Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Sidi Ould DAHI ou l’acte manqué


Nous avons tous assisté médusés et presqu’incrédules à la sortie du sénateur UPR Sidi Ould DAHI, réputé proche du président de la République, propos faisant clairement l’apologie de l’épuration ethnique de 1989. Et voilà que pour cet homme au passé pour le moins tumultueux, Ould Taya qui a fait déporter des milliers de mauritaniens noirs et fait exécuter au moins des centaines de nos compatriotes du sud, aurait rendu service à la Mauritanie pour cela.

Mais au-delà du scandale que constituent ces propos pour tout citoyen soucieux de la paix civile et de l’unité nationale, ce qui interpelle c’est la totale impunité que rencontre cette sortie, surtout qu’elle vient d’un sénateur de la République. Ainsi donc en République Islamique de Mauritanie, on peut être élu de la République et insulter sans sourciller des citoyens qui ont été déportés et qui, aujourd’hui encore, sont humiliés au quotidien, parqués dans un provisoire insultant au regard du tort qui leur a été fait par l’Etat. On peut donc être élu de la République et insulter ces gens-là en toute impunité ! On peut insulter toute une communauté nationale, au moment même où le président de la République parle d’unité nationale et de dialogue national, tout cela sous-couvert de notabilité ! Au nom de quel ordre tribal, au nom de quelle amitié, au nom de quelle vassalité anté-républicaine et antirépublicaine, un homme dont la blancheur capillaire cache pourtant mal l’imbécilité des idées, peut tenir publiquement des propos aussi scandaleux ? Qui est donc ce sidi Ould Dahi qui insulte à ce point notre intelligence, notre histoire nationale et notre mémoire collective qui ne retiennent de lui que félonie et trahison ? Le citoyen lambda sait-il seulement que notre jeune pays a construit sa souveraineté contre des « vents et marées » lâchement agités par des traitres de son espèce ? Il est peut-être bon de rappeler une histoire très récente d’ailleurs, pour permettre aux gens d’apprécier à leur juste valeur, les propos de cet homme qui ose nous parler de la Mauritanie et de ceux qui lui auraient rendu service, alors que lui-même a tenté de l’agenouiller dès les premières heures de l’indépendance au pied du trône marocain.

En effet, notre cher sénateur, sans doute frappé d’amnésie, a du oublier que ce pays où il jubile honteusement de l’expulsion d’incontestables citoyens n’aurait pas existé si son projet de l’annexer au royaume chérifien avait pu fonctionner. Car monsieur le sénateur, pendant que de vrais patriotes et au nombre desquels ceux dont vous vous réjouissez de la déportation bâtissaient courageusement dans le désert et dans la vallée les fondements d’une jeune nation, votre esprit de félonie vous inspirait la basse inclinaison à l’allégeance facile à la tête couronnée du nord, au prix d’un confort qui abaisse et avilit. Et vous osez nous parler de la Mauritanie et des mauritaniens de droit, vous qui l’avez vendue au berceau ? Quel culot ! Vous osez nous parler de notre pays, vous qui n’êtes rentré en Mauritanie qu’après le coup d’état de 1978, à la fin d’une guerre où certains de ceux dont vous vous réjouissez de la déportation ont versé leur sang pour un pays que vous avez tenté de vendre ? Le fait est que la générosité de notre peuple (divers et varié ne vous en déplaise monsieur le sénateur !) n’aurait du autoriser votre retour au bercail qu’au prix de la réserve et de la discrétion.

C’est bien parce que nous ne sommes pas dans un pays normal que des gens comme vous peuvent être « élus » et parler en public au point de se croire autorisés à l’arrogance et à l’insulte, alors que votre acte de trahison ne méritait que déchéance de nationalité. Eh oui, c’est le cas de le dire, ceux que votre ami Taya a lâchement déportés méritent plus que vous la reconnaissance de mauritanité ! Mais le paradoxe de ce pays n’est pas à une incohérence près. Car si on peut assassiner sauvagement des soldats qui ont défendu notre intégrité le jour anniversaire d’une indépendance que vous avez voulu torpiller, et vous permettre à vous le félon à peine repenti, de tenir des propos aussi scandaleux et immoraux en République Islamique de Mauritanie, c’est bien qu’il y a au moins deux mots de trop dans l’intitulé du pays. Trouvez les intrus…

Bocar Oumar BA Secrétaire National de la diaspora de l’AJD/MR

Source: ajd/mr
Samedi 25 Février 2017 - 19:28
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par BA Djibril le 26/02/2017 14:53
Si ces propos s'avèrent vrais alors révoltons nous si nécessaire mais puisque ceci ne "semble pas encore nécessaire" continuons d'être humiliés et de nous indigner jusqu'à ce que cela soit nécessaire. Ceux qui tiennent ces propos nous méprisent.


Djibril BÂ

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 541