Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

Ousmane SARR, président

Demba Niang, secrétaire général
Secrétaire général Adjt; Demba Fall

Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Mariame Diop
adjoint Ngolo Diarra

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Conseillers; Kane Harouna
Hamdou Rabby SY










AVOMM

Lilian Thuram prend la parole, il n’a pas apprécié les propos de Nicolas Sarkozy

Revenant sur les propos de Nicolas Sarkozy qui répondant à une habitante de banlieue avait dit vouloir les débarrasser des racailles, le défenseur de la juventus s'est exprimé devant les journalistes :


Lilian Thuram prend la parole, il n’a pas apprécié les propos de Nicolas Sarkozy
Moi aussi j’ai grandi en banlieue, a t-il expliqué lors d’une conférence de presse mardi. "Quand quelqu’un dit qu’il faut nettoyer au Karcher, il ne sait peut-être pas ce qu’il dit. Moi je le prends pour moi."

"Moi aussi quand j’étais plus jeune, et que j’allais à l’école, on me disait : tu es une racaille parce que j’habitais aux fougères. Mais je ne suis pas une racaille. Ce que je voulais, c’était travailler. Mr Sarkozy n’a peut-être pas saisi cette subtilité."

Pour Thuram, la vie en banlieue a ses règles : "Dans la banlieue, quand les gens se sentent agressés, ils réagissent par l’agression. Bien sur que ce n’est pas la solution, mais c’est comme ça."

Thuram trouve que mettre l’accent sur le discours sécuritaire a permis trop facilement aux politiques de trouver des boucs émissaires, en l’occurrence les gens qui vivent dans les banlieues. Poursuivant sa déclaration, Thuram a ajouté : "Mais la violence n'est jamais gratuite. Il faut comprendre d'où arrive le malaise. Avant de parler d'insécurité, il faut peut-être parler de justice sociale. Les gens (en banlieue) n'ont peut-être pas de travail. La rigueur c’est bien, mais avant il faut intégrer les jeunes par le travail. Ils demandent du travail et les plus rebelles le traduisent par de l’agressivité."

Le défenseur de l’équipe de France a encore dit "être triste pour les jeunes de banlieue", et a ajouté qu’il fallait qu’il fallait d’autres idoles aux jeunes que les footballeurs. "Souvent, les jeunes ont comme idoles les joueurs de foot, c'est bien, mais il faut d'autres idoles."

Lilian Thuram, footballeur engagé (membre du Haut Conseil à l’intégration), n’a jamais pratiqué la langue de bois et a souvent pris position sur des dossiers extra-sportifs : le racisme, l’intégration, la place des Noirs et des immigrés dans la société française, la citoyenneté, le soutien à Amnesty International...


GRIOO.COM
Jeudi 1 Janvier 1970 -
flamnet
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 558