Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

AJD/MR OU LE PRAGMATISME EN MARCHE par Adama NGAIDE


AJD/MR OU LE PRAGMATISME EN MARCHE par Adama NGAIDE
On ne peut pas comprendre l’action et la dynamique politiques de l’AJD/MR sans tenir compte de l’impérieuse exigence que ses dirigeants, ses cadres et ses militants donnent à la question nationale, à la problématique qui en découle et finalement à la réalisation de son projet de société lequel projet, comme l’a rappelé le président Ibrahima Mokhtar Sarr dans sa toute dernière interview, est en osmose, comme le dirait le biologiste, et en cohérence avec la nécessité de créer un environnement sociopolitique qui garantirait le droit et la justice à tous les mauritaniens.

C’est justement l’ignorance et la banalisation d’une telle exigence fondamentale qui conduira notre pays aux dérives et aux crises cycliques qui semblent aujourd’hui hypothéquées l’avenir de la Mauritanie. En scrutant le bilan macabre de l’armée on se rend à l’évidence, avec tristesse, que l’opposition démocratique est passée à côté de son combat, celui de la défense de ce qu’il y’a de plus cher : le droit à la vie.

La création de l’AJD/MR et l’arrivée de Ibrahima Mokhtar Sarr comme Président incontestable, légitime et incontesté, aideront à faire comprendre les limites objectives des faux leaders de l’opposition ; Plus intéressant encore sera le nouvel élan dans la remobilisation autour des questions pendantes ignorées et banalisées par une opposition démocratique qui a longtemps foulé au pieds les principes qui fondent même son existence tellement que ses collisions avec le pouvoir sont devenues éloquentes.

C’est cette grammaire politique devenue difficile à capter par le commun des mauritaniens qui justifie, grandeur nature, la prise d’acte de l’AJD/MR après le fameux coup d’état contre SIDIOCA. Or si prendre acte ne signifie pas Condamner, il ne signifie pas pour autant soutenir. Loin s’en faut. Prendre acte signifie, constater une action, l’analyser et se positionner.

Dans le cas mauritanien, il s’agissait d’un énième coup de force organisée par une armée affairiste, tribalisée, ethnicisée contre des institutions du même genre; Des institutions qui ont longtemps refusé de faire de la COHABITATION une préoccupation. Or la cohabitation reste pour l’AJD/MR une sine qua none à la réalisation de l’unité nationale et à la concrétisation du développement. Subséquemment, une mise en scène du genre causée par une armée affairiste et contre des institutions racistes n’est qu’un facteur explicatif de l’approfondissement de la crise. Coup d’état ou pas notre pays est plongé dans une crise politique d’origine discriminatoire générée par l’ensemble des régimes qui se sont succédé depuis notre accession à l’ «indépendance».

Et comme l'AJD/MR a une suite dans les idées, elle a pris acte pour rappeler sa préoccupation majeure...On la qualifia de neutre et de souteneuse! Nous étions les seuls a posé des conditions et des exigences pour participer à l’idée d’un gouvernement sous SIDIOCA pendant que d’autres s’empressèrent à accompagner les nombreux forfaits d’un gouvernement qui n’a pu faire mieux que ses prédécesseurs : racisme institutionnalisé, Esclavage accentué, féodalité banalisée, crimes économiques tolérées, passif humanitaire bâclée par une société civile instrumentalisée aidée par une opposition prébendiere qui court derrière des postes, pour ne citer que ces thèmes encore d’actualité. Nous étions les seuls et aucune rhétorique aussi savante ne pourrait démontrer le contraire.

Nous ne sommes ni des souteneurs encore moins des neutres. La neutralité de l’AJD/MR et de ses leaders aguerris surprendrait plus d’un. Ne pas soutenir ou ne pas condamner ne signifie guerre ne pas avoir une opinion ou une position. Notre position est la résultante d’une analyse logique et profonde des réalités politiques nationales concrètes et non abstraites et imaginaires marquées par une exclusion terrible des noirs et une paupérisation croissante des populations. Paupérisation qui est un corollaire même des politiques causées par les crimes économiques, la corruption, les vols organisés par une élite prédatrice flanquée de ses courtisans de toutes sortes.

C’est toute cette politique qui fait que le «Ina Wona» n’est naïf encore moins démagogique. Il est philosophique. Il est aussi essentiellement politique. Il renvoie l’idée selon laquelle le noir mauritanien fut-il peut bien diriger le pays. Le «Ina Wona» loin d’être une invention naïve et démagogique est au contraire un «Yes We Can» porteur d’un véritable projet de société que nous avons bien défini et qui est rendu public à tous les mauritaniens.

Ce «Ina Wona» est une forme révolutionnaire qui exprime une révolte consciente et un engagement ferme à croiser le discours à celui du «Wonata Ha Lakkara» véhiculé par les négres de service, les mauritaniens incapables et les innombrables complexés qui peuplent notre société.

Donc notre «Ina Wona» est une invention politique consciente, conséquente et qui cadre bien avec une exigence fondamentale, celle d’une démocratie totale. Des erreurs ont été commises. Des approximations et des velléités inutiles ont été vécues mais l’AJD/MR se porte assez bien dans un environnement politique très hostile et dans lequel nous avons peu d’amis et beaucoup d’ennemis et où l’argent, l’art de mentir, de ruser et courtiser font légion….Des erreurs, des tergiversations, nous en connaîtrons encore. C’est le principe même de la vie qui devrait être soutenu par le principe du débat interne heuristique, civilisé et contradictoire pour hisser l’AJD/MR au sommet.

