Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Mauritanie: Sidi doit faire partie d'une solution "en tant que président"


Mauritanie: Sidi doit faire partie d'une solution "en tant que président"
Le chef de l'Etat mauritanien renversé le 6 août, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, doit faire partie, "en tant que président", "de la recherche d'une solution" à la crise politique en Mauritanie, a déclaré lundi le représentant spécial des Nations unies en Afrique de l'Ouest, Saïd Djinnit.

"La position de la communauté international, c'est que le président Sidi fasse partie, en tant que président, de la recherche d'une solution (...) qui pourrait passer par une transition et l'organisation d'élections", a déclaré M. Djinnit à Dakar, au cours d'une rencontre avec la presse étrangère.

"Les détails de cette solution doivent être l'oeuvre de la classe politique (mauritanienne) de façon consensuelle", a-t-il ajouté, au sujet notamment de la durée de cette transition, "qu'elle soit d'un mois, de trois ou de six..."



Les représentants des institutions internationales dépêcheront "les 6 et 7 décembre une délégation (à Nouakchott) pour discuter avec le président Sidi et le général Mohamed Ould Abdel Aziz", au pouvoir depuis le putsch qu'il a mené, a poursuivi M. Djinnit.

Le 21 novembre, à Addis Abeba, la communauté internationale réunie autour de l'Union Africaine (UA) avait décidé de donner une nouvelle chance à la négociation en Mauritanie en envoyant une "mission de haut niveau sur place" avant de lancer éventuellement un processus de sanctions.

"Si le coup d'Etat en Mauritanie réussissait, le risque est que cela donne la possibilité à d'autres forces d'entreprendre des coups d'Etat dans la sous-région", a estimé M. Djinnit. Il a alors évoqué "des situations dans la sous-région où il y a des divergences dans la classe politique et où l'armée pourrait être tentée d'intervenir", sans toutefois mentionner de pays.

De son côté, la France avait dépêché samedi à Nouakchott une mission comprenant deux hauts responsables de la présidence de la République et du ministère français des Affaires étrangères pour rencontrer les différents protagonistes de la crise, à titre "strictement bilatéral".

Le secrétaire d'Etat français à la Coopération et à la francophonie, Alain Joyandet, a déclaré, dans une interview publiée lundi par le Quotidien de Nouakchott, que l'UA avait "été encouragée, lors de la réunion du 21 novembre, à envisager, si les efforts actuels échouent, la possibilité d'une saisine du Conseil de sécurité des Nations unies".

"Les participants à cette réunion ont également évoqué la possibilité, le moment, venu d'adopter (...) des mesures individuelles", a ajouté M. Joyandet. La communauté internationale pourrait prendre des sanctions spécifiques contre les auteurs du putsch, telles que des restrictions de leurs voyages et le gel de leurs avoirs, selon diverses sources proches des négociations.

AFP
Lundi 1 Décembre 2008 - 15:54
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543