Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

Au Mali, Tombouctou sous blocus depuis un mois


Depuis le 8 août, la grande ville du nord est isolée par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans. Parallèlement, deux attaques ont frappé un bateau et un camp militaire.


Au moins 64 personnes, 49 civils et 15 soldats, ont été tuées jeudi 7 septembre dans deux attaques contre un bateau de transport de passagers et une base de l’armée dans le nord du Mali. Les deux raids ont ciblé « le bateau Tombouctou » sur le fleuve Niger et « la position de l’armée » à Bamba, dans la région de Gao, selon un communiqué du gouvernement militaire, indiquant par ailleurs que la riposte des forces armées maliennes (FAMa) a permis de « neutraliser une cinquantaine de terroristes ». Les autorités ont décrété un deuil national de trois jours à compter de vendredi, suite à ces deux attaques revendiquées par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM, affilié à Al-Qaida).

Le bateau de la Compagnie malienne de navigation (Comanav) a été visé dans le secteur de Gourma-Rharous, entre Gao et Tombouctou. La Comanav assure une importante liaison sur plusieurs centaines de kilomètres de Koulikoro, en aval de Bamako, jusqu’à Gao, en passant par plusieurs villes bordant le fleuve Niger. Des images diffusées sur les réseaux sociaux, dans une zone à l’accès et aux communications difficiles montrent un épais nuage de fumée noire s’élevant du bâtiment vers le ciel.

Vendredi, un nouvel assaut terroriste a cette fois visé l’aéroport de Gao. L’armée malienne a évoqué dans un bref message sur les réseaux sociaux une attaque « kamikaze et complexe », mais sans fournir de bilan, se contentant de dire que « la riposte et l’évaluation [étaient] en cours ».

Le prix de l’essence a doublé

Ces attaques surviennent dans un contexte de tension grandissante entre l’Etat malien et les groupes politico-militaires de la Coalition des mouvements de l’Azawad (CMA, l’ancienne rébellion touareg et arabe) et où la ville de Tombouctou fait face à un blocus du GSIM depuis le 8 août. Dans cette ville carrefour du nord du Mali, beaucoup de marchandises sont importées d’Algérie et de Mauritanie. L’huile, les pâtes, le sucre mais surtout l’essence sont de plus en plus rares et soumis à d’importantes spéculations.

Certains camions sont parvenus à contourner le blocus, mais l’immense majorité demeurent bloqués et les routes sont de moins en moins fréquentées. « Le litre d’essence a doublé : il était encore à 700 francs [CFA] il y a un mois, aujourd’hui il est à plus de 1 500 francs [CFA]. La vie tourne au ralenti », s’exaspère Mahamane Alidji Touré, animateur de Radio Bouctou, une radio locale.

Le 4 septembre, le premier ministre de la transition, Choguel Maïga, a reçu une délégation de ressortissants de la région de Tombouctou, mais le communiqué publié à l’issue de cette rencontre ne fait à aucun moment mention du blocus. Celui-ci se limite à pointer « l’exacerbation des incidents » sécuritaires ayant provoqué « des restrictions de l’acheminement de marchandises et la flambée des prix des denrées de première nécessité, voire leur rareté sur les marchés ».

« La situation ne cesse de se dégrader »

« J’ai vraiment peur. La situation ne cesse de se dégrader et tout se passe comme si les facteurs qui ont entraîné l’insurrection de 2012 sont toujours là », s’inquiète le docteur Ibrahima Maïga, chef du centre de santé de Tombouctou. Le médecin déplore la fermeture de plusieurs centres de santé due aux nouveaux affrontements. Selon le Bureau onusien de coordination des affaires humanitaires (OCHA) au Mali, plus de 30 000 personnes « se sont déplacées préventivement à travers les régions de Tombouctou, Taoudéni et vers les pays voisins depuis le début du blocus ».


Le blocus de la ville de Tombouctou intervient alors que la mission des Nations unies (Minusma) s’est vue contrainte de partir du Mali par la junte au pouvoir d’ici à la fin de l’année. Les casques bleus viennent ainsi de quitter deux camps militaires à Ber et Goundam, à quelques kilomètres de Tombouctou. Ces bases ont été transférées aux autorités maliennes, permettant ainsi à Bamako de justifier un repositionnement de ses troupes dans le nord du pays. Le récit de la reconquête d’une souveraineté perdue se heurte cependant à la réalité du terrain. Les FAMa font face à la fois aux groupes djihadistes, qui multiplient les attaques, et à la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), signataire de l’accord de paix d’Alger de 2015, avec qui la tension est grandissante.

L’accord n’a aujourd’hui jamais paru aussi menacé. Des inquiétudes renforcées par l’arrivée le 3 août des FAMa et de Wagner dans le camp militaire de Ber, à environ 60 kilomètres de Tombouctou. Quatre jours plus tard, après une attaque sur l’une de ses positions ayant fait deux morts dans ses rangs, la CMA avait dénoncé une « violation du cessez-le-feu » signé en mai 2014 et l’attitude « belliqueuse » du gouvernement malien.

Olorin Maquindus

Source : Le Monde - (Le 08 septembre 2023)
Samedi 9 Septembre 2023 - 13:40
Samedi 9 Septembre 2023 - 13:42
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 590