritanie n’a pas bénéficié d’infrastructures, dignes de ce nom, au moment où elle recouvrait sa souveraineté : pas de ports, pas d’aéroports véritables, pas de routes (seulement des pistes), reliant les grands centres de vie ; Il n’y avait même pas de bâtiments pour recevoir la première administration mauritanienne.

Le constat était certainement amer. Mais c’étaient là des chantiers à édifier, en même temps que des défis à relever ; et dans un premier temps et à ce stade des choses, ces défis étaient au nombre de trois :
- lutter contre l’adversité de la nature ;
- lutter contre certains comportements, car archaïsme d’une part, et de très fortes traditions ancestrales d’autre part (si elles ne veulent pas s’adapter à la marche des Etats), ne riment pas avec des projets d’avenir ;
- bâtir un Etat, avec tout ce que cela comportait comme contraintes, obstacles et obligations.
Et très tôt les mauritaniens ont compris qu’ils ne devaient compter que sur leur propre force et sur leur propre génie.

Par voie de conséquence, et en dépit de l’adversité de la nature, le pays s’est imposé son propre rythme ainsi que sa propre conduite, en refusant de se faire « distraire » par tout ce qui n’est pas de son intérêt et de l’intérêt de son peuple.

Ainsi, par ce choix réaliste et raisonné, et quand bien même elle n’a pas cassé des montagnes et dévoré des mers, la Mauritanie s’est « frayé » son propre chemin. Et les résultats sont ceux que l’on observe aujourd’hui :
- un Etat parti presque du néant et qui dialogue aujourd’hui avec le Monde entier ;
- une capitale, sortie des sables et des villes entières, nées- on peut dire - de rien, et qui, aujourd’hui, dotées et équipées de technologies modernes, discutent avec le reste du Monde, sans aucun complexe ;
- des axes routiers reliant l’Est à l’Ouest, et le Sud au Nord, mettant les villes en contact direct avec la capitale et entre elles.
Pourtant, il n’y a pas là lieu de pavoiser, dira le citoyen moyen ou l’étranger qui viendrait à débarquer pour la première fois en Mauritanie.

Cependant, quand on sait qu’il fallait presque une semaine pour relier Nouakchott à Néma en voiture, et presque autant entre Nouakchott et Nouadhibou, et quand on sait surtout le nombre de disparus et de morts (du fait de la soif, d’enlisement de voitures et autres risques liés à la traversée de cette zone jugée dangereuse) sur ce dernier axe, on réalise que de grands pas, et même des pas de géant ont été faits dans ce domaine.

Et ceci est tellement vrai que nous sommes aujourd’hui tenté d’exiger de cette dernière route qu’elle nous rende nos disparus, à défaut de pouvoir nous faire ressusciter nos morts !
- des aéroports, et surtout des ports, permettant à la Mauritanie de traverser des océans pour aller s’arrimer au reste du monde, nous évitant ainsi des ruptures de charges et autres contraintes préjudiciables au transport des marchandises de grands tonnages, sachant surtout les tracasseries auxquelles le pays était soumis pour ce faire.

Un peuple tolérant et ouvert

Sur un autre plan, et dans le même ordre d’idées, nous sommes fiers aujourd’hui de constater que nos oulémas sont sollicités de partout pour aller y répandre leur savoir, avec beaucoup de modestie et d’humilité ; et ceci sans contrepartie.

Quant à la femme mauritanienne (même celle qui n’a pas eu la chance d’être scolarisée), elle s’est imposée par son dynamisme, son esprit créatif, son sens de l’anticipation et son refus d’être uniquement une femme au foyer. L’un de ses points forts est qu’elle ne retient des traditions de son milieu et de sa culture que ce qui la met en phase avec son époque. C’est ainsi que de nos jours, elle traite des affaires de toutes parts.

S’agissant de nos hommes d’affaires (banquiers et autres) et les jeunes entrepreneurs, ils rivalisent aujourd’hui d’ardeur pour se faire connaître partout, après avoir fait leurs preuves en Mauritanie.
Et, pour couronner ces efforts et cette ardeur, nos richesses naturelles (poissons, fer, pétrole et autres terres rares etc.), viennent récompenser ce vouloir faire et ce vouloir exister, pour nous amener à nous imposer aussi bien au plan national qu’international.

Notre diversité culturelle: un atout.

