Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

Ousmane SARR, président

Demba Niang, secrétaire général
Secrétaire général Adjt; Demba Fall

Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Mariame Diop
adjoint Ngolo Diarra

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Conseillers; Kane Harouna
Hamdou Rabby SY










AVOMM

Mauritanie: 36 millions d'euros réclamés aux hommes d'affaires arrêtés


Mauritanie: 36 millions d'euros réclamés aux hommes d'affaires arrêtés
Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a affirmé que les trois hommes d'affaires en garde à vue depuis le 3 décembre dans le cadre de la "lutte contre la gabegie" allaient devoir rembourser plus de 14 milliards d'ouguiyas (36 millions d'euros).

"Cette affaire est claire et porte sur 14 milliards d'ouguiya dont ont profité des individus sans contrepartie et sans rendre la moindre prestation aux populations ou à l'Etat et ce montant doit être impérativement remboursé" a affirmé Ould Abdel Aziz dans une déclaration publiée mercredi.

Le président mauritanien dont le pays celèbre mercredi la journée internationale de lutte contre la corruption par une marche populaire de soutien à sa politique anti-corruption, a martelé avec force sa détermination à "combattre la gabegie sous toutes ses formes".

Rejetant les accusations de l'opposition qui qualifie de "selective" les mesures prises dans ce cadre, il a affirmé qu'il "n'a de compte à régler qu'à ceux qui se sont livrés au pillage des biens de l'Etat pendant 20 ou 30 ans et qui ont mis le pays en ruine".

"Je regrette beaucoup que certains défendent ce genre de pratiques alors que dans le passé ils en dénonçaient les auteurs et leurs faisaient porter la responsabilité de la déliquescence du pays estimant que c'est le fruit de la gabegie, du détournement des deniers publics et de la corruption et je suis désolé qu'ils en arrivent aujourd'hui à défendre de tels comportements", a-t-il ajouté.

L'opposition avait critiqué lundi dans une conférence de presse la politique suivie par le régime du président Mohamed Ould Abdel Aziz dans ce domaine, la qualifiant de "sélective" et exigeant un cadre consensuel pour le traitement des abus commis sous la présidence de Maaouiya Ould Taya (1984-2005).

Les trois hommes d'affaires en garde à vue à la brigade de la police chargée des crimes économiques sont accusés d'avoir réçu des "transferts illicites" de la Banque centrale de Mauritanie (BCM) entre 2001 et 2002.

Selon leurs avocats, ils avaient accepté de rembourser cet argent mais ils continuent de rejeter la demande de la BCM de "payer des intérêts qui correspondraient à la période considérée".


Source: AFP
Mercredi 9 Décembre 2009 - 16:48
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 557