Au moment où toute l’opposition même les plus «radicaux» et les plus «excités» affichent une indifférence notoire face à la question nationale lui privilégiant des analyses sur la prouesse démocratique d’un système politique englué encore et toujours dans les pratiques injustes profondément enracinées et visibles, l’heure devrait être dédiée à la concertation et à la mobilisation autour de la question nationale pour sauver une opposition mourante et un pouvoir neutralisé par des auteurs de crimes économiques et des crimes de sang soutenus par des « intellectuels » stomacaux.

Sommes-nous en face d’un exemple d’infantilisme politique ou d’un crétinisme politique suicidaire ou alors d’une GRANDE COMPLICITE entre certains leaders politiques qui sont dans le secret des dieux. Cette dernière est plausible. Car ce coup d’état contre SIDIOCA, ces NEGOCAITIONS ayant accouché d’un président Ex Général, toutes ces péripéties n’ont pas encore révélé aux mauritaniens les vrais secrets. Mobiliser dés le départ pour rétablir SIDIOCA via le droit et la justice, cette opposition a fini par accepter le coup d’état tout en s’assurant honteusement de sauvegarder et de prendre sa part du gâteau (participation au GUNT, maintien à la présidence de l’assemblée, maintien des députes, des maires avec tout ce que cela occasionne comme dépenses et avantages captés du contribuable mauritanien…..) au moment où la pauvreté sonne à la porte de la majorité écrasante des mauritaniens.

Cette manière de pratiquer l’opposition politique est très problématique et laisse même penser qu’il existerait un système de complicité et d’intelligence avec ceux qui règne en maître depuis un demi-siècle. Dans les semaines à venir nous nous attendons à une implication plus poussée de cette même opposition dans les affaires du pays. Un signal fort a été déjà accompli avec la nomination d’un «opposant» comme Ambassadeur !

On dira tout ce qu’on voudra mais il serait suicidaire de ne pas admettre que notre «opposition démocratique» a brillamment participé à la mascarade et à la légitimation du coup d’état qu’elle a prétendu combattre. Et en retour, elle devrait bénéficier, selon toute logique, de plusieurs récompenses pour avoir bel et bien été actrice de ce miroir aux alouettes, ce faux véritable combat pour la « défense de la démocratie », qu’elle a animé des semaines durant, grâce à ses relais extérieurs dormants et visibles gérés par des d’éminents chercheurs d’emploi qui se définissent tantôt comme des opposants tantôt comme des droits de l’hommiste. D’ailleurs des appels du pied sont déjà enregistrés avec des communiqués de certains partis.

L’avenir que nous prédisons est évident en ce que notre opposition a toujours été ancrée dans des querelles de positionnement et jamais dans un combat pour les valeurs et l’avènement de la démocratie. Le racisme d’état qui prévaut et les nombreuses injustices sociales (féodalités, esclavage, détournement de l’argent public, pillage des projets financés sur des prêts payés par les générations futures……) devraient donner normalement à l’opposition une image nationale et internationale incontestable qui passe par des dénonciations permanentes et actives et par un travail de concertation (pas d’affrontements) et de coordination de réveil, d’éveil et de conscientisation pour amener les mauritaniens à mieux comprendre le jeu de tromperie bien entretenu par une l’onction intellectuelle et politique de certains cadres soucieux de leur carrière politique et professionnelle.

Il est temps de prendre l’AJD/MR comme une source politique. En effet, le principe d’action politique de l’AJD/MR s’appuie sur la réalité politique concrète et non abstraite que le militant politique engagé et l'intellectuel achevé doivent prendre comme référence pour guider et forger les actions et les pensées qui structurent toute action politique mais aussi construire tout argumentaire visant a éclairer les opinions.

C’est fort donc de ce principe où de cette logique que l'AJD/MR est en train de faire le pari sur le combat pour la démocratie chantée, ça et là, par des démagogues et des démocrates new look et par une «opposition génétiquement modifiée» (OGM), nous avons nommé l’opposition mauritanienne qui, dans sa majorité écrasante, s’est encore fourvoyée. Helas.

Adama NGAIDE dit Ibrahima.
Computers & Softwares Business solutions Counselor



Source: AJD/MR
Dimanche 25 Octobre 2009 - 18:55
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Amadou Ba le 25/10/2009 19:14
Monsieur Adama Ngaide, vous avez très bien expliqué la position de l'AJD/MR lors du coup d'état. Les vrais enjeux de l'AJD/MR. Ce parti a toujours mis en avant les questions essentielles. Tant que ces questions ne sont pas réglées, le reste c'est du cirque.

Merci Adama Ngaidé

2.Posté par jambere le 25/10/2009 19:42
Vous nous avez beaucoup manqué Ngaédé, je commençais à m'inquieter.
Merci de l'éclairage

3.Posté par koulymamkoly le 26/10/2009 00:11
«opposition génétiquement modifiée» (OGM)!
J'ADORE

4.Posté par Bandoum le 26/10/2009 17:52
A AJD il ne manque pas de cadres competents mais ils sont presque tous en France. La section des USA manquent de cadres competents et equilibres et politiquement tres forts.

5.Posté par Taarikh le 26/10/2009 20:24
Bandoum, les cadres des autres partis et mouvements à qui servent-ils ? A Paris et ailleurs les cadres sont partout mais nous voyons pas de résultats. Les cadres en Mauritanie sont toujours avec les gouvernements successifs, à Paris , ils ne s'entendent pas et c'est là notre force et c'est dommage. Au moyen AJD/MR garde les rangs serrés et je les approuve.
Bon courage Ngaidé, vous êtes extraordinaire et ne baissez pas les bras, un jour nous v aincrons.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543