Néanmoins, ce « chemin » parcouru a connu des hauts et des bas, de même que beaucoup de nuits d’insomnies pour les premiers bâtisseurs des sentiers, et surtout pour le premier d’entre eux. Mais il faut admettre que cela s’est malgré tout fait avec beaucoup d’enthousiasme et de volontarisme, mais surtout de sang froid.

Et ce sont ces acquis et ces richesses (au propre comme au figuré) qu’il faut consolider et renforcer davantage, dans la diversité qui est la nôtre. Et cette diversité doit être plutôt un atout, qu’une source de divergence.

En cela, retenir que la Mauritanie est musulmane, arabo-berbère et négro-africaine. Pour ce faire, cultiver alors ce qui peut nous unir (en apprenant à nous apprécier les uns les autres), dans un climat apaisé.

Par ailleurs, y aurait-il lieu d’éviter et même de bannir les termes de majorité et de minorité qui pourraient évoquer dans l’esprit de certains une notion de déséquilibre, de refus ou de rejet tout court, pour ne retenir que le terme de mauritanien : plus large, plus consensuel et, surtout, plus unificateur.
Cette approche n’aura pas été faite pour occulter la réalité, mais seulement pour privilégier ce qui nous rapproche et constitue de façon durable notre force ; à savoir : transcender nos différences (que nous reconnaissons) pour nous unir autour d’un destin commun. Le devoir national nous le commande.
Bien sûr, des marginaux et de « mauvais citoyens » peuvent exister partout.
Et si par extraordinaire ils venaient nuitamment à nous visiter, cherchant à nous chuchoter à l’oreille comme on se passerait des tracts sous les boubous, et sachant manifestement que leurs intérêts ne se confondent pas toujours avec l’idéal mauritanien, ne les laissons pas alors nous détourner des objectifs dont nous sommes convaincus devoir être prioritaires pour le pays.
Ce n’est donc pas le moment de s’arrêter en si bon chemin ou de se laisser distraire : volontarisme, engagement et vigilance doivent être de rigueur.

Notre futur est entre nos mains

Forts de l’expérience que nous avons des régimes passés, c’est aujourd’hui une chance - presque unique - qui s’offre à nous : bâtir les fondements d’un Etat, débarrassé de toutes ses lourdeurs et de toutes ses incohérences, dans un climat serein.
Ce sont là des raisons suffisantes et hautement justifiées, pour « nous fondre » les uns aux autres, pour assumer notre futur commun. Ceci a plus de valeur et surtout plus d’importance que toute autre démarche qui tendrait à nous orienter vers des horizons où nous risquerions de ne pas nous reconnaître.

Désormais les différents contours du pays sont dessinés et les principaux axes bien tracés. L’enthousiasme et l’espoir sont nés dans l’esprit de chaque mauritanien. Il est alors plus que jamais permis de rêver ! Mais tout de même rêver en restant debout ; et un rêve pour un devenir meilleur pour la Mauritanie et pour les Mauritaniens.

Il faut pour cela, et obligatoirement, une certaine dose de civisme et de motivation, en chacun d’entre nous.
Cette Mauritanie qui nous a tant donné et qui nous a installés dans un certain confort (aussi bien matériel que moral) a besoin en retour de citoyens conscients de leur devoir, et prêts à porter haut leur pays.

Ce faisant, nous n’aurons peut-être pas réussi à inscrire notre nom en lettres d’or dans l’histoire de notre pays ; mais, en revanche, pourrons-nous espérer être cités un jour parmi ceux qui auront tenté de hisser ce jeune Etat parmi les nations écoutées et respectées. Nous aurons ainsi et alors la fierté de ceux qui diront avoir participé valablement et dignement, mais aussi de façon visible, aux grands débats et aux résolutions des problèmes de l’heure (santé, éducation pour tous, pauvreté, sécurité, etc.) qui interpellent aujourd’hui notre monde. Que Dieu nous entende ! Amine !!!


Colonel (à la retraite) DIA Elhadj Abderrahmane
Ancien SG du Ministère de la Défense


source: Colonel DIA Elhadj Abderrahmane
Lundi 15 Octobre 2012 - 19:29
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par dembathiam le 20/07/2010 07:12
J'avais du respect pour cet homme calme, competent mais un peu toubab et un peu individualiste.................

