Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

Ousmane Abdoul Sarr, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Ngolo Diarra

Commissaire au compte Mme Diop Marième

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Rapport sur la corruption en Mauritanie


La corruption est un obstacle aux affaires en Mauritanie. Tous les secteurs de l'économie souffrent d'une corruption omniprésente. Les licences et les permis sont souvent obtenus par la corruption ou les réseaux clientélistes, et il en va de même pour l'obtention de contrats publics, en particulier dans les industries extractives du pays.

Le paysage politique est dominé par des réseaux de patronage profondément enracinés avec des enjeux dans l'économie, de sorte que les pratiques de favoritisme sont courantes. Le climat d'investissement en Mauritanie est encore entravé par des obstacles administratifs et un système juridique inefficace. Les infractions de corruption sont incriminées dans le code pénal du pays et englobent à la fois les secteurs public et privé.

Cependant, les lois sont mal appliquées et les fonctionnaires du gouvernement s'engagent dans la corruption en toute impunité. Les paiements non officiels et les cadeaux sont des pratiques répandues en Mauritanie.

Système judiciaire

Le pouvoir judiciaire comporte un très grand risque de corruption. Près de la moitié des entreprises considèrent les tribunaux comme une contrainte pour les entreprises (ES 2014). De plus, les entreprises estiment que les tribunaux manquent d'indépendance et prétendent que les pots-de-vin sont fréquemment échangés pour obtenir des décisions favorables des tribunaux (GCR 2015-2016). Les affaires de corruption sont rarement poursuivies en raison des niveaux élevés de corruption au sein des tribunaux (HRR 2014). Le système judiciaire est inefficace pour régler les différends et contester les règlements gouvernementaux (GCR 2015-2016).

La Mauritanie est membre du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI) et a accédé à la Convention de New York de 1958 sur la reconnaissance et l'exécution des sentences arbitrales étrangères.

Police

Les entreprises font face à des risques élevés de corruption lorsqu'elles traitent avec la police. Les demandes de pots-de-vin sont fréquentes, en particulier lors des barrages routiers de nuit dans la capitale ou aux points de contrôle entre les villes (HRR 2014). La police mauritanienne n'est pas très fiable pour protéger les entreprises contre la criminalité ou pour faire respecter la loi et l'ordre (GCR 2015-2016). La grande majorité des entreprises en Mauritanie paient pour les services de sécurité privée (ES 2014). L'impunité parmi les policiers est un problème grave, et les autorités enquêtent rarement sur les cas de corruption policière ou les poursuivent (HRR 2014).

Services publics

Le secteur des services publics de la Mauritanie est un secteur à haut risque. Les pots-de-vin sont fréquemment exigés lors de l'obtention de permis et de licences (GCR 2015-2016); Près d'un tiers des entreprises s'attendent à donner des cadeaux pour «faire avancer les choses» (ES 2014). Les réglementations actuelles en matière de licences forcent les licences à être achetées ou acquises par le biais de réseaux de patronage, de sorte que les entreprises ont tendance à opérer de manière informelle (BTI 2016). Le secteur informel domine l'économie mauritanienne, entravant la concurrence (BTI 2016). Incidemment, un autre facteur limitant la concurrence est le grand nombre de monopoles et de cartels contrôlés par un petit nombre d'hommes d'affaires et leurs familles (qui entretiennent habituellement des relations étroites avec le président) (BTI 2016).

La bureaucratie gouvernementale inefficace est également un obstacle pour les entreprises; les règlements régissant les permis et les licences sont complexes et se chevauchent (GCR 2015-2016, ICS 2015). L'accès aux services administratifs de base varie d'une région à l'autre; il est le plus présent à Nouakchott (la capitale) mais moins dans les régions périphériques (BTI 2016). Là où les services administratifs sont disponibles, le manque de formation des employés est apparent (BTI 2016).

Sur une note plus positive, le démarrage d'une entreprise a été assoupli au cours des dernières années, et le coût et le temps requis pour démarrer une entreprise sont beaucoup plus bas que les moyennes régionales (DB 2016).

Administration des terres

Les entreprises sont confrontées à des risques de corruption modérés à élevés lorsqu'elles interagissent avec les autorités foncières. Plus d'un quart des entreprises interrogées s'attendent à donner des cadeaux aux fonctionnaires en échange d'un permis de construction (ES 2014). Le favoritisme pèse sur l'administration foncière (HRR 2014). Même si les droits de propriété sont garantis par la constitution, les droits de propriété privée sont une question incertaine car les Mauritaniens vivent souvent sur des terres urbaines partiellement ou non enregistrées (BTI 2016). L'enregistrement des biens est en moyenne moins long et moins coûteux que dans les pays voisins (DB 2016).

