Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

Ousmane SARR, président

Demba Niang, secrétaire général
Secrétaire général Adjt; Demba Fall

Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Mariame Diop
adjoint Ngolo Diarra

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Conseillers; Kane Harouna
Hamdou Rabby SY










AVOMM

L´INVITÉ DE FLAMNET: SAMBA THIAM PRÉSIDENT DES FLAM

" Nous sommes pour beaucoup dans ce qui change positivement et dont certains s'adjugent la paternité. Nous ne disputerons les honneurs des victoires à personne, mais si les FLAM n'existaient on n'en serait pas là. Le plus important est de mettre en échec ce plan machiavélique de dénégrification de la Mauritanie, conçu par les nationalistes arabes racistes. Tout le reste devient secondaire face à cet objectif ! "


L´INVITÉ DE FLAMNET: SAMBA THIAM PRÉSIDENT DES FLAM
Le Président des FLAM met les pieds dans le plat. Et ça déménage. Des vérités qui crépitent, dru. Des vérités jusque-là tues. Dans le brouhaha généralisé, où laudateurs incorrigibles, agiles accommodateurs et opposants invétérés disaient tout et son contraire, Samba Thiam avait préféré laisser les crieurs s'essouffler. Maintenant, il dit tout sur tout. Le but, rétablir la vérité et rabaisser le caquet aux conjecteurs. Tant pis pour les convenances. Seuls comptent la Mauritanie et les principes.

Cette crise, paradoxalement, a ceci de positif en ce qu'elle a permis aux Mauritaniens de se découvrir. Les mythes, les préjugés et aussi les masques sont par terre. On sait désormais qui vaut quoi et qui est où. Les barrières traditionnelles ont bougé. Le grand mythe de la mouvance négro- africaine est fortement ebranlé. Mais le Président des FLAM ne perd pas espoir. Le destin de la cause appartient à la jeune relève lasse de patienter dans l'anti-chambre. Elle ne doit plus se dérober, au risque de laisser la vieille garde finir d'effilocher irrémédiablement l'héritage sacrificiel. Pour des considérations "crypto-personnelles", regrette le Président. Qu'elle prenne donc ses responsabilités. Voilà un message on ne peut plus clair.

Le Président avec le sens de la formule dont il a le secret, campe les principaux acteurs du moment. Aziz, un putschiste récidiviste, certes, mais les urnes ont parlé. Apparemment. Il faut lui accorder la chance de la rédemption, et l´attendre au pied du mur. Saar, un intime adversaire; il n'a pas su apprécier à sa juste valeur le poids de ses responsabilités historiques dans la consolidation de la mouvance. Messaoud, la découverte. C'est son alter-ego, partageant le même tempérament, "chaud", ( aime-t-il à confier ), la même intransigeance face aux principes et aussi le refus de la compromission. L'avenir dira si les effets de la découverte iront au-delà de la "sympathie".

Un entretien intense de franchise avec un homme qui se livre tel qu'il est, direct, spontané. D'analyses politiques pointues, en révélations francassantes, voilà l'avant-goût des "mémoires" d'un président des FLAM que la légende avait trop vite fait de figer dans la peau d'un résistant austère mais qui se révèle aussi être un intellectuel à l'immense culture générale..Bref, le président a la parole: Entretien....

FLAMNET: Maintenant que l'élection du Général Ould Abdoul Aziz parait définitivement acquise et acceptée presque unaniment, et que la crise politique nationale semble se résorber par ce fait, quelles analyses faites-vous de ce qui s'est passé?

PRESIDENT: Il n'est pas toujours aisé de cerner les contours d'une situation à laquelle vous n'avez pas été directement impliqué. Voilà pourquoi ma perception des choses, dans le cas qui nous occupe, restera nécessairement incompléte, voire imparfaite. Si je devais donc me hasarder à décrypter l'imbroglio de ces élections, je dirais en raccourci que la chose s'est jouée sur fond des rapports de force, qui ne furent pas à l'avantage de l'opposition, c'est certain. Le dénouement de la crise aboutit à la légitimation du pustch, au finish ! Si nous suivons la chronologie des événements, nous devons reconnaitre que le général a manoeuvré, habilement, tout le long de la crise .

D'abord en jouant sur la division de l'opposition, pour avoir maintenu Ould Daddah en laisse, sans jamais le laisser deviner ses intentions - secrètes - jusqu'aux Etats généraux; il a réussi à retarder, le plus longtemps possible l'unité d'action de cette opposition.

Et quand cette opposition se regroupera enfin, après moult hésitations et tergiversations de Ould Daddah, le général a déjà une longueur d'avance: il est en pleine campagne, mettant la pression à un dégré supérieur sur une opposition qui, craignant alors de tomber dans le piége du boycott de 1992, a été contrainte de revoir ses ambitions à la baisse ; Il ne s'agissait plus de rejeter le putsch mais de retarder l'échéance du 6 juin, afin de ne pas se faire marginaliser. Ce qui équivalait en fait déjà à une reconnaissance implicite de Aziz. Aller donc aux élections à tout prix, même de la manière la plus bâclée et la plus risquée! Les accords de Dakar, avec leurs pièges et leurs zones d'ombre, habilement manoeuvrés par le president Wade, qui n'a jamais caché son indulgence pour le putsch, dans la situation de lassitude intérieure et de l'impatience de la communauté internationale, ces accords donc apparaissaient comme un prétexte pour sauver l'honneur à une opposition à court d'initiatives. Au terme de ces accords le Général ne cedait sur rien d'essentiel; juste sur un point d'honneur, le retour symbolique de Sidi qui constituait, disait il, "une ligne rouge". L'essentiel, c'est-à-dire le contrôle de l'Appareil administratif ,- du 1er Ministre au chef d'arrondissement en passant par gouverneurs et préfets -, le contrôle des médias publics, la date, si rapprochée, presque impossible à tenir, toutes choses que l'accord protegeait, tout jouait en défaveur de cette opposition.

De concession en concession « pour la paix civile » ce qui donc devait arriver arriva, c'est -à-dire la victoire du Général, avec des fraudes certainement importantes, mais si subtilement accomplies que les observateurs internationaux n'y virent que du feu .

Ma conviction est que si nous sommes arrivés à ce dénouement, c'est essentiellement parce que l'opposition n'était pas résolue à aller jusqu'au bout à l'action. Je veux dire à la confrontation directe, un face à face. Cette opposition a misé, pour l'essentiel, sur l'action extérieure, sur les sanctions qui ne viendront pas parce que ,là aussi, les alliés secrets du Général avaient su être efficaces. Or, l'on sait que partout où l'opposition a été prête à en découdre, le compromis a été plus ou moins acceptable. Là, elle s'était presque rendue, avec armes et bagages, ce que le groupe de contact avait du reste compris, intrônisant doucement un putschiste, agrippé de toutes ses forces au pouvoir parce que jouant, il est vrai, sa tête .

En résumé le Général est venu, s'est assis, nous soumettant par le fer, seule une confrontation directe et sans recul pouvait l'enlever de là, mais cette option là, nous le savons tous, ne fut jamais le penchant des tenants du « compromis- processuel ». Ce qui risquait d'être perdu ici, avec le Général, ce sont les acquis du « printemps de liberté » auquel nous avions pris goùt , qui nous permettait d'exprimer nos idées, ou même d'insulter, sans nous faire embastiller; les libertés et les Généraux font rarement bon ménage.

Le dénouement de notre crise appelle des questions qui interpellent sur le devenir même du continent; Aidait-on ainsi l'UA à se sortir du cycle infernal des coups d'Etat?; et L'UA elle-même aidait-elle le continent en épaulant le genre Al Bashir ? C'est toute la question !

FLAMNET: Pensez - vous que le Général Aziz puisse combattre le racisme d´Etat en Mauritanie ?

