Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

L'INVITÉE DU SITE FLAMNET AMAL MINT CHEIKH ABDALLAHI

Attachée de communication à la présidence de la République

"S'il y a un aspect positif dans ce putsch, c'est bien qu'il ait permis de séparer la bonne graine politique de l'ivraie politicienne"
« En ce moment, je me trouve dans le palais de la présidence, là où nous habitons avec le président, la première dame et les enfants. Le président vient d'être arrêté, il y a cinq minutes par un commando du BASEP qui sur ordre du général Mouhamed Ould Abdel Aziz est venu le chercher et l'emmener au BASEP. C'est un coup d'Etat en bonne et due forme..." C'est par ces mots, sur les ondes de RFI, que les mauritaniens - et le reste du monde- ont appris, incrédules, la destitution du président, qu´ils ont élu pour un mandat de 5 ans, par des officiers qu'il venait d'élever au sommet de la hiérarchie militaire. Amal Mint Cheikh Abdallah ne pouvait pas se tromper. Elle n'en savait que trop des intrigues et de l'activisme de la troupe qui campe devant le palais ocre et qui a depuis longtemps déserté sa mission sécuritaire pour s'abonner à l'art dans lequel ses chefs excellent le plus: le putschisme.


L'INVITÉE DU SITE FLAMNET AMAL MINT CHEIKH ABDALLAHI
Amal n'est pas seulement que fille du Président Sidi O/ Cheikh Abdallah, elle est aussi une attachée de communication à la Présidence de la République. Une position de proximité dont cette doctorante sur "les Fondements philosophiques de la pensée économique dans le moyen âge arabo-musulman" réclame la légitimité de par son "lourd bagage intellectuel": un DEA en sciences éco et un DESS en sciences po. La mine docile de ses 28 ans contraste avec sa ferme détermination à confronter les usurpateurs. Si on évoque Benazir Bhutto, elle touche du bois mais ne rechigne pas à la comparaison. Elle juge sans complaisance les anciens compagnons de son père et ne mâche pas ses mots en particulier quand il s'agit des militaires. Elle a compris son monde. Elle est prête à s'assumer.

Avec Flamnet, elle monte au front. Elle défend les réalisations de son Président de père et la fondation KB, fustige l'hypocrisie et la versalité du clan putschiste, se félicite de la mobilisation des démocrates contre l'intrusion militaire dans la vie politique nationale. A coeur ouvert, Amal accorde une interview exclusive au site des combattants de la liberté.


Entretien.

FLAMNET: Bonjour, avez-vous des nouvelles du Président, des conditions de sa détention?

AMAL MINT CHEIKH ABDALLAHI : Non. Je n'ai pas vu mon père depuis le 6 août matin. Nous n'avons pas le droit de le voir ni de lui envoyer du courrier. On ne nous donne pas non plus de ses nouvelles. Les dernières informations sérieuses à son sujet nous ont été communiquées par les responsables qui ont été également enlevés en même temps que lui et qui ont été libérés quelques jours plus tard. Je ne peux qu'être inquiète pour sa sécurité, qui n'est pas du tout assurée tant qu'il se trouve entre les mains de ses ravisseurs, qui ont agit en parfaite irresponsabilité et qui ont commis, par cet enlèvement un crime passible des plus grandes peines.

FLAMNET: L'opinion généralement établie veut que votre père ne soit que la création des militaires. Quelles relations entretenait-il réellement avec son entourage militaire et notamment avec les généraux qu'il a nommés et qui l'ont tombé? Votre père nourrissait-il des ambitions présidentielles avant la transition de d'Août 2005?

AMAL MINT CHEIKH ABDALLAHI : La réalité, c'est que le Président s'est présenté aux mauritaniens avec un programme électoral bien clair et qui s'articule essentiellement autour de la réconciliation nationale et de la consolidation de l'Etat de droit. Il a été élu, sur la base de ce programme, à plus de 52 % des voix, à travers des élections libres et transparentes, connues de tous. D'ailleurs, dès son investiture, le Président s'est évertué à cantonner son entourage militaire immédiat au rôle qui lui est dévolu par la constitution : celui de la sécurité. Hélas, c'est peut-être pour cette raison qu'ils l'ont « tombé » comme vous dites. Tout ce qui peut être dit d'autre n'est qu'une tentative vaine de discrédit.

