Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Secousses politiques: L’AJD/MR traverse une passe difficile.


Secousses politiques: L’AJD/MR traverse une passe difficile.
Le refus de ne pas condamner le coup d’Etat des généraux est contesté par certains militants qui l’accusent de s’être inféodé à la position de Ahmed Ould Daddah président du Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) dont le parti n’a pas non plus condamné le coup d’Etat.

Malgré toutes les explications données sur les raisons qui font que son parti ne condamne pas le putsch, ses adversaires politiques ne sont pas convaincus du bien fondé de cette position.

Réuni en catastrophe le 28 août en session extraordinaire, le parti décide de faire taire momentanément son porte-parole, Mamadou Kalida Bâ, qui s’est fendu d’un article paru dans flam.net, intitulé «Devoir de vérité, sursaut militant et patriotique », où il fustige le choix de sa formation politique.



Surpris par cette réaction qui reflète la colère refoulée de certains militants de sa base par rapport à la position jugée complice du parti face au putsch du 6 août dernier, le bureau politique de AJD/MR s’est empressé d’éteindre le feu que l’article a pu créer non pour sa cohésion interne, mais surtout vis-à-vis de ses alliés comme le RFD de Ahmed Ould Daddah. Aussi, le communiqué diffusé hier par AJD/MR «demande aux partis politiques tiers cités dans l’article de ne pas tenir compte des allégations de l’auteur » dont il se démarque.

Il faut dire que l’article de Mamadou Kalidou Bâ, porte-parole jusque-là de AJD/MR n’a pas été tendre avec sa hiérarchie, qui selon lui «s’est lourdement trompé de choix, et se faisant, (il) s’est égaré dans sa ligne politique et sa stratégie d’approche ». Il reproche à ses dirigeants d’avoir déclaré le 7 août avoir pris acte de la prise de pouvoir, une décision dira-t-il, «accueillie par de nombreux militants du parti dans le pays et à l’extérieur avec une surprise mêlée d’incompréhension ».

L’homme à abattre.

Quelle est l’ampleur du mouvement contestataire ? Difficile de savoir en ces temps de confusion. A en croire un responsable du parti, derrière cette contestation se profile l’ombre du Front de Libération des Africains de Mauritanie (FLAM) de Samba Thiam. L’organisation ayant fermement condamné le putsch milite pour le rétablissement de Sidi Ould Cheikh Abdellahi dans ses fonctions. Faux, rétorque un contestataire, qui s’en prend violemment aux dirigeants du parti qu’il qualifie de traître la cause négro-africaine.

Toujours est-il que le fossé qui sépare Ibrahima Moctar Sarr de ses anciens amis du FLAM est tellement énorme qu’il devient l’ennemi public n°1 à abattre pour cette organisation. Les deux protagonistes pêchent dans les mêmes eaux ou le candidat du Mouvement pour la Réconciliation Nationale, lors des élections présidentielles de mars 2007 a obtenu un honorable score qui fait de lui un responsable négro-africain en vue dans tout le pays et particulièrement dans la vallée du fleuve.

Cette stature fait apparemment de l’ombre tant dans le milieu du Flam qu’ailleurs dans certains partis politiques ou des responsables négro-africains en mal de popularité trouvent une aubaine dans cette querelle pour distribuer des couteaux aux camarades d’un même parti. Notons que l’AJD s'est rebaptisé à la faveur de son premier congrès extraordinaire pour s’appeler Alliance pour la Justice et la Démocratie/ Mouvement pour la Rénovation. Il a fait fusion avec le Mouvement pour la Réconciliation Nationale avec lequel il avait initié et soutenu la candidature de Ibrahima Moctar Sarr à la présidentielle de mars 2007. Celui-ci se retrouve président du parti. Les instances sont ainsi partagées entre les initiateurs du MRN, les membres de l'AJD et ceux des FLAM/rénovation.

Moussa Diop
Le Quotidien de Nouakchott

Mardi 23 Septembre 2008 - 15:01
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par aissata le 23/09/2008 18:50
sur FLAMNET le titreest autrechose il est écrit ajd mr accuse les FLAM. pourquoi le webmaster change le titre car rien ne prouve que le,nsemble de ajd/mr accuse au lieu d,inventer prière de vous unir pour la cause des Noirs.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542