Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Un ’’ talon d’Achille ’’ du VIH fait naître l’espoir d’un vaccin


Un ’’ talon d’Achille ’’ du VIH fait naître l’espoir d’un vaccin
Dakar, 5 sept (APS) - Des chercheurs américains ont réussi à identifier un nouveau ’’talon d’Achille’’ du virus de l’immunodéficience humaine (VIH) sur lequel il est possible d’agir pour produire des anticorps neutralisants capables d’inhiber de nombreuses variantes du virus, dont celles particulièrement répandues dans les pays en développement, rapporte le quotidien Le Monde visité samedi à l’APS.

Publié sur le site Internet de la revue Science, le travail de cette équipe scientifique ((Scripps Research Institute, La Jolla, Californie) ’’porte sur des anticorps neutralisants capables d’inhiber de nombreux types de VIH (A, B, C, etc.) plus particulièrement répandus dans les pays en développement’’.

’’Pour infecter une cellule, le VIH a besoin de deux molécules, des glycoprotéines, présentes à sa surface. L’une d’elle, la gp120, lui sert à se lier à la cellule, et l’autre, la gp41, à fusionner avec elle. Ces éléments clés pour le VIH sont considérés comme de bonnes cibles pour un vaccin antisida. Un tel vaccin doit être capable de susciter une réponse du système immunitaire sous forme de production d’anticorps neutralisants par les cellules B (lymphocytes B)’’, explique l’édition en ligne du quotidien français.

’’La mise au point de ce vaccin a paru s’éloigner au fil des déconvenues lors des essais cliniques. La plupart des anticorps neutralisants identifiés n’ont montré une capacité d’inhibition que sur un petit nombre de souches de VIH. Ce d’autant que les gp120 et 41 sont très variables, et échappent ainsi aux défenses immunitaires’’, rapporte Le Monde.

Il ajoute que ’’seule une petite minorité d’individus est spontanément capable de produire des anticorps à large spectre, actifs sur un pourcentage élevé de types du VIH, ce qui leur permet de résister à l’infection’’.

Par le biais d’une ’’stratégie de recherche originale’’, les chercheurs américains ont d’abord ’’commencé par examiner l’étendue des capacités de neutralisation du VIH dans le sérum de 1 800 personnes infectées par des VIH n’appartenant pas au type B’’, présent en Amérique du Nord et en Europe, alors que les autres types dominent ailleurs dans le monde.

’’Deux des anticorps neutralisants retrouvés, appelés PG9 et PG16, ne se liaient que faiblement à la gp120 et à la gp41 lors des tests classiques utilisant des formes solubles de ces glycoprotéines. Cependant, ils se révélaient capables de les neutraliser fortement lors de tests plus innovants réalisés avec le virus complet’’, précise-t-on de même source.

De cette manière, les chercheurs ont produit des clones de cellules B, et sélectionné ceux pouvant avoir une production importante d’anticorps neutralisants. En testant les anticorps PG9 et PG16, ils ont constaté qu’ils avaient pour cible deux régions non variables de la gp120.

’’Les anticorps neutralisants larges PG9 et PG16 ne reconnaissent pas une séquence linéaire de la gp120 et de la gp 41, mais une partie de cette séquence et la conformation dans les trois dimensions de la glycoprotéine’’, explique le professeurJean-François Delfraissy, directeur de l’Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites (ANRS).

’’Cela explique leur capacité de neutraliser toute une série de souches sauvages du VIH n’appartenant pas au type B.", précise-t-il, en parlant de cette initiative comme d’un ’’travail important", Jusqu’ici, fait remarquer à son tour Le Monde, ce type d’anticorps neutralisants n’avait été mis en évidence que sur des types B.

Ce travail et la découverte induite ’’ouvre des perspectives pour mettre au point un vaccin visant à produire des anticorps de ce type’’, selon le professeur Delfraissy, qui ajoute : ’’De plus, le pouvoir neutralisant que montrent ces anticorps est suffisamment fort pour que l’on puisse penser que même un vaccin ayant un pouvoir immunogène limité pourrait suffire à induire une protection contre le VIH".

Auteur: BK
APS via seneweb
Samedi 5 Septembre 2009 - 20:29
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542