Il est bien forme mais inutile pour les noirs. L'Homme apres avoir servi l'assassin Taya raconte sa vie. Surement il cherche a suppleer Ba adama Moussa a la mairie de Boghe.

Apres avoir suce l'argent public le voila dans son projet de vouloir atterir a Boghe pour occuper ou bien le fauteuil municipal, le dpute ou le senateur.xxxx

2.Posté par Djiné Lô le 20/07/2010 09:49
Cher oncle, j'ai bcp de respect pour vous, mais il me semble que votre intervention arrive trop tard. Vous auriez dû faire cette analyse au moment vous étiez en exercice.
Cette intervention semble préparer une reconversion politique. Pourquoi pas!
Votre vraie place se trouve à la tête d'une lutte armée, vocation par essence d'un militaire.

3.Posté par jambere le 20/07/2010 12:20
Vous vous trompez Dia aime son pays, il est loyal.
Le problème de tous ces hommes honnêtes c'est qu'ils travaillent avec des gens malhonnêtes et ils n'ont pas le choix.
Nos militaires sont républicains et les autres tribalistes.

4.Posté par Nadiore le 20/07/2010 12:43
Mr Dia est un républicain, mais il arrive trop tard. Nous savons qu'il est honnête mais je ne vois pas sa contribution dans la lutte. Si j'étais lui je serai en dehors de cette mafia où personne n'est épargné, il n ya que des caids, un monde sans pitié. Je n'aimerai pas que Dia tombe dans leurs filets,il fait parti de nos notables, nous lui devons un respect.
Un seul conseil à DIA n'écrivez plus mais vous êtes libre de faire la politique, tout Mauritanien à ce droit.

5.Posté par Abdoul Bocar le 20/07/2010 13:03
Bravo jambere ou l'avocat des causes perdues d'avance .De qui se moque -t-on quand on glorifie des militaires qui ont agenouillés le pays pendant trois decennies ?
Une armée qui se respecte devrait etre une armée Republicaine celle qui reste dans les casernes en ayant pour mission premiére celle de securiser et de defendre la patrie .
Mais helas ,la lecon lecon maitrisée par les hommes en treillis c'est de fomenter des coups d'etat et des revolutions de palais qui finiront par mener le pays au KO.
Il nya pas de difference entre les officiers beydanes et les negroafricains qui sont tous gangrenés par l'affarisme ,la gabegie et la corruption .

6.Posté par ka le 20/07/2010 16:03
Vous venez tard dia. La mairie ça va être chaud, député impossible, sénateur non. Aimer son pays c aussi aider ces proches.

7.Posté par Saoudatou le 20/07/2010 18:00
Vous racontez du n'importe quoi sur cet homme integre qui n'a commis qu'une seule faute: le fait d'avoir appele au dialogue entre mauritaniens. C'est triste de voir les negro-africains s'auto-denigrer sur la place publique. Oui a l'auto-critique et non a l'auto-denigrement.

AVOMM a aussi une responsabilite dans cette affaire; elle consiste a assainir ce debat democratique et de mettre a la poubelle froidement tous les postings qui n'apportent rien de serieux au debat.

8.Posté par mhd7 le 20/07/2010 23:52
Que c'est chose aisée que de se laisser aller à la calomnie! Une critique constructive fait évoluer la pensée, le mensonge, l'injure, l'ignorance ne sont que des formes de régressions intellectuelles.
L'homme n'a pas attendu d'être à la retraite pour travailler pour son pays, pour sa patrie, mais ce sont des choses que vous voulez occulter dans la mauvaise foi et l'insulte. Tous ceux qui le connaissent ne font que ses éloges, ceux qui ont travaillé avec lui le prennent pour modèle, partout où il est passé, il n'a laissé que respect et admiration. Pour ceux qui est des hypocrites ou des envieux, ils ne peuvent que se taire devant lui, et injurier derrière.
Un homme "toubab"?, "individualiste"?, "qui agit trop tard"?, ou pire, "qui a des ambitions politiques?", décidément vous ne le connaissez vraiment pas. Il ne s'agira pas pour moi de me rabaisser à vous répondre en insultes ou en médisances. Je vous laisse face à vos propos, et devant Dieu.