PRESIDENT: Vous avez mis le doigt sur la plaie, en évoquant ce problème .
Le problème fondamental de la Mauritanie demeure cette discrimination raciale que nous appelons aussi racisme d'Etat, pour menacer l'unité, voire l'existence même du pays !
Voilà pourquoi nous pensons que ce problème devrait figurer comme priorité absolue pour tout celui qui a en charge le destin de notre pays, y compris donc Aziz .

Oui, pour répondre enfin à votre question .

Oui, si Aziz le veut il le peut à condition bien sûr qu'il rejette toute alliance avec les nationalistes arabes chauvins et racistes, ceux-là mêmes ayant inspiré et nourri ces politiques nocives depuis 40 ans. Oui s'il n' a pas, par derrière lui, tous ces pseudo progressistes. Pour l'instant, en tout cas, il bénéficierait d'un préjugé plutôt favorable; le parti Sawab- ce repaire du Baas - aurait migré vers Ould Daddah et les Nasseriens sont restés ailleurs.

S'il le veut il le peut, dis-je, pour disposer de deux ou trois atouts majeurs : l'Armée, aujourd'hui, derrière lui, un passé plus ou moins propre, dans les événements tragiques survenus entre 1986 à 1990, le tempérament et le cran qu'il faut pour cela. Si Aziz se décidait à aborder et à résoudre ce grave et douloureux problème, l'histoire, certainement, retiendrait son nom, pour l'éternité, pour avoir rendu le plus grand service à ce pays

FLAMNET: Nonobstant toutes ces réserves, Aziz est là, bien en place. Si vous devez donc le toucher d'un mot quels Changements lui conseilleriez-vous?

PRESIDENT: Avant d'aller à un changement, il faudrait d'abord prendre lucidement conscience que la voie choisie jusque là est dangereuse et ne mène nulle part.
Une fois cela fait, je pense que le changement pour être réussi, devra reposer sur un certain nombre de lignes directrices ou principes, par une vision nouvelle de l'unité nationale, les idées -forces qui doivent la fonder, dans la redéfinition de l'Identité du pays, le respect des identités respectives, le profil des hommes à choisir, etc.

Ainsi donc, nous aurons besoin de recentrer nos rapports mutuels dans le sens du respect réciproque, les alignant sur le principe « qu'aucune minorité ne devra dépendre de la générosité de la majorité pour avoir ses droits ».
Notre vision de l'Unité nationale devra, également, radicalement se modifier. Jusqu'ici la notion que nous avons de cette Unité nationale a été réduite ou assimilée à l'unitarisme plutôt qu'à l'unité dans la diversité; on a cherché à unifier et non pas à unir.

Par cette volonté d'uniformisation, à tout prix, on a cherché, en fait, à détruire consciemment l'autre personnalité négro-africaine de la Mauritanie. Or, comme affirmait J H Griffin, chercheur en milieu Afro - américain du sud des Etats -Unis ,« personne, pas même un saint, ne peut vivre sans le sentiment de sa valeur individuelle. De tous les crimes , c'est le plus odieux, parcequ'il détruit ( jusqu'à ) l'esprit et le désir de vivre ». Pour tous les mêmes droits et les mêmes lois, sans exception aucune, voilà les conditions pour jeter les bases d'un changement réel du futur.

Sur la base de ces principes qui fondent l'Etat de droit respectueux des libertés fondamentales, nous amorcerons alors un nouveau départ, dans un vaste mouvement d'ensemble bien compris, dont le lit majeur serait la jeunesse, réservoir approprié, dans notre futur choix des hommes. Il nous faut des hommes neufs et jeunes, en rupture totale avec l'emprise de la vieille génération source du naufrage de nos rêves et de nos illusions passées d'une Mauritanie fraternelle et riche de sa diversité .

Des hommes pilotes, propres et jeunes, soucieux du devenir en commun, conscients des enjeux du changement indispensable, nourris d'un idéal élevé, peu portés vers l'accumulation de biens matériels, détachés du carcan tribal ou ethnique qui emprisonne . C'est pour dire, en conclusion, que nous ne pouvons avancer sans le rétablissement de la grande Justice. Cette Justice qui symbolise l'équité, l'égalité; cette égalité des chances et des droits qui devra imprégner tous les actes de gouvernement , dans tous ses démembrements.

FLAMNET: Comment concrétement souhaiteriez-vous voir materialisé ces principes généraux ?

PRESIDENT: Nous l'avions elaboré dans notre plate-forme , dont je résume les axes :

Redéfinir l'identité du pays, par l'affirmation du caractère bi-racial et multicuturel de la Mauritanie,(La Mauritanie arabe et négro-africaine, -et non pas « africaine, ce qui en fait ne veut rien dire, j'y reviendrai un jour- ),

La reconnaissance de l'égalité de toutes nos nationalités et l'affirmation de leur égalité devant l'emploi et la justice, avec son corollaire, c'est-à-dire, la reconnaissance de l'égalité de toutes nos langues et cultures nationales et leur égal droit à la promotion, l'abolition de l'esclavage. ( Je note au passage qu'en Afrique on a tendance à reconnaître les langues nationales , mais sans reconnaître les peuples qui les parlent comme Nationalités avec tous leurs droits) .

Ces principes à inscrire dans la Constitution devront être completés par des mesures de bon sens, telle que la nomination équilibrée dans les grands postes de la République, et l'élaboration de critéres légaux pour la promotion et l'équité dans le recrutement de la fonction publique .

Dans cette même plate forme nous recommandions aussi qu'après un débat de fond sur ces questions là, des états généraux, de l'Education, de l'Administration et de la justice, de l'Economie et de l'Armée, fussent organisés, afin que tout se redressât dans un même élan !

FLAMNET: On a remarqué que le candidat issu de la communauté Négro-mauritanienne n'a pas fait un bon score. Faut-il en conclure qu'il est encore prématuré qu'un Négro-mauritanien soit président de la République de la Mauritanie, après l'intermède de l'actuel président du Sénat ?

PRESIDENT: Je voudrais répondre à votre question en commençant par la fin, par le président intérimaire.
Je ne crois pas que ceux qui l'ont placé là pour les besoins de leur propre agenda l'aient jamais pris vraiment au sérieux. Il aurait dû mériter plus; mais il faut reconnaitre aussi qu'il n'aura rien tenté pour marquer son passage à la présidence.

Concernant maintenant le score de celui que vous qualifiez de « candidat des négro- africains », je dois d'abord vous rappeler qu'il n'y en eut pas un mais plusieurs, du moins au regard des proclamations et professions de foi entendues ici ou là , en 2007 comme en 2009.

Maintenant si vous faites allusion à celui qui bénéficia du meilleur score parmi eux, en l'occurrence Ibrahima Moctar Sarr, je pense que son recul tient à plusieurs facteurs:

Le premièr renvoie, à mon avis, à l'attitude de la personnalité elle-même qui a crû pouvoir se passer de l'apport de ses alliés naturels et de ses sympathisants. Certains propos, mal placés, que lui prête la rumeur, tenus, semble-t-il, au cours des meetings de campagne, ont dû fortement le desservir. En laissant publiquement entendre qu'il n'avait besoin de l'aide de personne, il s'aliénait un bon nombre de ces sympathisants. Grisé par les 8% de 2007, Ibrahima Sarr n'a pas su comprendre qu'ils avaient été le fruit d'un travail collectif, souterrain, de groupes. Il se sera surestimé, oubliant que la meilleure arme d'un leader c'est d'abord l'humilité.

Le deuxieme facteur de sa baisse de score tient au contexte particulier de ces élections.

Mr Sarr, en bon démocrate, s'est rangé, de facto, du côté des putschistes, alors que ses partenaires naturels ont choisi le camp anti- putsch. Ceux qui devaient tirer dans la même direction se retrouvèrent alors ramant en sens contraire.

Cet aspect des choses, ajouté à la position officiellle très controversée de AJD/MR face au putsch militaire au sein même de ses partisans, contribua, sùrement, à la baisse drastique constatée.

