Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Trois hypothèses pour la Mauritanie


Trois hypothèses pour la Mauritanie
Le froid dans les relations Hce et Fndd s’est embrouillé davantage après plusieurs marches et sit-in sévèrement réprimés ; un certain nombre de questions se posent quant à l’avenir du pays y égard à cette effervescence où les tensions ont atteint aujourd’hui le Parlement ! Devant cette amère situation, la quête d’une médiation pour un problème intérieur vient d’accentuer cette crise même si certains se montrent toujours optimistes quant à la solution préconisée par Wade et largement battue en brèche par le ministre sénégalais des affaires étrangères, Cheikh Tidjane Gadio.

Compte tenu des protestations de l’opposition qui se traduisent par un boycott des présidentielles du 06 juin prochain, doit-on continuer à défendre ceux qui protestent ? Dans quelle mesure l’ampleur de leurs protestations et les difficultés d’une solution consensuelle doivent-elles déterminer l’ampleur de la situation pour les nouveaux maîtres du Palais ocre ? Comment déterminer les besoins des citoyens des conséquences de la crise politique ? Plus généralement, comment accompagner et soutenir des citoyens en proie à l’instabilité et à la crise économique mondiale? Quelles seraient les conséquences du développement d’un contre-pouvoir « négatif » qui affaiblirait tout retour à l’ordre constitutionnel ?

Les présidentielles du 06 juin sont un relais pour garantir l’effectivité d’une action souhaitée par une Majorité et contestée par une minorité. Seulement cette série de protestation et l’humeur qui n’est pas toujours bonne de nouveaux maîtres génèrent une instabilité potentielle qui entre en opposition avec une stabilité nécessaire à tout retour à l’ordre constitutionnel.

Trois scénarios possibles quant à l’avenir de la Mauritanie.

Hypothèse insouciante : Des correctifs nécessaires Les recommandations assorties des ETG seront mises en oeuvres mais elles doivent toujours faire l’objet d’une régulation politique souple. Le Président élu assume de nouvelles obligations. La Mauritanie est renforcée par un nouveau processus démocratique dont les contours peuvent s’adapter au cours de l’existence d’une chartre inaliénable devant permettre de clarifier le rôle d’une armée citoyenne et moderne. Ce scénario est marqué par une capacité d’adaptation très élevée du désir d’apporter des correctifs nécessaires même si la gestion d’une nouvelle transition pourrait inquiéter certains citoyens.

Hypothèse pessimiste : une « Darfourisation » de La Mauritanie La candidature d’un maure, de deux negro africains et d’un hartani peut favoriser l’évolution d’une éthnisation voire une tribalisation dédaigneuse. Mais également certaines liaisons dangereuses comme le renforcement des relations diplomatiques avec certains pays comme l’Iran, la Turquie, le Venezuela, la Chine ou la Libye n’exclue pas, comme le voient d’autres observateurs, que des différents phénomènes peuvent resurgir : montée de l’extrémisme, retour au cycle de l’instabilité, recrudescence de la violence, vagues de protestations permanentes, multiples formes de déviances sociales, absence d’équité, de justice, inefficacité de l’administration. Ce scénario montre une nouvelle Mauritanie où des opérations similaires à celles de l’Afghanistanseront périodiquement complotées dans ce vaste pays qui fait trois fois la France.

Hypothèse consolante : la solution sénégalaise
Dans ce scénario, une partie des conséquences négatives de la situation ne sont pas traitées et l’équilibre entre opposition et pouvoir est inaccoutumé. La solution n’est pas complète pour d’autres citoyens et la conciliation est sous efficiente pour ce qui est de la gestion de l’après transition. Ailleurs, cette médiation du Président sénégalais qui compte jeudi prochain, effectuer une visite d’Etat en Mauritanie, fait l’objet d’évaluations contradictoires et de vives polémiques.

Ahmed Ould Bettar


Source: points chauds

Mercredi 13 Mai 2009 - 20:07
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542