Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

Ousmane Abdoul Sarr, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Ngolo Diarra

Commissaire au compte Mme Diop Marième

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

LE PLUS BEL HOMMAGE JAMAIS RENDU A NOS MARTYRS, L' HOMMAGE AU LIEUTENANT BAH ABDOUL GHOUDOUSS


LE PLUS BEL HOMMAGE JAMAIS RENDU A NOS MARTYRS, L' HOMMAGE AU LIEUTENANT BAH ABDOUL GHOUDOUSS
par le comité de base BAH Abdoul Ghoudouss de Massy Palaiseau C’est à SOH Mamadou Abdoul, secrétaire chargé de l’Organisation des FLAM-Europe de l´Ouest et membre du comité de base BAH Abdoul Ghoudouss qu’est revenu de dire le mot de bienvenue aux intervenants et au public invité. La famille du martyr était installée au premier rang, et dans la même rangée, on pouvait apercevoir une forte délégation de l’AVOMM, Baba Ould Jiddou de l’APP, une délégation de l’AFMAF, du PLEJ, de l’AJD, du GMR.

C’est avec une solennité que la camarade Secrétaire nationale chargée des Affaires Extérieurs des Forces de Libération Africaines de Mauritanie, Madame SALL Habsa Bannor (modératrice des débats), présentera le martyr. Elle affirme qu’elle-même n’a pas connu feu BA Abdoul Ghoudouss, du moins elle ne le connaîtrait qu’à travers les témoignages qu’elle a entendus sur l’homme, « un authentique mauritanien de par ses origines ethniques », « un nationaliste convaincu », « un patriote sincère », « le plus instruit des militaires mauritaniens de son temps », aussi « le plus bel homme en uniforme de toute l’armée mauritanienne par sa prestance et son allure ». Pour mémoire, dit SARR Ousmane, le Lieutenant BAH, menait presque toujours les bataillons d’honneur qui accueillaient les chefs d’Etat étrangers de passage à Nouakchott.

Cette demi-journée, a commencé par l’observation d’une prière aux morts. Thierno Alfa Aaw, rappelant les conditions et le contexte dans lequel BAH Abdoul Ghoudouss a été tué, va convoquer la science religieuse pour montrer que l’homme pour lequel cet hommage était rendu est un shahiid (un martyr au sens propre du terme), en ce que l’homme est mort pour un idéal de justice pour son pays. Notre Ceerno (maître de coran) dira une prière en la circonstance. L’ambiance était à ce moment précis très empathique.

Lourde atmosphère avec le rescapé SARR Ousmane, soupirs, pleurs dans la salle. Le témoin lui-même trop ému, écourte son exposé, c’est le lieutenant KANE Harouna, rescapé de Oualata et ami du martyr, qui va décrire pour l’auditoire les dernières minutes de vie du lieutenant BAH Abdoul Ghoudous. Moments grave, triste et lourd, l’émoi était à son comble quand Tazi BA dit Abdoul Aziz et Malik DIA, ont interprété en play-back, Heewi Fuuta Neene- am (du pulaar ; dans le Fuuta beaucoup de drames ont été vécus…) , Min njejittaa ! (On n’oubliera jamais), deux hymnes aux martyrs négro-mauritaniens.

Il a régné alors dans la salle une atmosphère indescriptible de retenue. Quelques personnes qui avaient du mal à contenir leur douleur à l’évocation des conditions inhumaines et barbares dans lesquelles a péri le martyr BAH Abdoul Ghoudouss ont été évacuées de la salle. Il s’en est suivi une atmosphère de recueillement absolue perceptible par le silence long qui a précédé l’exposé de Monsieur SY Hamdou Rabbi.

Le public était en phase avec en phase avec le comité de base BA Abdoul Ghoudouss des Forces de Libération Africaines de Mauritanie, section Europe de l’Ouest, et il l’a fait de fort belle manière ; par une souscription spontanée en faveur des ayant droits du martyr.

BAH Abdoul Ghoudouss, serait né en 1954 à Mbout, dans le département de Gorgol. Après avoir passé son bac C au lycée national de Nouakchott, Abdoul Ghoudouss, s’en va au Canada où il obtient son diplôme d’ingénieur en génie civil. Après un passage de quatre ans à la SONADER, (Société Nationale de Développement Rural), monsieur BAH s’engage dans l’armée, une vocation longtemps espérée témoigne monsieur SARR Ousmane. C’est surtout pour son sens élevé de la Justice et de l’Egalité que son regretté compagnon d’arme et supérieur hiérarchique s’est engagé dans l’armée. Il rappelle, lui-même, ne s’est engagé que par vocation. Il était fonctionnaire de l’Office des Postes et de la Télécommunication. La circulaire 02 de l’année 1979 et la grève qui s’en est suivie l’ont décidé à s’engager.

En 1986, le lieutenant BAH et le sergent SARR servaient au 4° Bureau des Infrastructures de l’Armée. Ce témoin privilégié raconte toute la peine qui a marqué Abdoul Ghoudouss lors des arrestations des cadres des Forces de Libération Africaines de Mauritanie suite à la publication du Manifeste du Négro-mauritanien Opprimé. « Il était fortement touché par cette injustice », dit-il.
En septembre 1987, lors des arrestations des militaires négro-mauritaniens, le Lieutenant BAH Abdoul Ghoudouss suivait un stage en Algérie. Réfugié à l’Ambassade de la Suisse, les services secrets algériens l’y exfiltrons, le torturerons avant de l’extrader vers la Mauritanie, où, dès sa descente d’avion il est conduit à Jréïda.

Maintenu au secret, seul dans une cellule 1m2 et gardé par tout un bataillon d’hommes en armes, le lieutenant BAH confiera à son denDi(cousin en pulaar) KANE Harouna plus tard à Oualata qu’il pensait être exécuté dès sa descente d’avion. Sur ce qu’il avait subi en Algérie, il ne dira rien, par retenue, ce, en dépit des séquelles visibles des tortures.

C’est entraves aux pieds, malgré les vives protestations de ces compagnons d’infortunes que BAH Abdoul Ghoudouss a quitté ce monde. Entre Ousmane SARR, KANE Harouna et le regretté Abdoul Ghoudouss BAH, il régnait une même prétention pour ce pays: Liberté, Egalité, Unité, devise des FLAM. Ce combat pour lequel ont vécu des milliers d’anonymes Noirs mauritaniens, Abdoul Ghoudouss, Tène Youssouf Guèye, Djigo Tabsirou, BAH Alassane Oumar, BAH Ibrahima Kassoum doit continuer jusqu’à la victoire totale sur le racisme et l’esclavage en Mauritanie. Leur mort est le sens du combat de toutes celles et de tous ceux qui ont survécu jusqu’ici au racisme. C’est le principal thème de la conférence de cette demi-journée organisée par le comité de base BAH Abdoul Ghoudouss.

Hamdou Rabby SY, responsable de l’AJD et philosophe en rappelant au public l’importance que peut revêtir le souvenir des morts pour une cause juste. Il affirme avec beaucoup de justesse que le fait de parler des morts, signifie refuser de céder à l’oubli. Il a rappelé enfin au devoir de barrer la route à l’exclusion et à l’oppression qui ne font que s’approfondir en « utilisant des masques et des détours afin d’occulter la cruauté des faits », qui rappelle-t-il sont têtus.
Le texte de la conférence du camarade Sy est disponible sur la page agora du site des FLAM (flamnet) en cliquant : Ici

La lutte continue!
Ibrahima Diallo
Samedi 11 Novembre 2006 - 22:04
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte