Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Verdict au Canada pour crime contre l'humanité: Munyaneza coupable de crimes de guerre


Verdict au Canada pour crime contre l'humanité: Munyaneza coupable de crimes de guerre
Désiré Munyaneza, qui était accusé d'avoir participé au génocide au Rwanda, a été jugé coupable de crimes de guerre.

Cette décision, qui créera un précédent, a été rendue ce matin, au palais de justice de Montréal, par le juge André Denis de la Cour supérieure du Québec, après environ six mois de délibération.

Munyaneza, 42 ans, devient donc la première personne au Canada à être condamnée en vertu de la Loi sur les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre, une législation qui est entrée en vigueur le 23 octobre 2000.

Ce père de famille de deux enfants faisait face à sept chefs d'accusation de génocide, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre pour son rôle dans des massacres et des viols commis près de Butare, au Rwanda. Le juge l'a déclaré coupable pour les sept chefs d'accusation.

Ces incidents ont eu lieu durant le génocide de 1994, au cours duquel près de 800 000 Tutsis et Hutus modérés ont été tués.

Le procès de Munyaneza s'est amorcé à Montréal le 26 mars 2007, et les coûts qui y sont rattachés ont depuis grimpé à plus de 1,6 million $. Des audiences ont été tenues au Canada, en Europe et en Afrique.

Au cours des procédures, le juge a entendu une soixantaine de témoins, dont plusieurs avaient demandé de livrer leur témoignage à huis clos, de craintes de représailles dans leur pays.

Ce procès fort complexe a nécessité une documentation écrite presque sans précédent. En guise de plaidoyer final, la Couronne a notamment présenté un document de 1000 pages, tandis que quelque 30 000 pages de pièces annexes et 16 000 pages de transcriptions judiciaires ont également été produites.

Bien que les Rwandais ont vu plusieurs compatriotes poursuivis pour le rôle qu'ils ont pu jouer dans le génocide, la décision dans le procès de Munyaneza devait générer beaucoup d'intérêt parce qu'il est le fils d'un riche homme d'affaires.

Munyaneza est arrivé à Toronto en 1997 et a demandé le statut de réfugié, une requête qui lui a été refusée. Il a été arrêté en octobre 2005 à sa résidence torontoise après une longue enquête de la Gendarmerie royale du Canada.

Environ un mois après le début de son procès, Munyaneza a été sévèrement tabassé dans sa cellule par un détenu de 17 ans.

Munyaneza a subi une fracture du nez, des lacérations au visage et un traumatisme crânien, et après un bref arrêt des procédures, il a été placé en isolement.

Source: cyberpresse
Vendredi 22 Mai 2009 - 17:38
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par ISMAEL le 23/05/2009 04:21
C'EST UN AVERTISSEMENT AUX MEURTRIERS LA LOI EXISTE. IL A CRU S'EN SORTIR ET NON IL A ETE JUGÉ POUR LA VIE EN PRISON IL SERA. AUCANADALA LOI INITERNATIONALE EXISTE ALROS SI TAYA PASSE IL EST ARRETÉ A LA FRONTIERE ATTENTION AUX AMIS DE TAYA ATTENTION AUX COUPABLES TOUOURS EN TETE ....... PRISON........ JUGEMENT OUI.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542