Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Sortie de crise : Le casse-tête mauritanien.


Sortie de crise : Le casse-tête mauritanien.
On évoquait souvent le casse-tête chinois pour parler d’un imbroglio. Il faut désormais y ajouter le casse-tête mauritanien qui rajoute à la confusion, l’indécision. Un pas un avant, deux en arrière.

C’est en tout cas l’impression que nous donne cette valse politique depuis la signature de l’accord cadre de sortie de crise sous l’égide de la Communauté internationale.

Sommes-nous réellement sortis de l’auberge avec l’entente exprimée par les protagonistes à la crise à Dakar et confirmé par les accords officiels noués à Nouakchott? Malgré les satisfécits et les fleurs que les parties se sont jetées après la conclusion de cet accord, l’on constate toujours que la crise politique est loin d’être écartée.

«Ils ont tout fait pour ne rien faire» indique un citoyen ordinaire lassé par cette crise entretenue pour «des miettes». Le manque de communication des facilitateurs ajoute encore plus de confusion au sein de l’opinion publique qui ne sait plus quel média croire.

En effet, la médiatisation parfois contradictoire parce que souvent fruit d’une supputation désoriente totalement les populations qui avaient cru constater avec la signature de l’accord cadre à Nouakchott le bout du tunnel. La réalité «politique» était une autre !

To be or not to be

Il est peut être excessif de dire que rien n’a été fait depuis la conclusion de l’accord signé entre les deux parties. Cependant, les aspirations des citoyens ordinaires emballés par la classe politique avaient décelé dans les propositions des ministres devant former le gouvernement de transition une matérialisation de la volonté politique des acteurs de dépasser les antagonismes résurgents.

Mais tout le temps qui a suivi la signature de l’accord et la partie de cache-cache que se livrent certains segments du pouvoir politique (gouvernant et opposition) exacerbe le sentiment d’une perte de temps inouïe même «si le diable a toujours été dans le détail» de cet accord pour convenir avec les observateurs.

A vingt jours de la campagne électorale pour un scrutin réaffirmé par la Communauté internationale au 18 juillet 2009, les uns et les autres jouent sciemment avec les nerfs de leurs concitoyens.

«Vont-ils enfin s’entendre sur leur entente» clament certains mauritaniens désabusés par la tournure que prennent les événements depuis Dakar. Le sentiment partagé par une large frange de la population est que les acteurs se complaisent dans une situation qui risque d’envenimer le climat prévalant depuis la signature de l’accord cadre.

«On revient de loin» pensent ces mauritaniens incapables d’avoir un impact sur le cours de l’histoire. La classe politique est-elle capable d’ajourner ses calculs pour faire passer l’intérêt général? La question se pose de plus en plus avec acuité au moment où les prétendants à la confiance du «Peuple» ne manquent pas.

Ce dernier est d’ailleurs désormais convaincu qu’on ne s’en soucie que quand on cherche ses voix. La classe politique lui demande d’ailleurs plus de sacrifice qu’elle n’entend elle-même en faire. C’est la manie insatiable du pouvoir. Et c’est ce qui inquiète davantage l’opinion. La démocratie n’est finalement qu’un moyen pour arriver à cette fin.

Où se situent les blocages?

Le médiateur sénégalais et toute le Groupe de Contact International sur la Mauritanie ne sont donc pas au bout de leur peine. L’ultimatum donné pour avancer les quotes-parts dans le gouvernement avait pourtant porté ses fruits.

Les tractations ont ainsi abouti aux désignations tous azimuts des ministres de la transition. Il ne restait plus qu’à installer un premier Ministre que les accords attribuaient au camp du général. Ce qui fut fait.

Mais les désidératas politiques ont encore repris le dessus avec des rumeurs parfois saugrenues tant l’enjeu de sortie de crise appelle les acteurs à un dépassement de soi. Mais que nenni.

Alors retour case-départ avec de nouvelles exigences qui enlisent encore davantage le pays dans une frénésie d’ubiquité où chacun veut encore arracher des concessions jusqu’à l’agacement de tous, tout en se tirant la couverture du camp qui aura tout accepté.

Ses agissements politiques parfois puérils montrent bien que contrairement aux slogans, le «sacrifice» n’existe pas dans le dico de notre classe politique. Chacun veut tout, tout de suite et pour lui seul. De quoi justifier le scepticisme ambiant qui a fait place à l’euphorie de la signature de l’accord cadre.

JD

Source: quotidiendenouakchott
Dimanche 14 Juin 2009 - 21:01
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par ELZAZIUM le 14/06/2009 21:44
Ne vous cassez pas la tête. ou continuez de chercher. vous perdez votre temps. Le seul gagnant sera: IBRAHIMA MOCTAR SARR l'unique homme candidat qui vit pour l'unité nationale, le passif humanitaire. sinon oubliez tous les autres.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542