9.Posté par cheikh le 21/07/2010 00:24
Le train de vos insultes roulent sur les rails de notre indifférence et s'arrêtent à la gare de notre mépris, à nous autres patriotes!
Il n'est pire injure que de calomnier un homme aussi bon et intègre, hélas votre bêtise n'a d'égal que votre ignorance!
L'homme ne convoite ni n'aspire à aucun poste politique, il ne fait que donner donner son avis sur une situation on ne peut plus préocupante et qui aujourd'hui est d'autant plus d'actualité.
C'est d'homme de cette candeur, de cette expérience et de cette droiture dont nous avons besoin, alors plutot que de l'injurier rejoignons sa cause, notre cause et battons nous pour redressez ce pays qui en a grand besoin.

A bon entendeur salut!

10.Posté par Noura Mint Tolba le 21/07/2010 00:47
Il s'agit tout simplement d'un article, d'un point de vue, d'une idée. Et ceux qui pensent, que cet article a un but précis, ils se trompent lourdement. Faire des choses de manière anodine, cela existe, même en Mauritanie. C'est encore dommage que dans ce pays, on ne puisse pas exprimer clairement ce que l'on pense, il faut toujours que les gens croient qu'on a une idée derrière la tête. Cela devient de la paranoïa. Ce sont les hommes intègres qui en sont constamment les victimes. Le Colonel n'a pas besoin d'un article pour qu'on reconnaisse son travail, ou ses compétences, il a déjà fait ses preuves depuis très longtemps. Il a servi son pays. Il n'a pas besoin de mener une carrière politique. S'il voulait vraiment quelque chose, il l'aurait obtenu dès le début de sa retraite, avec toutes les relations qu'il a, et les personnalités qu'il a rencontrées quand il était en exercice. J'ai lu l'article en profondeur, et pour moi c'est tout simplement un homme qui exprime ses idées, on peut les partager ou non. D'ailleurs, je ne partage pas tout ce qu'il dit, mais je respecte l'homme, et son initiative. Mais ce n'est pas une raison pour attaquer l'homme. C'est trop petit et trop facile, certaines personnes prennent un malin plaisir de se saisir de cette occasion pour l'attaquer, car pendant qu'il était encore en service, elles n'ont pas eu l'occasion de le faire. Que je me remémore, on lui a jamais rien reproché pendant son service. Il a toujours fait correctement son travail. Imaginez vous une seconde, que beaucoup de cadres comme lui étant à la retraite, et ayant ces idées ou tout autre, mais qui n'osent pas les exprimer par peur de représailles. Vous serez choqués de savoir que telle personnalité pense ceci et que telle autre cela. C'est cela même qui recherchent à avoir des postes par tous les moyens grâce à leurs sports favoris : l'hypocrisie et le mensonge. Cela revient à la problématique récurrente de la Mauritanie depuis la nuit des temps : toutes les personnes et personnalités qui cherchent à faire avancer le pays, on les enterre. Raison pour laquelle, on en est au même stade.

11.Posté par NGARRI LAAW le 21/07/2010 09:50
C'est un bon article d'un homme responsable et patriote rien à dire.

12.Posté par LY CH TIDIANE BENELUX le 21/07/2010 12:44
HONTE HONTE HONTE à ce colonel je ne suis pas de BOGHE mais quand je vois des anciens faucons qui merittent la prison avec leur complice TAYA je me demande s'ils ont quelque chose dans la tête.aprés SOW ABOU DEMBA et DIA qui viendra demain nous tempaniser juste pour un poste de maire ou de senateur juste pour ne rien faire.mon colonel on vend les terres de boghé (50000) auX saoudiens tu dois parler de ça .appeller les boghéens et le fouta en general a manufestter et non pour avoir le poste de maire pour seul but rester comme avant un beni oui oui.la honte.

13.Posté par Demba DIALLO le 21/07/2010 16:33
Bonjour les internautes.
Nous avons connu et connaissons encore Mr DIA qui a toujours servi ce pays avec droiture et intégrité. Durant toute sa carrière il a été un modèle pour tous les militaires mauritaniens. Si être toubab c'est être rigoureux et méthodique dans la vie il l'est. C'est un citoyen comme tout le monde, il est libre de donner son point de vue sur un pays qu'il a toujours aimé et servi.
Organisons un débat responsable et dépassionné.
La Mairie de Boghé n'a jamais été son objectif.
Wa salam
Arrêtez vos contorsions fabulatrices

14.Posté par BokarB le 21/07/2010 19:16
Ce message est emprunt d'une grande sagesse et de beaucoup d'humanisme. Faisant appel à tout ce que nous avons en commun... notre identité mauritanienne au delà de nos origines et croyances.
Ceux qui n'ont pas saisit l'essence de ce message d'apaisement et d'espoir de cet homme d'expérience n'ont absolument rien compris au de venir de notre pays.
Que Dieu vienne en aide aux coeurs meurtris par la haine, la médisance et le mépris des aînés.

