Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

Ousmane Abdoul Sarr, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Ngolo Diarra

Commissaire au compte Mme Diop Marième

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

AJD-MR : déclaration.


Le bureau politique de l’AJD-MR s’est réuni le mardi 16 juin 2020 à l’effet d’évaluer sa participation à la coordination des partis représentés à l’assemblée nationale, et la gestion du fonds alloué à la lutte contre la pandémie du Covid-19 et ses répercussions catastrophiques dans notre pays. L’AJD-MR avait répondu favorablement à l’appel du président de la République et à l’invitation de l’UPR lui faisant suite, pour une action vigoureuse et concertée de tous, afin de prendre toutes les dispositions utiles et nécessaires pour prévenir la pandémie. L’Ajd-mr a décidé dès lors de taire provisoirement ses revendications à caractère politique sur les sujets nationaux et d’importance capitale, dont les manifestations continuent malgré tout d’impacter notre vivre-ensemble.

Dans une déclaration en date du 24 mars 2020, nous avions tenu à alerter sur les risques liés au déploiement de nos forces armées au niveau de notre frontière sud. Nous appelions au sens des responsabilités de nos militaires pour une approche pédagogique vis-à-vis des populations encore hantées par les mauvais souvenirs de la douloureuse période 89-91. Notre engagement sincère et uniquement mu par un souci patriotique a été à maintes reprises réitéré durant ces concertations, où nous demandions tout simplement à nous rendre utiles, et rien de plus, là où les pouvoirs publics en ressentaient le besoin. Après plusieurs réunions, discussions et récriminations, nous avons constaté que notre voix, loin d’être audible, n’a pas empêché l’état de procéder à une gestion unilatérale de cette pandémie. Cet unilatéralisme a pu se manifester tant au niveau de la distribution des vivres aux populations nécessiteuses, que par la non implication réelle de la société civile dans la campagne.

Par ailleurs, l’attitude des forces de l’ordre vis-à-vis des citoyens déjà éprouvés par un confinement difficile nous est également apparu insupportable au regard de la bienveillance qu’impliquaient les mesures de confinement. Le comportement dur et parfois arrogant de nos forces de l’ordre a conduit au meurtre de notre compatriote Abass DIALLO sous les balles d’un soldat. Devant le tollé général et l’émoi suscité par ce drame, la réponse des autorités militaires, traitant la victime de repris de justice, au lieu d’incliner au regret, n’a fait que rajouter au sentiment d’arrogance.

Devant l’insistance des partis d’opposition au sein de la coordination pour une implication réelle en amont et en aval dans la gestion du Covid-19, et après deux mois d’atermoiements, place leur est faite dans le comité de suivi. Dès la première rencontre nous faisons le constat que notre rôle est en réalité conçu comme figuratif, et qu’il n’y avait d’ailleurs plus rien à observer, ni à co-gérer ; les choses ayant été déjà largement engagées.

Compte tenu de tout ce qui précède, et constatant que notre bonne volonté à contribuer à la lutte contre la pandémie n’a pas trouvé de répondant du côté du pouvoir, l’Ajd-mr décide de suspendre sa participation au comité de suivi et à la coordination des partis parlementaires dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Dans l’attente de meilleures dispositions des pouvoirs publics pour une approche de collaborative face à la pandémie, nous appelons tous nos militants à rester solidaires des populations pour un travail civique conséquent et désintéressé dans le respect des gestes barrière et des consignes de sécurité.

Nouakchott, le 16 juin 2020
Le Bureau Politique
Jeudi 18 Juin 2020 - 15:20
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 556