Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Joindre le Fndd ou s’engager dans une 3ième voie ? Le Rfd tergiverse dans ses réflexions

Pour rappel, notons que le Rfd a rejeté le 8 janvier dernier les conclusions des Journées de concertation organisées du 27 décembre au 6 janvier par les militaires. Le président du parti Ahmed Ould Daddah avait indiqué qu’elles étaient contraires aux fondements et principes de la démocratie et aux intérêts supérieurs de la Mauritanie.


Joindre le Fndd ou s’engager dans une 3ième voie ? Le Rfd tergiverse dans ses réflexions
Le Comité permanent du Rfd a achevé tard, hier soir, une réunion qui a duré plusieurs heures et qui a porté sur la définition de la nouvelle ligne politique du parti à adopter après le grand refroidissement qui a caractérisé les relations de cette importante formation politique avec le Haut Conseil d’Etat au lendemain de la proclamation du rapport général des états généraux de la démocratie.

Après son acclamation au palais des congrès et les engagements du Général Mohamed Ould Abdel Aziz d’appliquer ses recommandations à la lettre s’il est adopté par le parlement, le document est, on ne peut plus, arrivé au stade final de sa mise en vigueur par les autorités actuelles.

En effet, le dit rapport a été par la suite approuvé par la majorité au sein des deux chambres du parlement et par la suite défensivement signé par le chef du Gouvernement Moulaye ould Mohamed Laghdaf en prélude de son exécution effective sur le terrain. Toujours est-il qu’à propos du conclave du Comité permanent du Rfd, aucune information n’a pu filtrer des discussions marathoniennes.

Des sources proches du parti disent que le Rfd s’est penché sur deux options fondamentales :

- la première option porterait sur une jonction avec le Fndd en perspective de la déclaration d’un communiqué commun entre les deux forces politiques relatant une position unifiée vis-à-vis de l’actuelle situation politique,

- alors que la seconde privilégie l’engagement dans une troisième voie basée sur la vision politique du Rfd, mais qui refléterait une démarche centriste entre l’attitude indiscutable de la coalition anti-putsch relative au rétablissement du président renversé Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi dans ses fonctions de président de la république et celle du HCE portant consécration du pouvoir militaire.

Pour rappel, notons que le Rfd a rejeté le 8 janvier dernier les conclusions des Journées de concertation organisées du 27 décembre au 6 janvier par les militaires. Le président du parti Ahmed Ould Daddah avait indiqué qu’elles étaient contraires aux fondements et principes de la démocratie et aux intérêts supérieurs de la Mauritanie.

Au lendemain du coup d’Etat du 6 août dernier, le Rfd avait apporté un soutien très efficace au HCE qui lui a permis de bien gérer cinq mois d’existence. Le parti avait également plaidé avec succès auprès de certains Etats et organisations internationales pour une position assouplie à l’égard des autorités de Nouakchott. Mais, au finish des Egd, le Rfd a réalisé que les choses suivent le cours politique sur lequel il a manifesté des réserves au tout début, à savoir son opposition farouche à l’entrée des hommes en uniformes sur la scène politique après l’actuelle transition dirigée par le HCE.

Le Rfd et la coordination des forces du Changement (CFC) qui rassemble en son sein les partis politiques du Fndd, des organisations de la société civile et des centrales syndicales ont en commun leur rejet des journées de concertation et l’entrée en lice de militaires dans les élections présidentielle.

Ce partage de vision pourra donc les pousser tous les deux à dépasser certaines différences de point de vue pour s’imposer. Sinon, , ils s’exposeront irréversiblement à la veille de la future présidentielle à d’intenses démissions dans leurs rangs qui finiront par les vider malheureusement de leurs troupes et de leur militants, après avoir fait la fierté du pays des années durant.

Enfin, notons qu’après avoir qualifié de mascarade le document final des Egd, le Fndd, dont le raisonnement politique s’apparente trop à celui du Rfd, du moins pour ce qui porte sur les hommes en treillis, a invité toutes les forces vives de la nation (dont évidement le Rfd) à privilégier la voie du dialogue politique pour mener le pays à bon port.

La mouvance Ely Ould Mohamed Vall ne serait pas loin de cette vision, avec les informations faisant état de la non candidature de l’ancien président du Cmjd, si un membre du HCE briguerait le suffrage des électeurs lors de la présidentielle du 30 mai prochain. Selon cette mouvance, comme d’ailleurs le Fndd et le Rfd, les dés seraient pipés d’avance et toute course ne ferait que légitimer l’actuelle comédie politique pour enfin propulser le Général Ould Abdel Aziz et ses sbires au sommet de la pyramide Etat.

Pour terminer, patientons-nous à cette anecdote qui dresse des ressemblances inouïes entre le parcours politique du Général Mohamed Ould Abel Aziz et celui du Colonel et ex président démis en 2005 Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya.

Aujourd’hui, le gouvernement du HCE, comme celui d’Ould Taya est engagé dans une guerre sans merci contre les partis islamistes qu’il envisage de dissoudre. Maaouiya avait toujours refusé la reconnaissance de ces partis dont il assimile les activités à des pratiques extrémistes et terroristes.

Mohamed Ould Mohamed Lemine
mdhademine@yahoo.fr

source : Le Rénovateur Quotidien
Mardi 13 Janvier 2009 - 13:58
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par DIALLO le 14/01/2009 20:55
Si j'étais AHMED je partirai dignement sans faire exploser le RFD qui est le seul parti structuré où on retrouve toutes les couches sociales. Il faut lui reconnaitre son parcours de combattant même s'il a fait des erreurs. il a vieilli, il est usé, il est fatigué, son cerveau ne fonctionne plus pour vouloir rallier le FNDD les plus gros voleurs de la Mauritanie. AHMed depuis 18 ans vous devrez prendre la retraite, vous avez manqué à plusieurs reprises le fauteuil, les militaires vous ont arraché le pouvoir . A 73 ans c'est trop tard pour vous, je suis désolé pour vous à un certain moment de votre lutte vous l'avez mérité mais plus maintenant, il faut savoir renoncer pour garder votre dignité et le respect pour soi même. Au revoir le marabout de Boutilimitt.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543