15.Posté par Guetchy Bah Houston le 21/07/2010 19:27
Trop tard trop tard??? Qui donc décrète qu'il est trop tard pour clamer haut et fort la vérité. Un homme de l'envergure du Colonel Dia nous a aujourd'hui donné une leçon de sagesse! un exemple à suivre. Un exemple qui va au delà des guérillas du web. Il s'agit de l'avenir de tout un peuple! Mais comment pouvez vous vous asseoir devant le clavier de votre ordinateur et décider pour un peuple qu'il est trot tard pour lui??
Vos langues peuvent pendre aussi bas que votre morale, vous pourrez crachoter votre venin aussi longtemps que vous le voudrez, vous n'atteindrez jamais la dignité d'un homme qui a fait ces preuves et qui a mérité chaque décoration national et internationale qu'il a reçut... si vous avez des doutes, demandez aux jeunes militaires qui rejoignent les rangs: Qui est le Colonel Dia? et vous verrez par vous même l'emprunte indélébile qu'il a laissé au coeur des esprits.
Non, il ne sera jamais trop tard pour se battre pour l'espoir, pour des idéaux humanistes, pour raviver la flamme compatriote qui sommeil en nous. Oui, nous avons besoin de personnes qui croient en l'avenir de notre pays. Je tire mon chapeau et lève ma révérence pour cet article qui est un exemple tant au niveau du contenu que de la forme.
...C'est un appel à l'unité, à la fraternité, à l'espoir. Tant qu'il y aura des hommes comme le Colonel Dia, moi je garderai espoir et aujourd'hui plus que jamais.
Ceux qui se donnent en spectacle en chamailleries inutiles ne méritent pas que l'on s'attarde sur leurs commentaires, ce sont des gens avec cette mentalité qui tirent les mauritaniens et leurs propres frères vers le bas.
Moi je suis du coté de ceux qui comme le Colonel nous tirent vers le haut par la sagesse de ces propos qui nous touchent en plein coeur et nous incite à l'action. Peu d'homme ont ce don...

16.Posté par Mariam THiam le 22/07/2010 11:32
Je réponds à ce LY CH TIdiane.
Honte, honte à toi! Comment tu peux juger une personne que tu ne connais pas. Vraiment tu fais preuve de manque de sérieux et d'objectivité. Juger quelqu'un suppose le connaitre. Alors ferme ta gueule et tu seras plus utile.

17.Posté par Thierno bâ le 22/07/2010 16:15
Ka tu n'es qu'un idiot. Dia a tout sacrifié à sa famille, et pas qu'à elle! Mais à tout son entourage, à Bogué, à Nouakchott, et à la Mauritanie. Mesure tes propos et garde ton venin pour toi. Si tu es de sa famille comme le laissent suggérer tes propos, alors tu n'es rien de plus qu'un ingrat....et un sale con.

18.Posté par ka le 22/07/2010 20:18
Mr thierno bâ ne soyez pas l'avocat du diable. Je me garderai de vous dire idiot. Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire par soucis de ne léser plusieurs individus, de faire éclater notre vivre ensemble. J'ai connu plusieurs hauts responsables négro-africains d' un peu partout mais réellement si nous réfléchissons profondément tous, nous retenons qu'ils ont peu fait. Au moment ou ould taya dévorait les noirs plusieurs ont cherché leurs intérêts( voler de l'argent public et s'enrichir pour abattre leur semblable). En disant cela je ne nomme personne: C EST UNE VERITE IRREFUTABLE. Mais sachez mr bâ que toutes les vérités jailliront un jour. Si les cadres négro-africains dans leur totalité était unie durant les douloureux événements de 1987 à 1993 sur l'essentiel les maures ne pouvaient rien faire. Malheureusement chacun cherchait à se prosterner devant ould taya afin d'avoir un poste. Nous ne devons pas attendre la retraite pour dire la vérité. DIEU FAIT VIVRE CHAQUE INDIVIDU S IL FOURNIT DES EFFORTS; Et puis quand nous menons un combat nous ne devons pas avoir peur de la mort. Je sais que nous sommes tous redevable de la situation actuelle de la Mauritanie. Cependant, je sais que les arabo-berbéres sont en grande partie responsable. Même les Etats-unis qui ont des moyens colossaux négocie avec certains petits états. Je veux simplement dire que les arabo-berbéres ont démontré qu'ils ont la puissance politico-économique et qu'ils ne négocieront jamais avec nous. Depuis 1960 les négro-africains n'ont eu qu'une"infime vie". C'est inacceptable que nos aînés les épaulent dans leurs projets destructeurs.