L'administration des impôts

L'administration fiscale comporte un risque élevé de corruption. Des paiements irréguliers (par exemple, des paiements de facilitation) sont fréquemment exigés en relation avec les paiements d'impôts (GCR 2015-2016). Les entreprises se plaignent que payer des impôts prend du temps et manque de transparence; le paiement d'impôts est plus de deux fois plus long que la moyenne régionale, en prenant 734 heures par an (ICS 2015, DB 2016).

Les preuves suggèrent que les fonctionnaires du gouvernement abusent de leur pouvoir pour obtenir des exonérations fiscales non autorisées, et les audits sont parfois utilisés comme des outils politiques pour sévir contre leurs rivaux (HRR 2014, BTI 2016). Dans un cas, des audits ont été lancés contre trois des plus grandes entreprises du pays détenues par Ould Bouamatou; l'administration fiscale a prétendu devoir 10 millions d'euros d'impôts impayés (BTI 2016).

Administration des douanes

L'administration des frontières manque de transparence et présente des risques de corruption importants pour les entreprises. Les pots-de-vin et les paiements irréguliers sont fréquemment échangés lors de transactions transfrontalières, en particulier lors de l'importation (GETR 2014). Le patronage et le favoritisme sont également des problèmes dans le commerce d'importation et d'exportation en Mauritanie: les entreprises ayant des liens étroits avec l'élite dirigeante dominent les marchés d'importation (BTI 2016). En outre, la contrebande de produits de contrefaçon implique souvent des réseaux complexes comprenant des fonctionnaires (BTI 2016).

Les entreprises perçoivent les procédures douanières comme pesantes (GCR 2015-2016), et plus d'un tiers identifient les réglementations commerciales comme une contrainte majeure pour les entreprises (ES 2014). Le commerce à travers les frontières de la Mauritanie est généralement moins long mais plus coûteux qu'ailleurs dans la région (DB 2016).

Marchés publics

Les marchés publics constituent un secteur à haut risque. Près de 40% des entreprises interrogées s'attendent à donner des cadeaux aux fonctionnaires pour obtenir un contrat avec le gouvernement (ES 2014). Les entreprises croient que les fonds sont souvent détournés vers des entreprises ou des particuliers en raison de la corruption et que le favoritisme entache souvent les décisions des responsables de l'approvisionnement (GCR 2015-2016). Les grandes entreprises ayant des liens politiques dominent les marchés publics (BTI 2016). Lorsque les offres faites par des entreprises nationales et étrangères sont égales, les entreprises mauritaniennes sont généralement favorisées. Cependant, cette pratique a accru les niveaux de favoritisme, car les appels d'offres sont attribués à des entreprises ayant des liens étroits avec des représentants du gouvernement et des chefs tribaux (ICS 2015).

Dans un cas, le secrétaire général du ministère de l'Intérieur, Mohamed El Hadi Macina, a été arrêté pour corruption présumée entre 2006 et 2014. Le secrétaire général aurait été impliqué avec les sociétés britanniques Smith et Ouzman alors qu'il travaillait sur les bulletins électoraux. Le UK Serious Fraud Office a confirmé que deux employés et l'entreprise avaient été condamnés pour avoir soudoyé des fonctionnaires pour des contrats commerciaux au Kenya et en Mauritanie à hauteur de 543 000 dollars (The New Herald, février 2016). El Hadi Macina attend son procès.

Le détournement des fonds publics en raison de l'impunité officielle est répandu (HRR 2014). Les détournements de fonds sont particulièrement fréquents dans le cadre de projets d'infrastructures publiques et d'entreprises d'État (BTI 2016). À la mi-2014, deux hauts fonctionnaires de la Commission nationale de sécurité alimentaire ont été condamnés à rembourser 52 460 USD après avoir été reconnus coupables de détournement de fonds par la Banque mondiale (HRR 2014).

Ressources naturelles

Le secteur des ressources naturelles de la Mauritanie comporte un risque élevé de corruption, en particulier le clientélisme et le favoritisme. Le secteur minier du pays et son commerce de la pêche sont ses industries les plus vulnérables (HRR 2014). Le favoritisme et le clientélisme envahissent le secteur minier: il est fréquent que des parents et des associés de politiciens locaux obtiennent des contrats et des licences (Risk Advisory, mai 2013). En outre, des postes de responsabilité au sein des organisations minières du pays sont attribués aux membres de la propre tribu du Président, Awalâd Busba'a (BTI 2016).

