Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Scrutin du 18 juillet : Rude compétition.


Scrutin du 18 juillet : Rude compétition.
Notre pays, connaîtra sans nul doute une véritable course à la présidence de la République à travers des élections qui s’annoncent déjà très difficiles et pleine d’enjeux. En effet, les élections consensuelles du 18 juillet prochain promettent incontestablement une concurrence de titans entre des candidats de taille.

Déjà, le général, Mohamed Ould Abdel Aziz, auteur du coup d’Etat du 6 Août dernier, aujourd’hui démissionnaire et président d’un parti politique (UPR) compte beaucoup sur son actif de sept mois passés à la tête de l’Etat : « des projets pour les pauvres citoyens.»

Le général poursuivra son discours sur les plus démunis, «délaissés par ses prédécesseurs, la lutte contre la gabegie et le détournement des deniers publics, mais aussi la révision des prix des denrées de premières nécessités… » Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a pris une avance sur les autres promettra plus dans sa seconde campagne.

Ely Ould Mohamed Vall et l’ex Directeur de la Sûreté Nationale du pays, sous le règne de Maawiya Ould Sid’Ahmed Taya (20 ans) et ex président du CMJD chef de l’Etat, lors de la fameuse transition de 2005 à 2007. Crédité par ses partisans «d’une vaste culture », Ely croisera le fer, avec son proche cousin et compagnon d’arme. Devenu le «chouchou» des occidentaux, depuis sa passation de service au président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, Ould Vall, aura du pain sur la planche, car convaincre un électorat, déjà mobilisé par une campagne et les contestations de l’opposition pendant 9 mois ne sera pas facile.

En se déclarant candidat à la prochaine échéance électorale, Ould Mohamed Vall, créera des divisions au sein de sa forte tribu qui sera entre le marteau et l’enclume. Maawiya Ould Sid’Ahmed Taya, autre militaire, recordman de la longévité au pouvoir (20 ans), est pressenti candidat par certains milieux.

Ould Taya, fort de ses vingt ans au pouvoir, sera un candidat (pas encore confirmé) challenger de cette élection de juillet 2009. Délaissé, au lendemain du coup d’Etat du 3 Août 2005, par ses plus proches collaborateurs, Taya, n’hésitera pas à former un nouveau groupe, majoritairement de jeunes qui seront aujourd’hui, derrière sa probable candidature en collaboration avec des notables du pays, qui voient en lui « l’homme de la sérénité et le développement du pays.» Pour d’autre Ould Taya, c’est l’homme de tous les passifs.

Ahmed Ould Daddah, Le chef de file de l’opposition Démocratique et président du RFD, ira sans doute à sa dernière chance. Fort de ses 47% lors des dernières élections présidentielles, Ahmed Ould Daddah, tentera cette fois- ci de jouer toutes ses cartes et miser sur le vote des Mauritaniens à l’étranger, qui pour la première fois iront aux urnes hors du pays, mais aussi sur la mobilisation des électeurs, nouveaux adhérents du « Chargh », transfuges du PRDS défunt.

Ould Daddah, payera peut-être la facture de ses indécisions lors du putsh du 6 Août, qu’il avait cautionné pour finir par s’y opposer, ce qui lui a valu des démissions de plusieurs de ses cadres qui drainaient derrière eux une bonne partie de l’électorat RFD. Messoud Ould Boulkheïr, président de l’assemblée nationale et président de l’APP, sera peut être le candidat du FNDD. Si le FNDD ne vole pas en éclat comme la CFCD d’avant présidentielle de 2007, Messoud, en plus de l’électorat de l’APP pourrait bénéficier de la popularité des islamistes de Tawassoul et des porteurs de voix de Adil.

Mohamed Saleck Ould Heyine, ex Administrateur Directeur général de la Société Nationale de l’Industrie et de Mines(SNIM) pendant vingt ans serait poussé par ses proches au cas ou l’ex président Maawiya Ould Taya ne se portera pas candidat à l’élection du 18 juillet prochain. Comptant sur l’appui des Nordistes, Ould Heyine devra se mobiliser sur tous les fronts pour sauver la face.

Kane Hamidou Baba, Sarr Ibrahima, Shgaïr Ould M’Bareck, qui s’étaient investis pour le scrutin du 6/6, suspendu et reculé au 18 juillet prochain, reprendront la campagne avec peut être une nouvelle stratégie. L’adversaire ce n’est plus seulement le général.

Sid’Ahmed Ould Beylilatou

Source: lequotidiendenouakchott

Mardi 9 Juin 2009 - 18:33
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542