Dernière raison enfin et non des moindres, l'éclatement du parti suite à l'échec de sa direction politique à trouver une solution consensuelle ou médiane face au putsch militaire .
Voilà ce qui je crois, explique la baisse de performance de IMS, comme aiment à l'appeler ses fans !

Maintenant pour revenir à l'aspect essentiel de votre question qui était de savoir « s'il n'était pas encore prématuré qu'un Négro mauritanien soit président de la République de la Mauritanie », je réponds, sans hésitation, oui !

Oui, cela me semble tout à fait prématuré, à cause de la nature du Système en cours en Mauritanie, qui verrouillait, pour l'instant , toute possibilité dans ce sens. Je m'explique :

Supposez que vous et moi, appartenant au même foyer familial élargi, décidions de compétir, pour le titre de ?'chef de famille''. Pour que nous ayons les mêmes chances, au départ, il faudrait que vous et moi nous nous reconnaissions, mutuellement, les mêmes droits dans cette concession n'est ce pas ? et qu'ensuite ces mêmes droits puissent nous être reconnus, vous et moi, de manière impartiale, par les autres membres de la famille, ceux-là mêmes appelés à choisir n'est-ce pas ? Dès lors qu'il y a inégalité de départ à ce niveau, il est clair que la compétition devient biaisée, forcement, pour avantager un des prétendants au titre !

Ce sont ces données égalitaires essentielles, de base, qui n'existent pas dans cette grande maison qu'est la Mauritanie, pour transposer mon exemple à ce pays. L'Etat,- cadre dans lequel devrait se situer notre compétition - n'est pas perçu comme s'il nous appartenait à tous, Noirs et Arabo-berberes, avec les mêmes droits. Une idéologie, plus ou moins dominante, plus ou moins acceptée, véhicule l'idée que la Mauritanie est arabe. Exclusivement, et rien d'autre. Et s'il se trouve que les tenants d'une telle idéologie contrôlent l'appareil politique et administratif, l'appareil militaro-sécuritaire, comment voudriez vous, dans de telles conditions, qu'un candidat Négro-mauritanien puisse passer le cap de la présidence ? Utopie pure et simple d'une telle éventualité n'est-ce pas ?
Voilà pourquoi certains slogans de campagne, mal choisis à mon avis, me font à la fois rire et pleurer ! « Ina wona !» « c'est possible ! » entendez, moi Négro- africain je peux gagner la Présidentielle! « je vais battre Aziz !».

Ils font rire, pour donner l'impression que le candidat (négro-africain) les scande pour surmonter son angoisse, pour se donner du courage devant l'impossible épreuve ...dont il est convaincu, en son âme et conscience, qu'il ne peut surmonter! Il est vrai que le pré-conditionnement psychologique existe, et même marche quelque fois; on en voit parfois l'illustration concrète dans certaines competitions sportives ; mais pas dans ce cas ! .on n'est pas sur le terrain du sport, ici !

Ces slogans font aussi pleurer parcequ'ils pourraient envoyer des messages brouillés sur notre réalité en donnant l'illusion de succès à une bonne partie de notre peuple, au point de se satisfaire du peu ( comme c'est le cas maintenant avec la glorification des 4e et 5e places, qui ne reflètent certainement pas ce que devrait être nos ambitions au sein de notre pays), en même temps qu'ils désinforment sérieusement l'opinion internationale et tous ces braves observateurs étrangers, déjà complétement égarés devant notre subtile et complexe réalité, en leur faisant croire que notre Démocratie en est vraiment une, qu'elle consacre à tous les mêmes chances et les mêmes droits, rigoureusement, alors qu'il n'en n'est rien !.

Là où il y a déni de citoyenneté pour les uns(Négro-africains),et déni d'humanité pour les autres(Haratine-Abeids-ou esclaves) l'on ne peut parler de Démocratie.

Je crois deviner la question qui doit vous brûler les lèvres: alors quoi ? Si cette démocratie n'est pas celle qu'il faut, et la lutte armée pas envisageable, alors quoi ?

Je repondrais en disant qu'il faudra continuer, continuer la pression et encore continuer, nourri de l'optimisme de Sam Cooke. Il s'agit de cet African - américain qui, pour défier les lois de ségrégation raciale en vigueur aux Etats-Unis, pénétra dans un Motel reservé aux Blancs( whites only ); il fut arrêté et jeté en prison; libéré, il composa alors un chant dédié au « Changement » dont je vous livre le refrain; « it's has been long, long time coming, but I know is gonna come.O, yes it will ! ».
Pour la Mauritanie aussi je nourris cette même conviction; le Changement viendra. Ca sera long, long à venir, mais il viendra !

FLAMNET: Revenons un peu en arrière, M. le président, si vous le voulez bien, sur les reproches faits à notre organisation. Certains se posent des questions, pourquoi les FLAM qui ont toujours refusé d'intégrer le processus démocratique s'engagent-elles subitement après le coup d'état du 6 août pour réclamer le retour du Président sidi Ould Abdallah? Quelles étaient les relations entre les FLAM et le Président déchu ?

PRESIDENT : Cette question a fait l'objet de polémique que je trouve absolument sans objet .

En effet, il n'y aucun lien entre notre position face au processus démocratique et le retour de Sidi ? Notre démarcation du processus devrait- elle nous lier les mains, nous empêcher même d'apprécier les situations internes ? Certainement pas ! Sidi a été amené par les électeurs internes, qui lui ont reconnu sa légitimité, y compris ceux qui, maintenant, le critiquent et qui se désavouent. Devrions nous, aux FLAM, nier la réalité de son élection, de sa légitimité en dépit de l'avis unanime de tous? Il ne faudrait pas quand même pas nous demander de vivre sur la lune !

Enfin Sidi, est venu et a agi, en posant des actes significatifs de haute portée, sur lesquels je n'ai pas besoin de m'appesantir, actes qui recoupaient, du reste, nos revendications; pourquoi ne devrions-nous pas alors réclamer le retour de quelqu'un qui servait nos intérêts politiques? Ceux qui s'opposaient à son retour, ne le faisaient-ils pas par intérêt ? N'est ce pas parce qu'ils pensaient qu'il « n'était pas bon » .pour leurs intérêts ? Cette manière de voir est tout à fait stupide!

Enfin, ceux qui l'ont enlevé interrompaient brutalement et en toute illégalité un processus de normalisation de la vie politique nationale ( retour des déportés, avancée des libertés publiques...). En plus, ils étaient des inconnus pour nous ( du moins leur passé les situe dans le cercle de protection de Ould Taya pendant ses années de turpitude sanguinaire ), nous ne savions rien de leurs intentions ou de leurs objectifs pour le pays. Avec Sidi au moins nous savions où il allait ! C'est aussi simple que ça, seule cette loi de l'intérêt était en jeu ! Nos relations avec lui étaient des relations simples, basées sur la considération et le respect mutuels en tant qu'acteurs politiques également soucieux de l'unité nationale de notre pays, et sur rien d'autre .

FLAMNET: Dans ce cas, pourquoi les FLAM ne se sont-elles pas engagées ouvertement et officiellement à la présidentielle du 18 juillet en soutenant un candidat, par exemple ?

PRESIDENT: Notre ligne politique, à nos jours, est une ligne de résérve vis-a vis du processus démocratique, que nous estimons vicié à la base. Ce que j'ai déjà expliqué !

A partir du moment donc où nous nous défions de ce processus en général, nous ne saurions soutenir officiellement un candidat sans apparaître incohérents. Maintenant le jour que nous intégrerons ce processus, malgré les réserves, par notre redéploiement à l'intérieur, alors et alors seulement nous serons dans une situation de compétition plus active, jugeant de soutenir celui-là ou celui-ci!

FLAMNET: Parlons-en justement de l'avenir des FLAM ! Comment le voyez-vous?

PRESIDENT: Les FLAM dérangent beaucoup, visiblement. Elles font aussi encore peur, terriblement, même à l'extérieur. Elles dérangent je crois, parce que ceux que nous combattons à l'interieur ont compris que nous les avons compris !

