AVOMM-INFOS
Dimanche 20 Avril 2014

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......

Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."

E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif:

Mme Rougui Dia, présidente

M.Amadou Bathily , secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, chargé de la communication et porte-parole

M. Demba Fall, trésorier

M. Ngolo Diarra, secrétaire chargé de l'organisation

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Mme Mireille Hamelin, webmestre

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

HISTOIRE: Contribution au rétablissement de la vérité sur le peuplement historique de la Mauritanie (Suite) Par Oïga Abdoulaye


HISTOIRE: Contribution au rétablissement de la vérité sur le peuplement historique de la Mauritanie (Suite) Par Oïga Abdoulaye
Vers le sud le Fuuta Tooro enjambait le fleuve et englobait le territoire situé au nord de la vallée du Ferlo. Lorsque le Fuuta Tooro a été réduit à sa plus simple expression, il a fini par désigner la région comprise entre la mosquée de Dagana et Dembakani sur le fleuve principalement peuplée par des Fulbé et Toucouleurs.

C’est le berceau de l’ancien royaume du Tekrur (Vème -XII ème siècle), la partie la plus vivante de l’empire Déniyanké et l’essentiel de la République oligarcho théocratique des Tooroobé.

Avant l’avènement de l’empire Deniyanké sous la direction de Koli Tenella, la république théocratique des Tooroobé de Thierno Souleymane Baal et la domination du Djolof, le Fuuta a été dirigé par les cinq (5) dynasties suivantes :

- Les Jaaoogo de 508 à 720
- Les Tonjon de 720à 826
- Les Manna de 826 à 1082
- Les laam-Taaga de 1082 à 1122
- Les Laam-Termess de 1122 à 1456

La domination du Fuuta par le Djolof de 1456 à 1506

- La dynastie des Jaaoogo (508 à 720)

Les Faddubé sont plus connus sous le nom de Jaaoogo. Toutes les traditions s’accordent à les considérer si non comme les introducteurs du moins comme les vulgarisateurs de la métallurgie du fer dans le pays. De la même façon que Soumaaaoro Kanté, le roi forgeron a dominé le plateau du mandé avant Soundiata Keïta, de même les forgerons Jaaoogo ont eu le mérite d’avoir fondé la première dynastie dont on a gardé la mémoire du Fuuta.

Certains en font des Fulbé jaaoobé : le terme Jaaoogo signifiant le premier Jaaoo. Leur nom patronymique serait Jah dont descendent les Bandelnaabé de Cilon les plus grands propriétaires de la région.

D’autres en revanche pensent que les Bandelnaabé sebbé, fixés sur les collines de Ngeelaan entre Cilon et Baarga sont d’anciens sujets des Jaaoogo qui ont abandonné le métier de forgeron. Mais la tradition la plus admise est que la Jaaoogo est le titre porté par le roi des Faddubé. Il signifierait le maitre du minerai (oogo). Il détenait le monopole et le secret de la transformation du minerai (latérite et hématie) en métal et celui de la fabrication des outils de base (enclume, tenailles, ciseaux).

On les présente comme des étrangers de grande taille venus du nord-est et portant d’énormes… outres- on trouve les traces de leurs fourneaux partout où l’on trouve de la latérite ou de l’hématite en abondance. Leur dynastie qui n’a régné que 130 ou 170 ans sur le Fuuta a vu se succéder au pouvoir trois rois qui ont joui d’une longévité exemplaire : Kumnba Waali (30 ans), Demmba Ndoom (64 ans) et Waali Njaw (56 ans).

La dynastie des Tonjon (720 - 826)

La dynastie des Tonjon est un peuple Seerer qui à remplacé les Jaaoogo après la chute de leur dynastie en 720. Les Seerer ont régné sur le Fuuta de 720 à 826. Ils ont été chassés par les Soninké de la dynastie des Manna en 826. La dynastie des Manna 826-1082 :

Ce sont les soninké du Haayré eux même originaires du Wagadu qui ont conquis le Fuuta aux dépens des Tonjon et fondé en 826 la dynastie des Manna dont la tradition n’a retenu que le premier et le dernier souverain, Mamudu Sumaaré et Cengaan Sumaaré. Avant leur arrivée au Fuuta, ces Soninké étaient en contact avec les commerçants du monde arabo-berbère islamisé. Ils ont servi d’intermédiaires entre ces derniers et les populations du sud en particulier celles des vallées du fleuve Sénégal et du Niger.

Ils étaient donc des « Jula » très acquis à l’islam. Nombre d’entre eux étaient islamisés avant le règne de Waar Jaabi. Avant 826, le Tékrur était probablement une dépendance de l’empire du Ghana. A ce titre, il était fréquenté par les « Jula » gangara qui servaient de relai entre les grands centres du commerce transsaharien et les mines d’or du Buré et du Bambuk. Ils ont atteint la vallée du Sénégal, riche de son agriculture et des produits de son élevage et de pêche. Ils sont de ceux qui ont contribué à faire des berbères Sanhaja des consommateurs du mil.

Le dernier roi des Manna se nomme comme on l’a vu plus haut Cengaan Sumarré. Il passe pour être le plus sanguinaire des tyrans que le Fuuta ait connu. Il avait été renversé par une fraction des Laam –Taaga d’Abu Bakr qui avait pu se maintenir dans le Litaama après la mort de leur Emir.

La Dynastie des Laam Taaga 1082-1122


Les Laam- Taaga sont des Lamtuna qui ont renversé la dynastie des Manna 1082 après la conquête du pays par Abu Bakr Ibn Umar. Ils avaient pour capitale Taaga au pied de la colline située entre Kumballi (Maghama actuel) et Daw. La dynastie des Laam Taaga a été renversée à son tour par les Fulbé originaires du Termess.


Par Oïga Abdoulaye
Sud quotidien


Lire la 1ère partie

Samedi 11 Août 2012 - 16:53
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 507