Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Mr Mamadou Kane Chargé des relations extérieures du COVIRE demande la démission de Mr SY Abou

Mr Sy Abou, tu as échoué ta mission en trahissant les victimes, tu dois démissionner, laisser les autres reprendre le processus.


Mr Mamadou Kane Chargé des relations extérieures du COVIRE demande la démission de Mr SY Abou
Je viens de lire une déclaration de Mr Sy Abou dans les sites de CRIDEM et AVOMM intitulé « COVIRE apporte la lumière », répondant apparemment au communiqué du comité de crise des organisations membres de COVIRE , publié le 03 Août 2009.

Ce texte de Mr Sy au lieu de s’attaquer aux questions de fonds évoquées par les membres du comité de crise, abonde sur des invectives personnelles pour noyer le poisson dans l’eau, et s’éloigner des questions essentielles du moment.

Puis, dans la forme, j’ai assisté à l’assemblée générale ordinaire de COREMI du samedi 15 Août 2009, où il était question de rejet ou de la révision d’un texte qui devait être publié, de cette date à aujourd’hui aucune instance régulière n’a siégé pour valider telle chose.

De ce fait , parlant à mon nom je réponds à Mr Sy Abou, lui disant les problèmes de COVIRE ne peuvent être détournés par des débats personnalisés sur MM Sarr Mamadou (secrétaire exécutif du FONADH), Mamadou Kane( relations extérieures de COVIRE) et Diop Abdoulaye (relations intérieures de COVIRE). Tout connaisseur du militantisme des Mauritaniens ne peut te croire. Tout le monde sait que ces personnes ne sont pas des arrivistes de la vingt cinquième heure, et ne se sont jamais terrés durant les années dures du combat sous prétexte qu’un officier ne peut mener une adversité dans la rue.

Comment pourrait on prétendre être plus victimes que les militants des droits de l’homme qui ont subi toutes formes d’humiliation et de brimade durant les années de braise à cause de leurs combats pour la défense et la protection des droits humains.

Le FONADH, a aujourd’hui la légitimité d’être l’interface entre les victimes et les institutions et organismes intervenant dans les droits humains en Mauritanie. C’est une lutte assidue et conséquente qui lui a conféré ce statut. Aucun règlement légitime , global et définitif du passif humanitaire ne peut s’exécuter sans le FONADH et les organisations militant à l’extérieur comme AVOMM, OCVIDH ,CAMME,ARME et les organisations politiques comme AJD/MR , FLAM, CR , etc.

Mr Sy, les sujets que vous avez abordés dans votre texte, ne font nullement votre honneur, et méritent les explications suivantes :

L’ordonnance 2006/015 du 12 juillet 2006, instituée par le CMJD durant la transition 2005/2007, avait provoqué une réaction de dénonciation des organisations victimes des violations des droits de l’homme de 1986 à 1991, membres du FONADH, par rapport à l’alinéa 2 de l’article 5 qui stipulait, l’incompétence de la commission nationale des droits de l’homme de traiter les violations des droits de l’homme antérieures à sa création. Tandis que les ONG à vocation générale de défense des droits humains, membres du FONADH, ont discuté largement sur l’opportunité ou non de boycotter cette institution, tant réclamée dans les fora des droits de l’homme à l’extérieur, qui est consultative, sous prétexte des insuffisances de l’ordonnance, qui pourraient être amendées ou contournées. Ensuite, n’oublions pas que nous venions d’une dictature de vingt ans derrière, que la transition apportée un espoir de changement profond qu’il fallait accompagner. En tout cas la suite, dit long sur qui avait raison. La Commission Nationale des Droits de l’Homme(CNDH) a supervisé toutes les activités des journées nationales de concertation et de mobilisation pour le retour des déportés et le règlement du passif humanitaire, les réunions de concertation entre le NDI, le PNUD et les victimes pour déblayer le terrain de la mise en place de la commission indépendante pour le règlement du passif humanitaire. Ces assises ont eu lieu au tour de COVIRE et d’autres organisations de victimes, loin du FONADH.

