Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Dimbé : le temps des nénuphars par Bocar Oumar BA


Dimbé : le temps des nénuphars par Bocar Oumar BA

Frêle petit matin aux senteurs de boue,
Me voici à nouveau envahi par la violence du Goumbala,
Le parfum exquis des berges de mon berceau,
Et la pirogue surnageant royalement le clapotis des eaux.

Dimbé, reverrai-je un jour la luminosité de tes perles,
Le charme impudique des soupirs de ton marché,
La folie légendaire de ceux qui t’ont fait Vie ?
Je ne me lasserai jamais et boirai jusqu’à la lie,
L’écuelle de mythes et de contes qu’évoque ton nom.


Frêle petit matin aux senteurs de Kaëdi,
Laisse affluer dans ma mémoire rêveuse,
Les déhanchements assassins de la Belle-du-Fuuta,
Quand surgit du passé le temps des nénuphars.,
C’est le temps privilégié de l’amant lointain,
Le temps des connivences et des résonances d’alcôve.

Qu’éclosent et brillent encore les épis de maïs,
Sur les terres somnolentes de la plaine de Wandaama !
Que voguent et tanguent encore les pirogues aux mille couleurs,
A la surface boueuse des eaux du Gorgol noir !
Venez femmes et entrez toutes dans la danse,
Tapez des mains, battez des pieds, et que ça fasse cadence !
Retroussez les pagnes et qu’apparaissent les dentelles,
C’est le prix de la renaissance de la Belle-du-Fuuta.

Frêle petit matin aux senteurs de boue,
Pardon pour l’impudeur, pardon pour l’amant qui s’exhibe,
Je n’ai pas su traduire en prose ce que dicte mon cœur en poème,
Car je ne sais dire qu’en chanson mon amour pour le berceau.

Bocar Oumar BA


Source: AJD/MR
Vendredi 11 Décembre 2009 - 16:23
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par sy le 11/12/2009 17:05 (depuis mobile)
Beau poéme,merci d avoir si brillament rendu hommage a dimbe. Cette ville merite que l on y investisse pour la moderniser car elle est restée vieille. A vos marques ressortissants de kaedi kahaydinaabe.

2.Posté par Moussa M'Baré Bâ le 11/12/2009 18:58
Excellent Poéme Bocar bien inspiré pour la capitale de la quatriéme région de la Mauritanie aprés Abdoul Aziz Bâ dit Tazi nous voyons Bocar Bâ en action une famille de poéte.

Bonne continuation
Salutations d'un ressortissant de Boguel Fadoua

Moussa M'Baré Bâ
Montréal Québec

3.Posté par Tokhora le 11/12/2009 23:02
Mr. BA, votre poeme est non seulement tres profond mais aussi tres emouvant; surtout pour nous autres kaediens qui avions vecu dans cette belle ville. Le seul probleme de cette ville est, je crois, son elite qui, a cetains moments n'a pas hesite p a la solder contre quelques coins; pour des interests partisans. Merci beuacoup a vous et bonne continuation.

4.Posté par housseinou oumar sow cincinnati ohio USA le 12/12/2009 06:31
YIMRE NDE NA HEEWI MAANAA,INE SIFTINA BIDDO FUUTANKE HANKI MUM.SIFAAJI DI INE PINNDINA YONTAAJI GAROOJI.DIMMBEE KO MA REENEE,WUURNEE,UURNEE.DIMMBEE KO NEENE MEN.SO WONAA DUM BONBE BE PINAA ,NGANNDAA PEWJANA EN.

5.Posté par B. L. le 12/12/2009 09:02
C'est tres beau!

6.Posté par Taleb Khyar ould Mohamed Mouloud le 13/12/2009 11:31
Incisif et nostalgique.
Quand on peut fondre dans une musicalité d'une telle harmonie, l'amour carnassier à la nostalgie de l'exil, on n'a pas à se faire pardonner.
Continuez à dire en chanson votre amour pour le berceau.
M° Taleb Khyar ould Mohamed Mouloud
Avocat au Barreau de Mauritanie.

7.Posté par KANE Bocar Daha le 13/12/2009 19:36
Tokara,

"Les mots sont les vetements de l'émotion" disait à juste titre disait Diamanka Suley. J'ai eu la chance d'aller à Dimbé, et je comprends alors la teneur de tes propos, toi qui es si loin physiquement de ton dimbé.
"Dans une solitude silencieuse que certains pourraient craindre,
On somme les mots de s'additionner comme des nombres
la poésie opère comme une lumière mangeuse d'ombre..." disait le même auteur.

Merci Tokara, pour ces moments!!
KANE Bocar
Bordeaux

8.Posté par Bocar Oumar BA le 14/12/2009 10:44
Merci pour vos commentaires, et je suis heureux que ce poème vous ait touchés. Merci à tous!

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543