Quand au cours de cette campagne électorale , j´ai vu pousser, ça et là, comme des champignons, des comités de soutien à X ou Y , j'ai compris combien nous inspirions, encore, crainte et frayeur ! Ma conviction a été et demeure que l'Organisation ne se "massifiera'' pas de sitôt, et qu'elle devra reposer sur un noyau, dur comme l'acier. La répression a laissé des sequelles et des traces profondes dans les esprits .Mais globalement elles se portent encore bien.

FLAMNET: Venons-en maintenant aux relations entre les FLAM et l'AJD/MR, objet de toutes conjectures. Malgré tout ce que vous avez dit sur le processus, les gens se disent que les FLAM auraient dû quand même soutenir l'AJD/MR pendant ces élections.

PRESIDENT: Oui, j'ai remarqué, que cette question était devenue récurrente, quelque fois formulée avec une pointe d'irritation ou de frustration .

Il est vrai que les FLAM partagent avec l'AJD/MR rigoureusement les mêmes objectifs, un même discours, pensé, conçu, et théorisé, par les FLAM (rendons à César ce qui appartient à César. Ko jom boru loppata boru-mum !). Seulement la problématique, ici, ne se situait pas à ce niveau, le discours ou les objectifs n'étant pas en jeu. Ce qui était en jeu c'etait l'appréciation d'une situation, conjoncturelle, non sans conséquences.

Il s'agissait, en fait, plutôt d'un positionnement face à une question de principe : fallait- il, oui ou non, soutenir un putsch contre une démocratie balbutiante, même très imparfaite, mais prometteuse?

C'était toute la question !

Nous, les FLAM, nous choisîmes, nettement, le camp de la Démocratie, l' AJD/MR adopta, quant à elle, une position de ni oui, ni non, basculant, de facto, dans le camp du Général. Cette réalité nous transforma donc en adversaires, conjoncturels il est vrai, mai en adversaires tout de même. Dans ces conditions, vous le comprenez, les FLAM ne pouvaient pas, sans risquer de paraître inconséquentes et incohérentes, accorder leur soutien à un parti qui, de facto, se situait du côté de l'adversaire. Ensuite, c'est certainement le plus important, personne ne s'est jamais peut-être demandé si l'AJD/MR et leur candidat avaient sollicité notre soutien ou même s'ils en avaient besoin. Malgré notre disponibilité pour la concertation entre nos organisations politiques, ils n'ont jamais exprimé le désir de se concerter avec nous. L'exemple le plus récent de ce manque d'intérêt est la dernière visite de Ibrahima Sarr aux USA où il savait pouvoir nous trouver pour débattre de ce qui nous liait et aussi de ce qui nous opposait, pourquoi pas. Nos efforts d'ouverture et de main tendue n'ont trouvé aucun échos en retour de leur part.

Il roulait pour le putschiste et le soutenir reviendrait donc à soutenir le putsch que nous combattions. Enfin, il est bon de préciser que, de manière officielle, nous n'avons soutenu personne , même si notre sympathie allait vers Messaoud. Mais pour résumer, disons que notre argument essentiel était que Ibrahima Sarr ne pouvait pas passer, car le Système s'y opposait.

FLAMNET: Certains qui se réclament de la mouvance Négro -africaine déplorent le manque d' unité entre AJD/MR et FLAM. Y a-t-il des contentieux entre les responsables de ces deux mouvements, ou autres relations conflictuelles depuis Walata?

PRESIDENT: Je crois, à cause de l'intérêt grandissant de la question, qu'il ne serait pas mauvais de revenir, largement, en arrière, tant sur les relations de deux organisations, que sur les rapports personnels entre les dirigeants, que nous sommes.

Je parlerai ici sous le contrôle des témoins historiques .

D'abord il me semble important de préciser, que les relations de coopération entre l'AJD-canal historique et les FLAM, ont toujours eté bonnes, même très bonnes, sans nuages aucun, pendant plusieurs années. Les choses vont commencer à se gâter, de manière subite, avec AJD/MR. Allez donc demander à leur leader actuel les raisons d'un tel changement, parce qu'à notre niveau, nous sommes tout aussi perplexes que le public?

Personnellement j´ai surtout connu et côtoyé Ibrahima Sarr en prison, partageant, à Walata, la même chaîne aux pieds.

Nous nous sommes retrouvés au Sénégal que j'avais gagné, sans attendre pour honorer un engagement pris depuis la prison d'aller insuffler la lutte à partir de l'extérieur, dès notre sortie de prison, en decembre 1990. Quand il s'y rendit en 1991 pour voir, je suppose, sa maman à Bokki, je lui rendis visite, parcourant près de 20 km à pied, traversant deux cours d'eau, entre Aeré- law et Bokki. Nous discutâmes longuement dans la nuit , et j'eus même à lui proposer de céder volontairement, ma place, au sein de l'Organisation, pour emporter son adhésion à rejoindre la résistance.

Le lendemain matin il me raccompagna jusqu'à la lisière du village où nous nous quittâmes. Lorsque Je parcourus à peu près une centaine de mètres, je ressentis comme un regard peser sur ma nuque; je me retournai alors et le vis au loin, debout immobile sur la place, qui me regardait fixement cheminer, comme pour graver ma silhouette dans sa mémoire. Puis je repris ma route sans plus me retourner.

Notre discussion n'ayant pas abouti, nous nous séparâmes donc en bons camarades, repartant chacun, vers d'autres horizons. Le climat entre lui et l'Organisation, et partant ses responsables, va se détériorer, quelques années plus tard, par ses prises de position négatives, très critiques à l'endroit des FLAM. Cela commença à travers des articles et des interviews, où il attaquait les FLAM dont il se démarquait, pour ne pas dire qu'il reniait; puis cela continua dans l'hostilité de ses rapports avec quelques camarades de l'intérieur, au sein de l'Alliance- (AMN), restés sympathisants, ce qui finira par la purge ultérieure de l'AC de tous ces élements qu'il indexa, les soupçonnant d'être proches des FLAM.

Et comme l'histoire récéle de ces petites ironies, ce sont ces mêmes éléments qui le tirèrent de sa traversée du désert, pour en faire, aujourd'hui, un leader politique connu !

La même phobie de l'infiltration des FLAM devait refaire surface dans la première crise de l'AJD/MR .

A la veille des élections présidentielles de 2007, nous tentâmes de le joindre, comme du reste nous le fîmes avec Ba Mamadou Alassane, pour concertation, à propos de l'attitude commune que nous pourrions adopter, face aux élections en perspective; il se déroba, à l'opposé de Mr Ba.

Quand il récolta ses 8%, j'eus toutes les peines du monde pour le joindre, parce qu'il s'y refusait. C'était pour le féliciter, mais surtout l'inviter à coordonner pour déterminer, ensemble, une stratégie commune, face à Daddah ou Sidioca qui pourraient, éventuellement, nous solliciter tous les deux, mais séparement. Je m'entendis répondre qu'il exigeait, au préalable, une délégation des FLAM, pour d'abord laver le linge sale de famille, avant d'envisager un quelconque échange. Me faisant violence, dans l'intérêt de la lutte, je me résolus alors à lui envoyer deux personnes de l´intérieur; Il leur contesta toute légitimité .

Et ce n'est pas fini ! J'avais entendu dire qu'il serait remonté à cause d'un article écrit par notre camarade Bara Ba qui l'aurait écorché quelque peu. Mais Bara, ne l'avait-il pas aussi, me semble -t-il, dès le lendemain, inondé de fleurs pour avoir battu le MND à plate couture ? Alors ? Quelle est cette susceptibilité à fleur de peau venant d'un homme politique ?

J'avais attendu et esperé l'occasion propice pour qu'on « lavât », enfin, ce linge sale, en famille. En tournée de campagne électorale, il vint aux Etats-Unis en juin 2009, mes militants et moi mêmes lui souhaitâmes la bienvenue. Il repartit sans même daigner nous retourner la politesse!

S'il y a problème entre l'AJD/MR et les FLAM il faut, je crois, à la lumière de ce que j'ai affirmé plus haut, en chercher les raisons du côté de l'AJD/MR. Comprenez bien que je sois navré de nous offrir en spectacle devant des adversaires qui en feront des gorges chaudes, mais les FLAM ont beaucoup encaissé , et le public méritait de savoir .

Quelle fut son attitude dans les FLAM, en 83, en 86, après 86, quel rôle il joua dans la rédaction du Manifeste, quelle est la personnalité de ce compagnon de détention que j'ai observé attentivement, quels étaient ces hommes qui furent « l' âme » même de cette Organisation, les réponses vous seront données dans nos mémoires, si Dieu le veut.

Si à mon niveau je ne perds pas de vue la ligne d'horizon entre ces deux formations politiques que tout devrait unir, je ne vois la solution de l'avenir que dans la réleve. Les directions vieillissantes devront céder la place à des jeunes moins marqués, loin des complexes et des considérations crypto-personnelles. Pour ma part, je suis prêt, dans l'intérêt supérieur de la cause. L'unité se refera car il y a de part et d'autre tant de gens convaincus qui ont tant donné à cette lutte, qu'ils ne permettraient jamais le sabotage de l'oeuvre commune.

FLAMNET: Vous pensez là certainement à nos ex-Camarades partis sous d'autres cieux ?

PRESIDENT: Ils sont partis, mais leurs coeurs continuent de battre encore pour l'Organisation. J´ai comme l'impression , que ceux qui se sont intégrés dans d'autres structures, sont très mal dans leur peau; et tous les autres qui flottent sans pouvoir se choisir un point de chute, est révélateur que la flamme des FLAM, cette teneur du discours, sans concession et ni compromission, sans flip-floperie, ils ne le retrouvent nulle part! Ils ne sont en harmonie ou en phase qu'avec les positions et discours du mouvement, qui portent aussi leur empreinte indélébile .
Qu'ils reviennent donc, car l'Organisation a besoin de tous ses fils !

FLAMNET: Despote vous, parait-il monsieur le Président, si on en croit certains ?

PRESIDENT: Quand j'entends ce genre d'attaque, à mi-voix quelque fois même de l'intérieur des rangs, je souris . Je souris face aux réactions, parfois virulentes, d'anciens camarades, hors des rangs aujourd'hui. Et puis, quel homme politique n'a pas ses détracteurs, extérieurs ou même intérieurs ?
Je crois deviner ce qu'on me reproche, derrière ce jugement ; Je suis un homme rigoureux, exigeant vis-à-vis de moi-même ; exigeant vis-à-vis des cadres avancés de l'Organisation qui, à mon avis, doivent servir de modèle, être d'une certaine hauteur, et refuser de trainer certaines faiblesses dignes de simples militants de base; prendre conscience qu'ils doivent constituer le socle dur du mouvement, avec tout ce que cela implique comme conséquences.

Je suis peut être autoritaire, mais sûrement pas excessif; Je suis également, et surtout quelqu'un d' allergique au désordre et à l'anarchie. A chacun ses devoirs, à chacun sa place et pas de confusion de rôles . Enfin je hais ce « JE » , si inconvenant, comme dirait Yehdih. En tout état de cause, c'est bientôt la relève, je souhaite à mon futur successeur plus de succès, qui sera peut -être beaucoup plus cool » dans cette entreprise, loin d'être facile, de gestion, à mains nues, d'hommes et de femmes, aux origines, caractères et tempérements si divers et complexes

FLAMNET: Pensez -vous comme certains que la question identitaire n'a plus de pesant et n'est plus au centre des préocupations des Négro- mauritaniens?

PRESIDENT: Ce n'est pas du tout mon avis. La question identitaire ne peut pas disparaître, comme ça, comme par magie, pour demeurer la question centrale en Mauritanie. Ceux qui tiennent ces propos sur la base unique de la baisse, il est vrai, drastique, du score de Ibrahima Sarr ou de celui, faible, de Kane Hamidou Baba se trompent complétement. Non la question identitaire demeure vivante à l'intérieur, de sa prise en compte ou non dépendra pour beaucoup l'avenir de notre pays.

FLAMNET: Dans ce combat pour la reconnaissance de nos diversités, il y a quand même certains groupes qui brillent par leur discrétion. Notre ami Boubacar Diagana a osé recemment secoué le cocotier, comme on le dit ailleurs. Cela doit vous interpeller, non ? Votre Guidimakha natal, Mr le Président?

PRESIDENT : Camarade Boubacar Diagana, nous a confié ses impressions, au cours du vote pendant ces élections, sans susciter, je crois, trop de susceptibilités sur la question. Si je devais quand même m'y risquer, je dirais que je partage tout à fait son dépit; depuis des années je ne cesse de dire que les Soninko sont absents de la lutte. Et les Wolofs, où sont ils ? Et lorsqu'il se produit des nominations en Conseil des Ministres, on entend ici et là des récriminations sur l'absence de tel ou tel groupe. Tristement comme pour demander « l'égalité dans l'oppression du Système » comme le soulignait Tocqueville. Mais l'histoire nous apprend qu'on ne respecte que ceux qui luttent, pas ceux qui gémissent !

FLAMNET: On le sait, vous attendez beaucoup de vos cadres. De façon générale, que pensez-vous de nos Intellectuels? Jouent-ils leur rôle dans notre société en crise?

PRESIDENT: Ma conception du rôle de l'intellectuel, je la tire un peu de Garaudy, de Bourdieu et de Troyat.J'adhère parfaitement au rôle selon eux, qui devrait être dévolu à l'intellectuel : un rôle de vigile et d'alerte au danger, à l'image des oies du Capitol ; un rôle d'objecteur de conscience, de « porteurs de flambeaux pour éclairer l'injustice dont souffre l'humanité ».

L'intellectuel doit sortir de sa réserve, analyser et critiquer la réalité sociale en vue de contribuer à sa transformation, nous dit P Bourdieu. Pour une fois au moins, sur ce point là, Ibrahima Sarr ravit mon adhésion; n'est pas toujours intellectuel « celui-là bardé de diplômes » , loin s'en faut ! J´ai le sentiment, pour ma part, au regard des considérations ci-dessus mentionnées, que les nôtres ont, pour la plupart , démissionné !

Démissionné vis-à-vis de leur conscience pour nos compatriotes arabo-berbères, par leur silence, assourdissant face aux événements, par leur silence général tout court . Les Intellectuels Négro- africains en majorité ont, quant à eux, opté dans leur capitulation, pour la fuite, au sens large du terme, en cherchant à se sauver,- se sauver tout seul- , laissant l'immense majorité, seule, face à ses problèmes vitaux. Et les plus hardis parmi ceux-là se complaisant dans des rôles de chroniqueurs littéraires ou politiques, choisissant, comme dirait Bourdieu « de penser la politique sans penser politique » Faut il peut -être rappeler cette pensée de B. Plain : « chaque homme porte, outre sa propre charge, le poids de tous les autres hommes ».

FLAMNET: On tend à fonder notre unité sur un dénominateur commun. Alors, l'Islam et l'Arabe, n'est-ce pas tout trouvés? L'avenir donc aux tenants de l'islamisme modéré!

PRESIDENT: Islamiste « modéré » c'est comme ca que ça commence, pour finir en GIA algérien, dont l'évocation me donne toujours la chair de poule. Franchement je me méfie un peu de cet Islamisme modéré, surtout à travers un homme, qui donne l'impression de dissimuler sa trace, cheminant, toujours tout seul, silencieux et nébuleux sur toutes les questions vitales. La Mauritanie a-t-elle besoin d'un parti islamiste ? Un parti islamiste dans une République islamique!!! J'avoue que souvent cette question me taraude l'esprit; peut -être parce que je me sens un musulman tiède ? ou peut-être une crainte plus profonde que ça, contenue dans ces mots de Kateb Yacine : « je ne suis ni arabe ni musulman , mais algérien », il criait sa révolte contre l'envahissement de cette culture arabo- islamique qui étouffait son identité kabyle.

Je me méfie aussi de cette confusion entre l'Islam et l'Arabe qui, quelque part, à contribué à nous perdre. L'Islam est un message accesssible à tous les peuples, l'arabe est une langue d'un peuple. « Dieu ne nous impose pas une langue, il nous impose une foi » disait un célébre auteur. Par ailleurs, L'unité nationale ne se fait pas forcément autour d'une langue. l'unité se fait quand on parle un même langage, plutôt qu'une même langue, pour empreinter cette métaphore à quelqu'un.

FLAMNET: On vous compare souvent à Ibrahima Moctar Sarr, dans vos qualités de leader dirigeant, qu'elle est votre réaction ?

PRESIDENT: Franchement, pour parler comme les ivoiriens, au moins sur un point, je crois qu'il n'y a pas match! J´ai conduit ce mouvement pendant 16 ans, avec des hauts et des bas, bien entendu, mais dans la cohésion, sans fissure majeure. Et la scission intervenue en février 2006 ( 16ème année), fut le résultat d'une conjonction de deux facteurs; une intoxication, intensive venue de l'extérieur, croisant une subversion interne dont j'avais mal mesuré l'ampleur et la profondeur, qui aurait pu être jugulée.
Combien a-t-il fallu à mon vis-vis pour casser l'AJD/MR? moins de deux ans !

16 ans et deux ans, il n'y a pas match, avouez le !

FLAMNET: Et cette gueguerre entre FLAMNET et AVOMM.COM?

PRESIDENT: Je ne partage pas toujours ce qui se fait ici et là, mais enfin le PRÉSIDENT n'est pas toujours tout puissant, comme le lui prête la rumeur. Il me parait utile de rappeler que l'avomm n'est pas une organisation satellite des FLAM .

Il faut dire enfin qu'on ne peut vanter la liberté d'expression, et s'offusquer à chaque fois que nous sommes griffés, dès lors que cela se fait dans les régles; avec courtoisie , avec des idées , sans insultes inutiles.

Mais j'ajoute que si l'AVOMM souhaite toujours réussir sa mission de bons offices entre l'AJD et les FLAM, elle devra s'éloigner de la ligne partisane, sans se faire l'avocat ni de l'un ni de l'autre. Que l'AJD et les FLAM s'agripent, mais qu'ils le fassent dans leurs sites respectifs !

Maintenant que FLAMNET et l'Avomm.com ont fait la paix des braves, calmons-nous, et tentons de gérer l'avenir de manière plus coopérative et plus ouverte; consacrons nos énergies aux défis qui nous concernent tous et qui demandent notre solidarité. Je ne récuse pas le droit au débat, c'est nécessaire. Mais je rappelle avoir toujours demandé que les militants croisent le fer, se battent pied à pied, si nécessaire, mais par la force de l'argumentation, sans arguties.

Maintenant que de temps en temps on nous griffe un peu, Ibrahima avec ses grandes oreilles et moi avec mon grand nez, c'est normal, pour des hommes politiques; pourvu simplement que cela fut fait à la manière du Cafard libéré, avec civilité .

FLAMNET: Quelles sont vos relations avec les autres partis d'opposition et acteurs politiques , Daddah , Messaoud entre autres ?

PRESIDENT: Nous entretenons de bons rapports avec le PLEJ, DEKALEM, ADEMA du Dr Zein, de L´IMEJ, nous approchons l'APP, à travers son leader Messaoud Ould Boulkheir, avec lequel nous espérons construire des relations de confiance.

FLAMNET: Que pensez vous du rapatriement des réfugiés en Mauritanie ?

PRESIDENT : Quand j'entends certaines personnes dire, même dans nos rangs, que les réfugiés ne doivent pas rentrer, parcequ'il n'y a pas ceci, il n'y a pas cela, je suis attristé; parce qu'ils me donnent l'impression de n'avoir rien compris !
En effet, la question fondamentale n'est pas les petites miséres qu'ils vivent une fois revenus, bien qu'il faille ameliorer, mais le droit fondamental du retour !
Le plus important est de mettre en échec ce plan machiavélique de dénégrification de la Mauritanie, conçu par les nationalistes arabes racistes. Tout le reste devient secondaire face à cet objectif ! Il ne faudrait donc pas tirer sur la corde au point de perdre de vue cette finalité première!

Maintenant ces réfugiés doivent comprendre, qu'il ne suffit pas seulement de revenir, en demeurant des observateurs passifs, face à leurs droits fondamentaux, encore spoliés. Ils doivent continuer activement à se battre pour recouvrer leurs biens et leur dignité !

FLAMNET: A quand le retour des FLAM en Mauritanie justement ? Beaucoup nous reprochent d'être loins du terrain, et pensent que nous sommes en déphasage avec les question de l'heure ?

PRESIDENT: Je ne puis vous donner une date précise, mais une chose est sûre, elles s'y préparent, très sérieusement .

Maintenant ceux qui pensent que nous sommes en déphasage avec l'intérieur se trompent lourdement. Nous n'avons jamais été absents de nos réalités. L'important n'est pas d'être à Nouakchott ou à Tachott mais d'avoir de l'influence sur le cours des choses, d'être utile à ceux qui sont là bas. Nous sommes pour beaucoup dans ce qui change positivement et dont certains s'adjugent la paternité. Nous ne disputerons les honneurs des victoires à personne, mais si les FLAM n'existaient on n'en serait pas là. Si les FLAM n´existaient pas il y´a longtemps que la question négro-africaine aurait été mise en coupe réglée. Nous sommes à l'air de la Communication, il ne se passe pas un événement qui nous échappe de l'intérieur. Mieux, j´ai quelque fois l'impression d'être plus informé que certains de l'intérieur. Ces affirmations donc ne reposaient sur rien !

FLAMNET: Et notre projet d'Autonomie, abandonné ?

PRESIDENT: Pas du tout . Je vous renvoie au Mémorandum qui en définissait les grands contours. Seulement il demeure un point de vue sectoriel de parti,- notre mouvement-, or les lignes générales définies plus haut, sorte de questions principielles, transcendent les projets de partis politiques. Ce sont des lignes que doit intégrer chaque programme de formation politique, pour que la Mauritanie soit viable.

FLAMNET: Dernier mot aux militants et à nos compatriotes.

PRESIDENT: Juste leur rappeler que la voie choisie, n'est pas simple. Qu'elle exige sacrifices et abnégation. Voilà pourquoi ils doivent s'armer de courage, et tenir quoi qu'il arrive, il n'y a pas d'autre option. Ils se doivent enfin d'être confiants; confiants en eux-mêmes, confiants en leur direction, confiants en l'avenir car notre victoire est certaine .

Aux compatriotes je dirais qu'il est possible de faire de ce pays un havre de paix et de prosperité, où il fait bon vivre, il suffit de le vouloir, avec un bon commandant en chef, ferme et déterminé, doté de vision, entouré de jeunes, tels que décrits plus haut, et dans un vaste mouvement d'ensemble c'est parti. C'est ma conviction «quand les hommes changent les nations changent » dit-on.

FLAMNET: Merci monsieur le Président et la lutte continue!

Propos recueillis par:
Kaaw Touré, Ibra Mifo Sow, Abdoulaye Thiongane et Moustapha Barry
Le 02 août 2009

Source: flamnet
Samedi 5 Septembre 2009 - 16:24
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par ABDOULAYE BA le 02/08/2009 19:36
Qu'est ce qu'il ya de plus clair que ce discours. Aucunes ambiguités, des mots choisis avec conscience avec leurs sens lourds et évocateurs , sans violences et loin des polémiques ou des griefs. SAMBA THIAM, un ami , un fidéle, militant , un camarade, Samba le constant dans sa fidelité de lutte pour la question nationale, raciale et de l''esclavagisme . Merci d'avopir accepté a coeur ouvert mais à l'esprit ouvert aussi, merci de nous avoir livré ce message pour le combat qui ne faiblit jamais que tu defends.