Le COVIRE a élaboré un document de contribution pour le règlement consensuel du passif humanitaire, durant les assises des journées nationales de concertation et de mobilisation pour le retour des déportés et le règlement du passif humanitaire de Novembre 2007. Ce document déterminait, le champ d’action pour le passif humanitaire de 1986 à 1991, en citant clairement l’arrestation des intellectuels négro Mauritaniens arrêtés en septembre 2006 (FLAM), les arrestations des militaires de 1987 (accusation de coup d’état), les déportations de 1989 et les arrestations des militaires et civils et exactions extrajudiciaires de 1990 – 1991. Si, aujourd’hui, le « président » qui avait accompagné, défendu tout ce travail, revient pour dire des victimes arrêtées en 1987 et 1991 ne le sont pas, pour des raisons fallacieuses? Je pense honnêtement, si tu es digne, tu dois démissionner, sinon les victimes doivent te destituer. L’argumentation de la justesse du champ d’application des violations de 1986 à 1991, se fera devant une commission légalement constituée à cette fin, mais non dans cette réponse à l’adresse d’un élément aigri.

L’exclusion de COVIRE des MM. Mamadou Kane et Diop Abdoulaye, n’est que nulle et non avenue. Les accusations portées à ces deux responsables de COVIRE sont fausses, et que le bureau de COVIRE, n’est pas habilité à prononcer une exclusion de quelqu’un investit par son collectif, en dehors de son avis.


La gestion douteuse des fonds alloués à COVIRE pendant les missions de Kaédi et ailleurs est de mise à l’absence de rapports financiers justifiant les utilisations.


L’accord cadre pour le règlement du passif humanitaire, pose moralement un problème pour tout le monde. Aucune veuve n’assume la responsabilité de l’avoir discuté et de s’y être convenue. La présidente des veuves, à qui on a fait porté ce fardeau, dit n’avoir jamais été édifié du contenu de cet accord. En plus , elle affirme que le Président Med ould Abdel Aziz , lui avait avancé sa volonté d’aider les veuves à soulager leurs souffrances et non de les faire signer un renoncement à quoi que ça soit. Le bureau de COVIRE, n’a eu possession du protocole que tout récemment. Donc la logique et le bon sens veulent que cette commission du passif humanitaire soit dissoute, qu’on reprenne ce processus. Cela est de l’intérêt de la Mauritanie. Une question aussi sensible et importante pour la cohésion nationale ne peut être solutionnée entre les quatre murs au secret du peuple Mauritanien. Cette affaire n’est plus seulement une affaire de victimes, ni des négro Mauritaniens, mais de dimension internationale, qui doit être démystifiée.

L’implication de tous les Mauritaniens pour ce règlement est obligatoire parce que la solution doit démontrer la volonté des Mauritaniens de vivre ensemble, donc de légiférer par le consensus les règles de la cohabitation pacifique et du respect de la diversité.

Mr Sy Abou, tu as échoué ta mission en trahissant les victimes, tu dois démissionner, laisser les autres reprendre le processus.


Nouakchott le 18 Août 2009
Mr Mamadou Kane
Chargé des relations extérieures de COVIRE


Doro125@yahoo.fr
Tél : +222 241 40 71
Samedi 5 Septembre 2009 - 17:24
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par yaro mbourel le 19/08/2009 19:54
Seydi kane soklaani ko ada haala konngol goonga regoto, hay maaybe ene nganndi neddaagu maa e nuundal maa aan a wanaa hacitinee dawnee, soklaani ko ada bonna haala maa e gujjo galleeji mo fasnaaki baayeeji.

2.Posté par NGAARI LAAW le 19/08/2009 20:19
hun! NAAMU, wallaahi mburel a haali goonga
seydi kane

3.Posté par almohade le 20/08/2009 12:26
je confirme les propos de yaro mbourel et ngaari law quant à la forte personnalité de mamadou kane dit dourol que tout mauritanien connait. Seulement, je crois qu'une erreur de date s'est glissée "arrestation des intellos negros a eu lieu en 1986 et non en septembre 2006;

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4