Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Nouakchott doit respecter des engagements sur le retour des réfugiés


Nouakchott doit respecter des engagements sur le retour des réfugiés
L'Association mauritanienne des droits de l'Homme (AMDH), une ONG, invite le gouvernement "au respect de l'esprit de l'accord tripartie" signé avec le gouvernement du Sénégal et le Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR), le 12 novembre 2007, portant sur le retour organisé des populations vivant au Sénégal et leur réinstallation dans la dignité, dans une déclaration publiée vendredi.

La déclaration de cette ONG est motivée par l'éclatement d'un certain nombre de conflits portant sur la propriété des terres opposant les ex- réfugiés à des communautés arrivées dans leurs villages après leur expulsion à partir de mai 1989.

Le dernier en date de ces incidents est survenu dans le site de Fada (région de Rosso au sud-ouest de la Mauritanie) où une vingtaine de femmes, ex- réfugiées ont été arrêtées suite à un conflit portant sur la propriété des terres.

Ainsi, l'Association mauritanienne des droits de l'Homme estime "qu'il est temps que les autorités prennent des décisions respectant l'esprit de l'accord tripartite de novembre 2007 (Mauritanie, Sénégal, HCR), les différents décrets et lettres circulaires signés par l'Etat mauritanien dans le domaine foncier pour éviter les conflits".

La déclaration de l'association fait remarquer qu'à l'image du site de Fada, les habitants des villages de réfugiés rapatriés dans le cadre de l'accord ayant retrouvé leurs terres "sont rares" et que des populations "habitent depuis plus d'une année sous des tentes malgré les intempéries, alors que les terres de leurs ancêtres sont occupées par de nouveaux venus qui ne les exploitent pas".

Suite à un conflit ethnique ayant fait plusieurs centaines de victimes de part et d'autre du fleuve séparant les 2 pays, des dizaines de milliers de Mauritaniens ont été expulsés vers le Sénégal à partir de la fin du mois d'avril 1989.

Un accord tripartite garantissant un retour organisé dans la dignité, signé entre la Mauritanie, le Sénégal et le HCR, a permis d'accueillir près de 20.000 réfugiés entre janvier 2008 et décembre 2009.

Toutefois, pour plusieurs ONG et une bonne partie des réfugiés de retour, la volonté politique de règlement de la question des populations anciennement expulsées se heurte au comportement d'une administration locale "complice" d'une attribution "abusive" des terres appartenant aux populations nouvellement rentrées au pays.

Nouakchott - 29/01/2010
Pana
Vendredi 29 Janvier 2010 - 22:44
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par BOJEL SIH le 30/01/2010 13:03
ceux qui voulez le retour digne ne sont plus malheusement au pouvoir.il faut recommencer a zero.et le retour des civils au pouvoir est redevenu un reve a cause de partis opportiniste qui ont bloque le retour des civils au pouvoir en soutenant les militaires qui ne connaissent que le nooyto kootaa avec renoncement aux droits.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543