19.Posté par Thierno bâ le 22/07/2010 22:36
Si ce "diable" là trouve encore des avocats, j'ai bien peur que votre pauvre âme ne soit damnée à jamais. Ayez peur de Dieu.
Mr Ka, vous êtes un extrémiste avec lequel il sera impossible de tenir tout débat intelligent. Vous faites parti de ceux qui divisent, et non de ceux qui rassemblent. Dia n'a fait que publier un article honnête, mais apparemment il n'en avait pas le droit. Vous ne respectez personne. Vous mettez tout le monde dans le même sac et accusez vos aînés des plus infâmes actions. Heureusement, vous ne représentez rien face à tous ceux qui respectent cet homme et qui savent qu'il n'a rien à voir avec les horreurs dont vous l'accusez. Savez vous peut-être ce que lui aussi aurait pu subir? Mais, voyez vous, il n'est pas homme à se plaindre, il endure, prend sur lui et va de l'avant. Rien ne saurait lui enlever sa fierté, son honneur et son honnêteté.
Mr Ka, tous les mensonges ne sont pas bons à dire, alors si ce que vous avez à dire n'est pas plus beau que le silence, je vous suggère d'arrêter de véhiculer vos messages de haine.

20.Posté par Nioly NDIAYE le 23/07/2010 17:40
Bonjour, je suis surprise par le comportement de certains négro-africains qui ne s'expriment que par des insultes et des calomnies. Chaque fois que l'un des nôtres s'exprime,ces frustrés ne cherchent pas à comprendre ou analyser ses propos et le message qu'il nous livre, comme des vautours affamés il se jettent sur lui. C'est la raison pour laquelle que personne ne voudrait prendre le flambeau pour être le dirigeant de cette communauté.
Je vous rappelle que de leur vivant Feu Saîdou KANE et Feu Mourtoudo Samba DIOP furent l'objet de toutes les formes d'insultes mais après leur disparition, on ne tarie pas d'hommages et d'éloges à l'égard de leur illustre personne.
Ibrahima Sarr et Hamidou Baba Kane ne sont pas épargnés.
Comment voulez vous avoir des dirigeants capables de se hisser au devant de la scène à partir du moment où vous êtes leurs premiers détracteurs ? Tant que vous agissez ainsi la situation n'évoluera pas.
La contribution de Mr DIA doit nous interpeler et nous ramener à un comportement plus responsable.
Salutations militantes.

21.Posté par ha le 23/07/2010 22:13
Excellent article. Bien mûri. C important car l'homme est loyal et discrét. Les écrits sur lui démontrent que les négro-africains n'ont encore rien compris. Restons prudent nos dires. Essayons de comprendre l'extrême importance de cet article. Mieux vaut tard que jamais. je suggére aux différents internautes de rester prudent car chacun de nous a un proche parent qui a collaboré de prés ou de loin avec taya. Maintenant essayons de réfléchir et d'appréhender ces multiples articles.soyons courtois. QUE DIEU NOUS MENE VERS LE BIEN.

22.Posté par ould abdallah le 15/10/2012 15:43
Presque 3 annees apres la publication de cet article, j en reviens a ses detracteurs et je me permet de leur faire constater qu ils se sont effectivement lourdement trompes.

Dia n avait aucune ambition politique et son brillant ecrit n avait d autres objectif que de nourir et d eclairer un debat. Les negro mauritaniens devraient plus s unir au lieu de se detracter entre eux. pour avoir travaille avec cet illustre officier je peux vous dire qu il fait partit des meilleurs hommes de cette nation ingrate.

Que Dieu nous vienne en aide.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 516