Les autorités américaines enquêtent sur Kinross Gold Corporation pour corruption présumée en Mauritanie, entre autres pays. Selon les informations recueillies, Kinross a attribué à la société mauritanienne Maurilog, en partenariat avec la société française Schenker, un contrat de transport et de logistique pour des opérations minières d'une valeur de 50 millions de dollars. Des documents divulgués montrent que Kinross a attribué le contrat basé sur «l'avantage politique» de la compagnie mauritanienne, qui appartenait à un ancien haut fonctionnaire du gouvernement et proche collaborateur du président. Kinross fait également l'objet d'une enquête pour corruption de fonctionnaires du gouvernement en Mauritanie; Il a mis fin à son contrat de trois ans avec Schenker / Maurilog après seulement un an (The Globe and Mail, mars 2016).

La Mauritanie a été acceptée en tant que pays conforme à l'Initiative pour la transparence dans l'industrie extractive (EITI) en 2013.

Législation

Le gouvernement de la Mauritanie a mis en place un cadre légal de lutte contre la corruption, mais son application est médiocre (HRR 2014). Le code pénal (en français) criminalise l'abus de pouvoir; trafic d'influence; corruption passive et active; et la promesse, la demande ou l'offre de tout cadeau ou avantage. Les dispositions englobent les infractions dans les secteurs public et privé. La corruption est punie de deux à dix ans d'emprisonnement et d'une amende double du montant du pot-de-vin mais pas moins de 20 000 MRO (64 000 USD). Les autorités n'ont pas appliqué les lois anti-corruption de manière efficace (HRR 2014). Les agents publics sont soumis à des lois de divulgation financière; les hauts fonctionnaires doivent déclarer leurs biens ainsi que ceux de leurs conjoints et enfants (HRR 2014). Cependant, 2013 a été la dernière année où une telle procédure a été entreprise et les déclarations n'ont pas été rendues publiques (BTI 2016).

Les nominations parmi les agences anti-corruption du pays sont principalement basées sur l'affiliation politique, ce qui entrave encore plus l'efficacité de la structure institutionnelle pour lutter contre la corruption (GI 2016). La Mauritanie a ratifié la Convention des Nations Unies contre la corruption.

Société civile

Les libertés d'expression et de presse sont prévues par la Constitution mauritanienne, mais ces libertés ne sont pas protégées dans la pratique. Les journalistes et les citoyens sont harcelés pour avoir exprimé publiquement leurs opinions, en particulier lorsqu'il s'agit de corruption ou de hauts fonctionnaires (BTI 2016). Dans un cas, Hanevy Ould Dehah, un journaliste bien connu en Mauritanie, a été victime d'une arrestation en 2009 et des attaques de trois hommes (qui se sont révélés plus tard être les neveux du président) en 2015 pour avoir publié un article sur la corruption commise par des parents proches du président. Le frère du journaliste a été renvoyé de son travail au port de Nouakchott dans le cadre de l'affaire (BTI 2016). La loi prévoit l'accès du public à l'information gouvernementale et les autorités accordent généralement l'accès aux citoyens (HRR 2014). L'environnement médiatique en Mauritanie est considéré comme «partiellement libre» (FotP 2015).

Très peu d'ONG sont actives en Mauritanie; les quelques ONG actives traitent principalement de questions sociales telles que l'esclavage et les droits des femmes (BTI 2016). Les organisations de la société civile ne sont pas incluses dans le processus de prise de décision politique (BTI 2016).

Sources

● World Bank & IFC: Doing Business 2016.

● Bertelsmann Foundation: Transformation Index – Mauritania 2016.

● Global Integrity: African Integrity Indicators – Mauritania 2016.

● World Economic Forum: Global Competitiveness Report 2015-2016 ● The Globe and Mail: “Mauritanian firm target of Kinross probe, document says”, 13 March 2016.

● The News Herald: “Mauritania arrests Interior Ministry official for corruption”, 12 February 2016.

● US Department of State: Investment Climate Statement – Mauritania 2015.

● World Economic Forum: Global Enabling Trade Report 2014.

● US Department of State: Human Rights Practices Report – Mauritania 2014.

● World Bank Group: Enterprise Surveys – Mauritania 2014.

● Risk Advisory: “Confronting Corruption in Mauritania’s mining industry,” 15 May 2013




Source : Business-anti-corruption

via cridem.org
Mercredi 23 Mai 2018 - 18:15
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 548