Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Mauritanie: cinq militants de la société civile devant la justice


En Mauritanie, cinq personnes seront jugées ce jeudi 21 décembre à Nouakchott pour « trouble à l'ordre public et rébellion contre l'autorité de l'Etat ».

Il s'agit de jeunes militants d'organisations de la société civile comme Touche pas à ma Constitution ou Touche pas à ma nationalité. Ils ont été arrêtés samedi lors d'une manifestation de l'opposition alors qu'ils brandissaient l'ancien drapeau mauritanien. La bannière nationale et l'hymne ont été changés en août dernier.

Après avoir passé quatre jours en garde à vue, les six militants arrêtés ont finalement été déférés devant le parquet mardi matin. Après examen du dossier, le procureur a demandé un complément d'enquête. Et ce n'est que l'après-midi que le parquet a finalement prononcé les chefs d'accusation retenus à l'encontre des six prévenus : trouble à l'ordre public et rébellion contre l'autorité de l'Etat.

Les militants auraient commis des violences à l'encontre des forces de l'ordre durant la manifestation.

Une requalification des faits purement politique selon Alassane Dia, président de Touche pas à ma nationalité. « Arborer l'ancien drapeau n'est pas un délit dans la loi mauritanienne, ils ont donc inventé des violences », a-t-il déclaré.

« Le fait de requalifier les choses montre que ce n’est pas les faits en eux-mêmes qu’on juge ; on juge simplement les gens pour leur appartenance à des mouvements de la société civile », estime-t-il.

L'audience des six militants doit avoir lieu ce jeudi. Une procédure express qui fait craindre à la société civile un jugement « pour l'exemple ». « On redoute des années de prison pour dissuader le reste de la société civile d'exprimer ce qu'elle pense », a ajouté Alassane Dia.

Joint par téléphone, le parquet n'a pas souhaité commenter. Une conférence de presse devrait être tenue sur cette affaire, mais aucune autre précision n'a été donnée.

Par RFI


Source : RFI
Jeudi 21 Décembre 2017 - 14:26
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543