Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Va-t-on vers l'implosion de l'institution de l'opposition en Mauritanie?


Va-t-on vers l'implosion de l'institution de l'opposition en Mauritanie?
Après le scrutin présidentiel ayant donné gagnant à Ould Abdel Aziz dès le premier tour, le chef de file de l'opposition s'empresse de convoquer une rencontre après moult tergiversations pour dit-on revoir les textes de l'institution de l'opposition.

Cette attitude de Daddah diversement appréciée par les milieux politiques est à bien des égards sujette à caution, tant et si bien que le président de la formation de l'AJD/MR, alors secrétaire général de ladite institution semble être ignoré de cette initiative ou à tout le moins écarté des pourparlers du dimanche prochain.

Cette rencontre, la première du genre, depuis l'avènement de la victoire du général démissionnaire Ould Abdel Aziz à la magistrature supreme étonne de par les leaders de partis conviés à la table de dialogue, en faisant abstraction du président de l'AJD/MR M Ibrahima Moctar Sarr, par ailleurs secrétaire général de l'institution de l'opposition.

Les observateurs les plus avertis se posent bien la question de savoir pourquoi cette attitude du chef de file de l'opposition vis-à-vis de Sarr, quand on sait que jusqu'à ce jour ce dernier fait partie de cette entité politique reconnue par la charte fondamentale et qui, de par son statut ne peut en aucun cas dresser une quelconque restriction quant à son fonctionnement.

Ahmed Ould Daddah, en choisissant de ne parler qu'avec l’UFP de Mohamed Ould Mouloud, l’APP de Mesaoud Ould Boulkheir, RNDRD/ Tewassoul, de Jemil Mansour, Hatem de Ould Hanenna et le PND/Adil de Yahya Ould Ahmed Waghf ce dimanche intègre dans son dispositif les partis politiques qui ont en commun la présence de représentants au sein du parlement et la non participation à la composition du gouvernement actuel de Moulaye Ould Mohamed Laghdhaf.

Ce débat risque d’être houleux, du moment que des divergences profondes existent encore autour des dispositions principales du texte de loi de l’opposition, notamment le droit d’appartenance à l’institution de l’opposition et la question du soutien du gouvernement.

Ahmed Daddah peut-il et doit-il se lancer dans cette aventure du reste importante en faisant fi du secrétariat général de l'institution de l'opposition. Veut-t-il à travers cette rencontre remettre en cause l'appartenance de Ibrahima Moctar Sarr dans cette auguste institution? En réalité, il ne peut pas en aucun cas d'ailleurs porter ce coup à Sarr, lui qui reste sous protection d'une loi contre toute velléité tendant à le soustraire de ses prérogatives. Seulement il n'est de secret pour personne que le chef de file de l'opposition va jouer son va tout pour essayer de faire admettre à ses pairs la nécessité et la délicatesse de revoir les lois qui régissent l'appartenance des parties au sein de l'institution de l'opposition à un moment ou rien ne s'y prête pour qu'il s'empresse de convoquer une rencontre aussi sectaire qu'inopportune. La bataille, la vraie bataille se trouve ailleurs. Cette bataille est ni plus ni moins de se positionner véritablement dans l'arène politique afin de participer au développement de la Mauritanie en fondant une institution de l'opposition responsable et républicaine capable de garantir la paix et de faire face aux multiples défis urgents de l'heure.

Mamadou Ousmane Tall


Source: points chauds
Samedi 29 Août 2009 - 22:56
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Konko Boun Moussa le 30/08/2009 00:24

Institution de l'opposition est une pure création du Tarzan Ely Md VALL .
Plus étonnant encore sa création est faite juste après le premier tour de l'élection présidentielle de 2007 où Sidi et Daddah sont restés en compétition.
Sidi étant le candidat du système politico - militaro -affairiste devait par tous les moyens rempoter sans aucun doute la manche.
Il fallait donc magistralement berner l'opposant de longue date, l'homme de Boutilimit, en plus se croyant unique et digne opposant de tous les temps.
C'est pourquoi donc la création de cette institution taillée sur mesure pour calmer l'ardeur de notre opposant avec les avantages multiples :
Rang de ministre
Logé, véhiculé, chauffeurs, personnel d'entretien, salaires importants, budget de fonctionnement, voyages multiples à l'étranger sur le dos du contribuable, des multiples avantages matériels, financiers, des postes pour ces affidés dans les hautes fonctions de l'Etat, etc...
En contrepartie laisser tranquillement le fonctionnement du système tant que cela arrange le sommet du commandement militaire.
Sidi OULD Abdallah a un certain moment a décidé de remettre en cause la tutelle de l'armée et leurs alliés du système.
Devant cette situation incontrôlable, il fallait très vite actionner simultanément le bataillon parlementaire indépendants dépendants totalement, ainsi que leur salarié et chef de file Ould Daddah de cette institution pour stopper à jamais le danger que représente SIDI le Président élu démocratiquement par le peuple, mais avec leurs soutiens.
Aujourd'hui Ould Daddah est classé 3 e du scrutin du 18 juillet 2009 avec ses 13%, est -il encore chef de file de l'opposition de l'institution d'Ely qui n'a plus de sens.
Va -t-il encore s'opposer à Ely en touche, ou Aziz au sommet avec qui il avait jongler pour déstabiliser l'unique président élu de toute l'histoire politique Mauritanienne.
Massaoud, qui arrive deuxième de ce scrutin peut lui au moins réclamer ce poste de chef de file de l'institution d'Ely Md VALL.
Yakh Haghigha ya Khoyé.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542