Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

Droits humains: Le Polisario rattrapé par son passif humanitaire contre des mauritaniens

«Nous avons besoin de savoir ce qui est advenu des nôtres pour faire notre deuil »lancent les proches et victimes mauritaniennes, se succédant dans une conférence de presse, organisée par un collectif de jeunes cadres de Nouadhibou, soutenu par des personnalités européennes venues directement de Belgique pour témoigner de la tragédie des mauritaniens séquestrés dans les geôles du Polisario.


Il s’agit de Mme Delphine Bourgeois, maire d’une commune de Bruxelles et candidate aux futures élections parlementaires européennes.

«Loin de toute manigance politicienne, nous avons le droit et le devoir de connaître le sort réservé à nos frères, à nos pères, à nos enfants » indique Cherif Ould Sidi Ould Tejdert, président de ce collectif et dont le frère est porté disparu depuis 1983.



«Nous ne parlons pas pour les autres, nous nous intéressons aux mauritaniens qui avaient rejoint, les années 1980, le Polisario et dont on n’a plus entendu parler » rajoute-t-il précisant que le collectif a été encouragé par la volonté de l’Etat de régler le passif humanitaire relevant des mauritaniens expulsés au Sénégal, à l’issue des douloureux événements de 1989.

«Nous demandons à notre Etat et à toute la classe politique de nous aider pour faire la lumière sur les disparitions de nos compatriotes mauritaniens jetés dans les prisons du Polisario. Tout comme nous espérons voir les Organisations des droits de l’Homme dans notre pays accorder toute l’attention requise à ces questions ».

Dans la foulée du président du collectif interviendra Monseigneur Jean Abboud, avocat et spécialiste du droit pénal international. Ce dernier exhortera les mauritaniens à parler de leurs disparus. Il portera un témoignage accablant contre le Polisario et ses pratiques de tortures. Il mettra surtout en avant le devoir de soutenir les «rescapés mauritaniens » précisant qu’ils ont besoin tant du soutien psychologique des leurs que celui des autorités de leur pays.

Ensuite, ce fut Madame Delphine Bourgeois, élus européenne, qui se dira «sidérée, consternée, touchée et scandalisée par tant de barbarie » pratiquée contre les prisonniers mauritaniens chez le Polisario. Elle révélera, par ailleurs, qu’elle œuvre pour la Paix et la promotion de la Justice, deux notions d’actualité dans le rapprochement entre l’Europe et la Méditerranée.

Mme Bourgeois a encore signalé que dans ce cadre qu’il faut la lumière sur les dépassements vécus par les mauritaniens, «victimes d’enlèvement, de disparition, de torture et de cannibalisme ». Elle assurera les proches des victimes de son entier soutien et d’œuvrer pour raffermir les liens vers plus de paix et de justice.

Mais il a fallu surtout entendre le récit pathétique de Mohamed Ould Ely Khirchi, ancien combattant et prisonnier politique à Tindouf, pour comprendre l’horreur et la démesure humaine. L’homme raconte avec douleur son récit et celui de ses trente quatre autres proches qui avaient tout quitté pour grossir les rangs du Polisario.

Ils paieront cher cet engagement car le Polisario se retournera contre eux les jetant mains et pieds liés dans des grottes dont ils ne ressortaient que pour être battus à mort.

«Nous avons compris, un peu trop tard, que ce châtiment était dressé contre l’ensemble tribal dont nous faisions partie». Des trente cinq personnes dont il faisait partie, Ould Ely Khirchi n’a revu, quelques années plus tard, que 12 seulement. Tous les autres n’avaient pas pu survivre au traitement inhumain qui leur était infligé.

Chérif Ould Tejdert citera une liste de plusieurs personnes recensées portées disparues de Nouadhibou alors qu’à sa seule connaissance, Ould Ely Khirchi fait état de près de 700 mauritaniens mis en prison et dont 80 seulement auraient réchappé.

A la fin des témoignages spontanés de femmes aux bords des larmes ont encore révélé l’ampleur des mauritaniens dont on n’avait plus de nouvelle alors qu’ils s’étaient engagés pour soutenir ce qu’ils croyaient être une juste cause.

Même s’ils veulent aujourd’hui tourner cette page d’aventure, les mauritaniens rescapés ne sont pas prêts d’oublier la souffrance que le Polisario leur a administrée

JD

le quotidien de Nktt
Mercredi 25 Juin 2008 - 19:19
Mercredi 25 Juin 2008 - 19:22
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 591