Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Sanctions contre la Mauritanie : Wade dit niet


Sanctions contre la Mauritanie : Wade dit niet
Après le dernier coup d’Etat en Mauritanie, des voix se sont élevées de part et d’autre à travers le monde pour condamner cette pratique.

Certains avaient même annoncé des sanctions à l’égard de la junte. Cette décision n’a pas été appréciée par le chef de l’Etat sénégalais. Selon l’Agence de presse Reuters, Abdoulaye Wade a exprimé son désaccord sur le fait d’imposer des sanctions internationales à la Mauritanie pour obliger les auteurs du putsch du mois d’août à rétablir dans ses fonctions le Président élu du pays. C’était hier en marge d’une conférence organisée à l’hôtel Méridien Président sur le travail à Dakar.

«Je ne suis pas d’accord sur les sanctions», a déclaré le Président sénégalais. Seulement, à en croire Me Wade, cela ne veut pas dire qu’il approuve le putsch. Puisque, ajoute-t-il, le Sénégal désapprouve le renversement du Président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi intervenu le 6 août dernier. Toutefois, cette position du chef de l’Etat sénégalais, qui entretient de bonnes relations avec les pays occidentaux, va à l’encontre des efforts de l’Union africaine (Ua), de l’Union européenne (Ue) et des Etats-Unis pour accroître la pression sur les officiers mauritaniens qui ont pris le pouvoir à Nouakchott.



C’est dire donc que les menaces de sanctions pour rétablir le Président déchu Ould Abdallahi sont devenues plus pressantes.

La semaine dernière, Washington a imposé des restrictions aux déplacements de certains membres de la junte qui a évincé du pouvoir et arrêté Abdallahi. Et, c’est au tour de l’Ue, qui avait déjà suspendu son aide non humanitaire, d’entrer dans la danse. Lundi, elle a donné un mois aux putschistes pour libérer et rétablir dans ses fonctions le Président Abdallahi sous peine de sanctions. L’Ua a, également, adressé un avertissement analogue à Ould Abdel Aziz et aux autres tenants du pouvoir

Par contre, le Président Wade, qui a tenté des médiations personnelles dans des conflits africains, préfère une autre formule. «Les sanctions n’atteignent jamais les dirigeants (…) Depuis qu’on les applique, ça n’a jamais touché un dirigeant. Un dirigeant a tous les moyens d’y échapper, lui et sa famille. Ce sont les peuples qu’on sanctionne», lance-t-il.

Pour le maintien du Parlement mauritanien, Wade déclare qu’«il y a quand même des institutions qu’on ne doit pas ignorer, comme l’Assemblée nationale et le Sénat. Ce qui s’est passé en Mauritanie, ce n’est pas la même chose que ce qui se passe ailleurs. (...) Dans ce pays, il y a des institutions qui sont là, on ne les a pas dissoutes, il faut leur demander (leur avis)».

Par Mamadou DIALLO
madiallo@lequotidien.sn

Jeudi 23 Octobre 2008 - 13:56
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542