Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

Ousmane Abdoul Sarr, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Ngolo Diarra

Commissaire au compte Mme Diop Marième

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Haayré M'Baar (Bababé) : Rien ne va entre le maire et l’IGE


Haayré M'Baar (Bababé) : Rien ne va entre le maire et l’IGE
Ces deux personnalités politiques sont issues de la même commune, celle de Aéré M'Bar. Ils appartiennent tous les deux à ce qui s'appelait autrefois le Lao (une province du Fouta) et qui s'étend de la localité de Wothie (Sud-Ouest du département de Bababé) jusqu'à Abdallah Dièri (au Sud-Est dans la même Moughata'a).

Leurs familles sont des alliés depuis la nuit des temps et elles partagent beaucoup de choses en commun : les terres du Walo et même des liens de sang rapporte notre source. L'un d'eux d'ailleurs, Diombar Thiam est l'homonyme d'un grand chef coutumier de Aéré M'Bar rapporte toujours la même source.

Le tout allait très bien entre les deux hommes jusqu'au mois de Juillet 2009, date de l'élection présidentielle qui a porté Mohamed O Abdel Aziz à la tête de l'Etat Mauritanien. L'ex-DG du Budget puis des Impôts était devenu l'un des choux chou du général Mohamed O Abdel Aziz qui l'avait désigné parmi son staff de campagne au Trarza.

Thiam Diombar est un jeune cadre, de la jeune garde, réputé compétent et qui jouit d'une crédibilité certaine auprès des siens et qui n'a jamais mis le pied dans le plat dans la commune de Aéré M'Bar (sauf à cette occasion) considérée par son frère aîné, Mamadou Abdoulaye Dieng (de la vielle garde) comme sa chasse gardée.

Son immixtion sur l'arène politique pendant cette campagne d'implantation de l'Union Pour la République (UPR) qui vient de s'achever a éveillé des soupçons d'ambition chez le vieux dinosaure et ses nombreux partisans.

En fin manœuvrier et fin connaisseur du terrain politique dans lequel, il évolue depuis plus d'une quinzaine d'années, le Maire profite de cet atout pour verrouiller le champ politique. Sur 71 unités de bases mises en place dans la commune, 9 seulement sont restés sous le contrôle du clan de l'Inspecteur Général d'Etat. Ce dernier ne s'en rendra compte que tardivement, le jour de la mise en place de la sous section.

Il sera contraint par l'absence d'une majorité au sein des délégués à la sous section de retirer son candidat, à savoir, M. Komé Aboubacri Alpha (son cousin) qu'il parrainait au cours de cette élection.

Son rival n'eut aucune difficulté à imposer son poulain, Dia Abou Demba du village de Bélel Ournguel sous le couvert d'un déguisement appelé curieusement " consensus " pour sauver les apparences. Un clin d'œil à l'électorat Peulh, désormais qui compte dans la commune diront certains observateurs.

L'Inspecteur Général d'Etat enregistre ainsi sa première défaite politique sur la scène politique locale. Cette défaite a été mal digérée par un cadre pourtant bien côté en haut lieu. Il prendra sa revanche lors de l'élection du bureau de la section départementale UPR, le 04 Mai à Bababé.

Il réussira à déjouer tous les plans concoctés par Dieng Mamadou Abdoulaye pour imposer son ami, N'Diaye Oumar, premier adjoint au maire de la commune de Aéré M'Bar à la présidence de la section. Avec une minorité de délégués, Diombar noue une alliance avec l'ancien ministre, Bâ Abdoulaye Mamadou actuellement Chargé de Mission à la présidence pour barrer le chemin à un candidat présenté par la commune de Aéré M'Bar d'où il est originaire.

Le maire de Aéré M'Bar qui avait obtenu le soutien du maire d'El Vra pour appuyer la candidature de N'Diaye Oumar s'entend dire par ses alliés, " nous ne voulons pas arbitrer entre Bababé et Aéré M'Bar ". La remise en cause des engagements pris par son ami d'El Vra qui reçoit ses ordres du Wali du Trarza à partir de Rosso avait fait couler beaucoup de salives.

D'aucuns soutiennent que les différents acteurs politiques du département redoutent de voir l'IGE envoyer des missions pour fouiller leur gestion pour leur trouver des fils à retordre auprès de la justice. L'alerte de ce qui s'est passé dans la nuit du vendredi, 14 Mai lors de l'élection du fédéral à la Maison des Jeunes d'Aleg avait été donné depuis la mise en place de la section le 4 Mai par monsieur Dieng devant le coordinateur régional de l'UPR, Ali o Aladé.

Il avait lancé à l'endroit de ce dernier, je cite : " nous avons accepté ce consensus mais sachez monsieur le coordinateur que la commune de Aéré M'Bar bien qu'étant toujours restée derrière Bababé n'a jamais occupé un poste de député, ni de sénateur, ni même la présidence d'une section départementale- "Rendubé Péccate"- en français cela signifie : des gens qui partagent en commun quelque chose, doivent le partager ; dites le au président Mohamed O Abdel Aziz". Quotidien de Nouakchott N° 516 du Jeudi 10 Mai 2010.

Cet avertissement, n'a pas été pris au sérieux par les responsables régionaux de l'implantation. Sinon, ce qui s'est passé à la l'élection du bureau fédéral n'aurait pas pu se passer. Le fait d'avoir désigné, le représentant de la commune de Aéré M'Bar dans le bureau fédéral parmi une tendance minoritaire et qui est celle de Diombar, Inspecteur Général d'Etat paraît aux yeux de plusieurs observateurs comme un mépris voire une provocation à l'endroit d'un pan important de militants du parti.

Pour les plus légalistes, cela n'est rien d'autre qu'un violation flagrante des dispositions du guide de l'Implantation. Si le maire bénéficie du soutien du chef d'Etat Major particulier du chef de l'Etat, Diombar, lui se prévaut de l'appui du président de la république. Le premier malgré l'usure du pouvoir continue encore de jouir d'une assise populaire certaine auprès de la population et le second, lui novice en politique croit dur comme fer être en mesure de bousculer son aîné avec le jeu des alliances locales.

Dieng Mamadou est un tigre, un va t'en guerre permanent et qui recule rarement devant l'adversité politique. Cet homme veut aujourd'hui s'émanciper de la tutelle traditionnelle du leadership politique des cadres de Bababé, accusés à tort ou à raison d'accaparer tous les postes politiques du département. Il semble d'ailleurs que l'éphémère secrétaire général du MDR, Dieng Moussa cousin de l'actuel maire aurait fait les frais de cette d'influence entre l'IGE et l'ami du colonel Dia Adama Oumar.

A terme, cette bataille âpre entre frères ennemis, la nouvelle génération politique incarnée par Diombar qui pense que la vielle garde doit bouger et cette dernière qui s'accroche encore sur ses positions pourrait déboucher sur des conséquences politiques fatales pour l'UPR, en cas d'élections législatives anticipées. La blessure est profonde, le vieux tigre se sent humilié par ses siens avec la complicité des responsables régionaux de l'implantation (Ould Aladé et consorts).

Thièrno souleymane
Cp Brakna

source : Le Quotidien de Nouakchott
Dimanche 23 Mai 2010 - 10:24
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par mohamadou le 23/05/2010 11:08
C'est très honteux.

2.Posté par Taarikh le 23/05/2010 22:09
Ils ne savent plus ce qu'est la honte. Nos cadres pensent qu'à leur propre intérêt et non à l'intérêt commun; que Dieu le tout puissant nous débasse de nos gangrennes ( les cadres noirs en Mauritanie) Mooooor.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 553