2.Posté par Jameson le 02/08/2009 20:10
Mieux vaut tard que jamais pour s'exprimer. enfin nous savons.

3.Posté par Diko hanoune le 02/08/2009 23:04
Interview de qualité très objective..
Nous lisons quelque chose de sérieux
de l'après le putsch de Aziz et le
trucage des élections qui en ont
suivi.Bon courage aux flam.

Diko hanoune

4.Posté par Randy le 02/08/2009 23:38
xxxxxx
on ne comprend pas l'anglais!

5.Posté par Randy le 03/08/2009 00:28
ok en francais rien de nouveau c'est ok c'est bien

6.Posté par Yacoub Sylla le 03/08/2009 01:07
Comme on peut le constater, cette interview sort au moment où l'AJD/MR est en procès contre Taqadoumy, site que leur prête CR pour envenimer les rapports dejà tendus entre les négro_mauritaniens.

SARR est devenu l'homme à abattre, preuve que son score et son rang de 4ème empêche ses ennemis de dormir.

Connaissant bien l'histoire entre sarr et son compagnon de walata, je me permets de rappeler ici quelques omissions que je pense involontaires de la part du respectable Président Samba THIAM:

1. Samba THIAM ne dit pas pourquoi IMS n'est pas d'accord avec lui quand il le trouve à Bokki. Batch et ses amis étaient pour la lutte armée, Ibrahima SARR a dit niet

2. Samba THIAM ne dit pas qu'en 1994 il a démobilisé les camps de réfugiés au Sénégal pour qu'ils n'aillent pas à la rencontre d'ibrahima SARR venu les saluer

3. Après la présidentielle de 2007, Samba THIAM dit avoir envoyé deux personnes de l'intérieur pour rencontrer SARR. Il s'agissait de Bal Fadel, Président du Conseil National de "l'AJD-Canal historique" selon ses termes et de Gorgui SARR, deux personnes qui ont avoué ne pas appartenir au Mouvement FLAM. Comment dans ce cas discuter avec eux?

4. Samba THIAM s'étonne qu'il n'y ait pas de suite à l'appel lancé par l'AVOMM pour une paix entre FLAM et AJD/MR. Il y avait un préalable qui n'a pas été satisfait, à savoir la cessation de toute attaque contre ibrahima SARR sur le forum des FLAM. Comment discuter sereinement avec quelqu'un qui continue à vous insulter tous les jours?


Les revendications de Samba THIAM alias Bara BA sont essentiellement les réformes constitutionnelles exigées par l'AJD/MR. Alors, expliquez-moi, pourquoi les FLAM se sont battues pour le retour à cette constitution qu'ils ont refusée comme l'AJD/MR?

Pourquoi les FLAM ont préféré se battre pour cette démocratie qui n'existe pas selon la propre analyse de leur Président ?

Samba THIAM dit que Aziz peut combattre le racisme d'Etat en Mauritanie, est-ce un glissement pro putsch ou une préparation du retour au pays natal? Wait and see

Yacouba Sylla - Kaedi



7.Posté par Djiné Lô le 03/08/2009 02:20
Mention trés bien! Une analyse objective et rigoureuse d'un homme serieux qui aime son pays et qui croit à des valeurs. Je suis ravi de votre point de vue sur les origines de la baisse du score de l'A.J.D/MR. Je pense que beaucoup dans cette organisation pense comme vous.
Je persuadé que les responses de l'A.J.D/MR n'ont pas fourni des l'effort nécessaire pour réunir toutes nos organisations. Et ce qui est ridicule c'est de voir qu'ils sont prés à discuter avec les militaires ( certains d'entre eux sont même des tortionnaires) alors qu'ils refusent de parler aux flams qui n'ont pas tué, ni deporté personne.
Je cois que la communauté négro-africaine doit compter sur sa jeunesse.

8.Posté par Diko hanoune le 03/08/2009 12:21
La 4 ème place est revenu au parti des islamistes modérés de tawassoul Mr yacoub Sylla. L'interview de Samba Thiam n'a rien avoir avec le procès de l'ajd/mr - taqadoumy.Où-est-ce que vous lisez dans cette l'interview l'affaire qui oppose le site Taqadoumy et l'ajd/mr?Arrêtez votre xxxxxxxxxxxxx aigu?Votre problème aujourd'hui est que vous êtes entrain de faire la plus grosse bêtise au monde en considérant les 96% des Mauritaniens qui n'ont pas voté pour votre candidat comme des ennemis à abattre. En voulant entrer dans la cour des grands par des gesticulations maladroites, vous risquez de vous retrouver dans la cour du jardin d'enfant d'à côté.Chers Messieurs de l'ajd/mr je vous le dis en vérité les vrais politiciens, se sont des hommes qui maitrisent la culture de se remettre en cause en permanence.Pourquoi voulez-vous rendre les autres responsables de votre cuisante défaite? 'Le Conseil Constitutionnel tranche le dilemme de la 4ème place Version imprimable Suggérer par mail02-08-2009Le parti Tawassoul (islamistes modérés) a adressé un courrier au Conseil Constitutionnel (CC), lui demandant de comptabiliser le vote des mauritaniens à l'étranger, dans son décompte définitif des résultats de la présidentielle du 18 juillet dernier. Dans sa réponse, le CC a confirmé à Tawassoul que les résultats proclamés n'avaient pas pris en compte le vote de la Diaspora.Vérification faite par le CC, il s'avère que Jemil Ould Mansour, candidat de Tawassoul à la présidentielle, arrive en 4ème position, derrière Ould Abdel Aziz, Ould Boulkheïr et Ould Daddah:1-Mohamed Ould ABDEL AZIZ UPR 409100 Votes 52.58 %2-Messaoud Ould BOULKHEIR FNDD 126782 Votes 16.29 %3-Ahmed Ould Mohameden Ould DADDAH RFD 106263 Votes 13.66 %4-Mohamed Jemil Ould Brahim Ould MANSOUR TAWASSOUL 37059 Votes 4.76 %5-Ibrahim Moctar SARR AJD/MR 35709 Votes 4.59 %6-Ely Mohamed Vall ELEYA Indépendant 29681 Votes 3.81 %7-KANE Hamidou Baba Indépendant 11568 Votes 1.49 %8-Saleh Ould Mohamedou Ould HANANA HATEM 10219 Votes 1.31 %9-Hamadi Abdallah MEIMOU Indépendant 9936 Votes 1.28 %10-Sghair Ould MBARECK Indépendant 1788 Votes 0.23 %'Si vous contestez les résultats , adressez-vous au conseil constitutionnel en reconnaissant qu'il y a bel bien des trucages et fraude. Je suis étonné et surpris de voir que vous ne contestez jamais ces résultats qu'on tripote comme on veut.Diko hanoune.La pour la démocratisation de la Mauritanie continue

9.Posté par Dia Mohamed El Ghali le 03/08/2009 12:32
bravo!!!! je vous adore monsieur thiam.votre position est toujours celui d'un combattant noble qui porte encore en lui les germes de l'amour de la liberté.jamais une interview aussi revelatrice ne fut publié sur aucun site .Coup de chapeau!!! Et si tout les negro...pensaient comme vous?Quant aux attaques en regle contre vous elles ne meritent aucune reponse car quiconque lit certains y voit la piste de ceux qui sont decomplexé depuis la chute de ould taya.C'est en l'absence taya même que l'on peut connaitre desormais qui est qui?Bravo encore!!!!alexdia12@yahoo.fr

10.Posté par kodda ba le 03/08/2009 16:54
Je voudrais saluer ici l’interview du président Samba Thiam qui a fait une analyse excellente de la situation politique de notre pays. Il a répondu exhaustivement point par point à toutes les questions posées et on voit bien qu’il a la tête sur ses épaules et de la suite dans les idées pour une Mauritanie juste, démocratique et pour tous.
Je n’ai pas l’habitude de faire du griotisme, mais je tiens à dire que le président Samba Thiam a fait du bon travail par rapport au contexte et les moyens du bord. Il a fait et continue de faire son devoir de lutte contre les injustices subies par son peuple pour le bien de son pays. Nous lui reconnaissons la rigueur et le respect dans le travail et jamais autoritaire.


