Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

Mauritanie: l'Afrique et l'Occident condamnent le coup d'État


Le meneur du coup d'État, le général Ould Abdel Aziz.
Le meneur du coup d'État, le général Ould Abdel Aziz.


L'Union africaine (UA) et des capitales occidentales ont condamné mercredi le coup d'Etat perpétré par des militaires en Mauritanie, appelant à éviter une effusion de sang à Nouakchott et à rétablir la «légalité» constitutionnelle.







A Addis Abeba, l'UA, qui affiche sa volonté de résoudre cette crise par le dialogue, a condamné le putsch et «exigé le rétablissement de la légalité constitutionnelle» dans ce pays, dans un communiqué reçu par l'AFP.

Le président de la Commission de l'UA, Jean Ping, «a décidé de dépêcher immédiatement à Nouakchott le Commissaire à la paix et à la sécurité (CPS), l'Ambassadeur Ramtane Lamamra, pour s'enquérir de l'évolution de la situation et aider à promouvoir un règlement pacifique de la crise», a précisé l'UA.

Le président mauritanien Sidi Ould Cheikh Abdallahi - premier président démocratiquement élu du pays - a été arrêté mercredi à Nouakchott lors d'un coup d'Etat mené par le chef de la garde présidentielle qu'il venait de limoger.

Ce coup de force des militaires intervient moins d'un an et demi après l'élection présidentielle de début 2007, saluée comme un «modèle démocratique» pour l'Afrique et le monde arabe, et trois ans après un coup d'état militaire, en août 2005 qui avait renversé le président Maaouiya Ould Taya.

Depuis Tripoli, le dirigeant Mouammar Kadhafi a annoncé avoir dépêché le secrétaire général de l'Union du Maghreb arabe (UMA) en Mauritanie pour «suivre l'évolution de la situation» dans ce pays suite au coup d'Etat, selon l'agence officielle libyenne Jana.

Le colonel Kadhafi, dont le pays assure la présidence tournante de l'UMA, a chargé Habib Ben Yahia de se rendre «immédiatement» en Mauritanie pour «suivre et superviser les développements de la situation (...) et contacter les différentes parties», a rapporté l'agence. Outre la Libye et la Mauritanie, l'UMA regroupe l'Algérie, le Maroc et la Tunisie.

La France a également souligné son attachement à la «stabilité» de la Mauritanie.

«Vous savez combien nous sommes attachés à la stabilité de la Mauritanie», a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Romain Nadal, en indiquant que Paris suit «la situation avec la plus grande attention en liaison avec l'ensemble de nos partenaires».

A Bruxelles, le commissaire européen au Développement Louis Michel a déclaré que la Commission européenne condamne le putsch en Mauritanie et pourrait suspendre son aide financière à ce pays. «Cette situation risque de remettre en question notre politique de coopération avec la Mauritanie», a prévenu M. Michel.

Le Haut Représentant de l'Union européenne pour la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC), Javier Solana a également appelé dans un communiqué au rétablissement intégral de la légalité institutionnelle, conformément à l'acte constitutif de l'UA, lequel rejette toute tentative de prise de pouvoir par la force.

A Madrid, le gouvernement, qui a ajouté sa voix aux condamnations du coup d'Etat, a appelé à la libération du président et Premier ministre mauritanien et au «rétablissement de la normalité démocratique».

A Washington, un porte-parole du département d'Etat, Gonzalo Gallegos a affirmé: «c'était un régime constitutionnel élu démocratiquement et nous condamnons cet acte», a-t-il ajouté.

La Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) de son côté appelé «au maintien de l'ordre constitutionnel, à la libération immédiate des personnalités politiques et à la protection de la population civile».

La FIDH demande à «l'UA, l'UE, l'Organisation internationale de la Francophonie» et à «l'ONU (...) de prendre toute sanction appropriée en cas de rupture de la démocratie, notamment la suspension de la Mauritanie de leurs instances respectives».

_______________
Source: cyberpresse
(M) avomm
Mercredi 6 Août 2008 - 19:37
Mercredi 6 Août 2008 - 19:43
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 588