Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

SITUATION POLITIQUE - État stationnaire


SITUATION POLITIQUE - État stationnaire
La situation politique du pays est stagnante et continue à ne permettre aucune lecture sur ce qui pourrait être l’issue de la crise actuelle.

Les facteurs étrangers semblent toutefois percer sur la balance plus que la donne intérieure.
Malgré tout, les tractations vont bon train en vue de trouver un compromis qui puisse sauver la face à toutes les parties.

Aujourd’hui même, à Addis Abeba (Éthiopie) se tient une réunion entre l’Union Africaine, la Ligue Arabe et l’organisation des Nations-Unies.

Le mauritanien, Mohamedou Ould Abdallah, qui vient de séjourner pendant soixante-douze heures à Nouakchott, où il était dépêché par son organisation, devrait soumettre le rapport de son évaluation de la situation aux participants à la réunion d’Adis Abeba. Il devra le cas échéant présenter des propositions de sortie de crise.

Au niveau intérieur, l’ambassadeur de France a rencontré, hier, Messaoud Ould Boulkheïr, Président de l’Assemblée Nationale. À l’issue de la rencontre, le diplomate français a confié au cours d’une déclaration de presse laconique, qu’il était venu traiter avec le Président de l’AN «la situation actuelle du pays qui préoccupe profondément les autorités de son pays».

Au même moment, l’ambassadeur des États-Unis rencontrait l’ancien patron des patrons mauritaniens et Président directeur général de la Générale des Banques de Mauritanie (Mohamed Bouamatou). Dans la même foulée, le général a reçu, lundi dernier, quatre députés (Ould Maham, Ould Zamel, Kamara Ali Guéladio et Abderrahmane Ould Cheïne). Ces élus auraient sollicité du général Aziz la fixation d’un calendrier de transition. En réponse, le Président du Haut Conseil aurait signifié aux émissaires de l’Assemblée Nationale que celui-ci n’a pas d’agenda particulier qu’il chercherait à faire passer, mais qu’il attend des politiques et des élus de lui faire parvenir des propositions concrètes sur la transition. Le général a souligné que le Haut Conseil est ouvert à toutes les propositions et qu’il est preneur de toute initiative portant calendrier de la transition émanant d’une majorité des forces politiques. Il aurait même signifié aux députés que la balle est dans le camp des parlementaires et des partis politiques. Dans les jours à venir, des parlementaires vont, dans le cadre d’une commission en gestation, se rendre à Bruxelles pour rencontrer leurs confrères du Parlement Européen en vue de leur expliquer la situation politique actuelle et leur demander leur soutien aux nouvelles autorités. Un groupe de parlementaires européens fera, lui aussi, le déplacement de Nouakchott pour évaluer la situation.

Pendant ce temps, l’on parle d’un nouveau plan de sortie de crise qui consisterait, dans le cadre d’un compromis, à envoyer le général Aziz comme ancien Chef d’État bénéficiant de tous les traitements y afférents, alors que l’ancien Président, lui, sera remis, le temps de démissionner, sur son fauteuil. Les pseudo analystes parlent déjà de la date du 15 septembre comme ultime phase de mise en branle de ce scénario.
Ignorer l’étranger
C’est dire, au vu de tout cet arsenal d’initiatives, que les choses sont encore loin de connaître un dénouement heureux. La Communauté internationale, malgré la cascade de condamnations, ne semble pas constituer, pour le moment, une priorité pour la junte. Celle-ci fait montre d’une assurance d’ellemême, à telle enseigne que les pressions étrangères produisent, jusque-là, l’effet inverse de celui pour lequel elles ont été prises. La mise en place du gouvernement en pareille circonstance est un acte qui illustre parfaitement la détermination de la junte à aller de l’avant, quitte à se mettre sur le dos la France et ses “acolytes”.


_____________
Source: biladi
(M) avomm


Mercredi 3 Septembre 2008 - 14:16
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542