Je voudrais par la même occasion répondre aux allégations d’un certain Yacoub Sylla.

Je pense que face à cette interview à cœur ouvert, il aurait été respectueux de laisser le Président Ibrahima Sarr répondre en temps voulu au propos du président des FLAM. On n’a pas besoin de tout déballer non plus. Juste donner des faits qui puissent édifier l’opinion par rapport à ce qui empêche l’unité dans nos combats.
Malheureusement comme d’habitude Mr Sylla veut semer du trouble et créer de l’amalgame entre les problèmes inhérents à l’AJD-MR et les FLAM.
Car je ne vois pas de rapport entre le procès de IMS -Taqadoumy avec l’interview de Samba Thiam. Qui a l’intérêt d’abattre IMS politiquement ? En tout cas pas les FLAM qui vous tend la main que vous refusez de prendre.
Mr Sylla nous dit qu’en 1991 quand nos présidents se sont vus, ils n’étaient pas d’accord parce que les FLAM, dont toi-même étais membre, étaient pour la lutte armée. Vous avez bien dit en 1991, période infernale dans la région du fleuve où les massacres et les déportations se produisaient quotidiennement. En 1991 c’était la terreur dans la région du fleuve. En 1991, c’était la chasse aux noirs. Cette année là, 1991, refuser la lutte armée était une preuve de lâcheté. Heureusement que le président Samba Thiam n’a pas été et ne sera jamais une poule mouillée. Personne ne souhaite une guerre civile dans son pays mais si on nous l’impose on n’a pas d’autre choix que de répondre, c’est clair et net.

Vous dites encore qu’en 1994 le PR Samba Thiam a démobilisé les réfugiés pour qu’ils n’aillent pas à la rencontre d’Ibrahima Sarr. Je trouve ça absurde. Tout celui qui voulait rencontrer les réfugiés allait dans les sites où ils se trouvaient. Samba Thiam n’avait pas une garde de sécurité pour empêcher qui que ce soit de visiter les camps. Je parle en connaissance de cause puisque j’y étais et je ne pense pas que Samba Thiam sait que j’ai visité le site de Ndioum et de DoDel.
Entre 1991 et 1994, il y’a eu quand même beaucoup de temps…Une minute est trop longue pour quelqu’un qui vit dans l’enfer des déportations.

En 2007, Mr Sylla, Samba Thiam a la latitude et le droit de missionner qui il veut et quand il veut pour une mission de bon office. Ce qui importe c’est le contenu de la mission pas celui qui la transporte.

Mr Sylla, Samba Thiam et Ibrahima SARR sont des hommes politiques et publics et c’est normal qu’ils soient attaqués car ce qu’ils font ne plait pas à tout le monde mais cela ne doit pas les empêcher de se parler sur une cause commune. Mêmes les Flamistes sont attaqués sur leur propre site. Samba Thiam a été attaqué plusieurs fois sur le site de l’Avomm. Est ce que cela l’a empêché de discuter avec Ousmane Sarr président de l’AVOMM.

En dernier, vous dites Samba Thiam alias Bara BA et moi, si je veux, je peux dire Yacoub Sylla alias O.D mais le respect m’empêche d’aller plus loin. Samba Thiam c’est le président des FLAM ce qu’il dit m’engage en tant que militant et engage les FLAM. Par contre Bara même si c’est lui cela n’engage que lui. Arrêtez de dénaturer le propos des gens.

Quand au retour des FLAM au pays on a fait nos états généraux sur le redéploiement avant même les états Généraux des Généraux. On n’a pas besoin de sucrer la bouche d’Aziz pour rentrer au pays. Même Moawiya aurait pu combattre le racisme d’état Mauritanien. Combattre le racisme ou les injustices, le président Samba Thiam a dit que c’est une responsabilité individuelle. Aziz a le pouvoir, il peut faire mieux que ça et cela devrait être sa mission première. S’il le fait on le soutiendra s’il ne le fait pas on le combattra.

Par rapport à la constitution et la démocratie Mauritanienne. Le président Samba Thiam a dit qu’elles étaient imparfaites. Ce qui veut dire que la lutte doit continuer pour les rendre perfectible. La constitution que vous dénoncez et que les FLAM dénoncent est la même qui avait élu Sidi Ould Cheikh Abdallah et tout récemment le président putschiste Aziz. Vous voyez l’incohérence est difficile à trouver au sein des FLAM, elle est ailleurs.

Sans rancune,

La lutte continue

11.Posté par Barou le 03/08/2009 16:58
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

12.Posté par Mamadou G. le 03/08/2009 20:31
il est tres facile de se faire une interview dans sa propre maison avec ses propres freres. il est plus difficile d'aller sur le terrain et faire a des opinions plus critiques.
Monsieur Thiam vous etes en train de faire la cour a qui en ce moment?
Monsieur Thaim pouvez vous chercher des cibles plus difficiles quand vous aurez fini de taper sur IMS?
Il n'est pas difficile de critiquer quand on n'a rien a soumettre aux critiques sauf le silence.
la communaute a eu besoin de vous et vous vous etes desiste. maintenant que le pouvoir est pris pour plus de 5 ans vous sortez pour ne rien qu'une parodie de combien vous grand et que tous vos freres sont petits et corrompus.
Vous allez regretter ce que vous faites le jour ou vous oserez mettre le pied en Mauritanie et faire de la VRAIE politique.

13.Posté par niiwa le 03/08/2009 21:44
Avec tout le respect que j'ai pour vous j'aimerai bien vous dire seydi Thiam la lutte c'est en Mauritanie. En plus vous etes chef des Flam depuis 16 ans aucune realisation passez le temoin a un autre.

14.Posté par KANE BOCAR le 03/08/2009 23:13
Que l'interview soit réalisée par Avomm ou Flamnet ou Taqadoumy, peut importe. Dans cet entretien, Le Président éxpose une pensée à travers un argumentaire cohérent . En tout cas il attaque tous les sujets soulevés sans aucun tabou.
On peut ne pas être en accord avec ses arguments, cependant il importe de discuter plus sur le fond.
En particulier, nous autres qui sommes sensé prendre un jour peut-être, la réleve. Si on veut un jour arrivé à cette unité recherchée, nous devons dépassionner le débat.
L'interview a un mérite, celui d'en finir une bonne fois avec nos différences. En effet, la reponse d'Ibrahim Sarr apportera certainement un autre argumentaire. A partir de là, observateurs et militants que nous sommes, on doit se faire violence pour lire avec la raison et non seulement avec le coeur, à travers les lignes pour voir enfin ce qui nous uni, mais aussi les points de désaccord. Ainsi à travers une vision commune nous pourrons continuer la lutte ensemble, puisque ce combat est le notre à nous tous.


KANE Bocar
Bordeaux

15.Posté par Jameson le 03/08/2009 23:28
Ibrahima Moctar Sarr n'est pas obligé de répondre dans l'immédiat .
cela fait combien de mois que nous espérons lire Samba Thiam.

16.Posté par Alassane Sow le 04/08/2009 01:35
En effet, KANE Bocar, nous devons dépassionner le débat. Espérons que nos amis le feront.

17.Posté par ngaide le 04/08/2009 01:53
Je croix qu'il important de voir la version de IMS sur cette affaire, la on poura clarifier la divergence et depasser de s'entre attaquer. Le combat et le meme , depassons ces polimiques ensemble travaillons pour l'unite national.
L'essentiel, ne trompons pas de cible.


Dans la même rubrique :
1 2 3 4