FLAMNET: Il semblerait que les militaires seraient entrain de négocier la libération de votre père contre sa renonciation à ses charges présidentielles. Le croyez-vous capable de céder à un tel chantage?

AMAL MINT CHEIKH ABDALLAHI : Le Président de la République a été élu pour 5 ans. Vous pouvez être certain qu'il est déterminé, aujourd'hui plus que jamais, à aller jusqu'au bout de son mandat et à continuer la mise en oeuvre du programme pour lequel il a été élu. Et ce malgré toutes les tentatives de déstabilisation, militaires soient-elles ou civiles, qu'il a connues ces derniers mois et jours.

FLAMNET : Les détracteurs du président parlent de "dérives monarchiques", du blocage des institutions et surtout du détournement des deniers publics au profit de la fondation "KB", que pensez-vous de ces accusations graves dont le chargent les putschistes et ses ex-soutiens "frondeurs"?

AMAL MINT CHEIKH ABDALLAHI : Prenons ces accusations, point par point : Les dérives monarchiques : tout le monde, y compris ses opposants, s'accorde à dire que le Président est un démocrate convaincu, intègre et doté d'un grand sens de l'écoute. C'est un homme qui s'est attelé pendant plus d'un an à l'ancrage de véritables valeurs démocratiques et de liberté dans ce pays. Tout le reste n'est que de tentatives vaines, hélas, de justifier l'injustifiable.

Concernant le 2eme point, comment peut-on parler de blocage des institutions alors que tout le monde sait pertinemment que c'est par la volonté du Président que celles-ci ont, pour la première fois dans l'histoire de ce pays, joué pleinement leur rôle de manière régulière et totalement indépendante de l'exécutif. Depuis le début du mandat du Président, soit environ 15 mois, aucune institution constitutionnelle, qu'il s'agisse du Parlement, du Conseil Constitutionnel, de la Cour Suprême, du Haut Conseil Islamique, n'a été empêché de fonctionner normalement. Au contraire, c'est grâce au Président qu'elles ont cessé d'être des chambres d'enregistrement et qu'elles ont commencé à fonctionner en toute indépendance. S'agissant plus particulièrement du Parlement, il a toujours fonctionné normalement et il est important de souligner une nette amélioration des conditions des élus, et le Président de la République n'est jamais intervenu dans le fonctionnement de l'une ou de l'autre des chambres. Au total, l'Assemblée Nationale a tenu 7 sessions (ordinaires ou extraordinaires) et voté une quarantaine de lois. La dernière session ordinaire (mai - juillet) a été ouverte et fermée aux dates prévues par la Constitution. La dernière loi votée était celle relative à l'accord de pêche avec l'Union Européenne. Par la suite, il faut rappeler, car on a trop souvent tendance à l'oublier, que c'est le gouvernement qui a demandé l'ouverture d'une session extraordinaire relative à la loi de finances rectificative dans la première dizaine du mois d'août, mais que suite à la demande des parlementaires, celle-ci a été reportée au mois de septembre. Où est le blocage ici ? Et quarante huit heures après le départ du Président de l'Assemblée Nationale en congés, voilà que les mêmes parlementaires s'activent à la demande d'une session extraordinaire, alors que quelques jours auparavant, ils ont expressément demandé son report. La vraie question est de savoir ce qui s'est réellement passé entre temps ? Pourquoi un revirement aussi inattendu? Cette demande, même si elle semblait rocambolesque, n'a pas du tout été refusée par le Président, contrairement à ce à quoi se sont acharné à faire croire à l'opinion nos parlementaires frondeurs. Seulement, nous ne sommes pas dans une République bananière et il y a des procédures bien définies dans le règlement de l'Assemblée Nationale et qui n'ont pas été respectées dans ce cas précis. Le gouvernement l'a tout simplement fait savoir. Seul le Président de l'Assemblée Nationale est habilité à signer la correspondance portant demande d'une session extraordinaire et non pas son deuxième vice-président, comme c'était ici le cas. De plus les députés n'avaient pas signé devant le bureau de l'Assemblée comme cela était prévu ; il y avait au moins 2 députés qui se trouvaient à l'étranger à ce moment là : on avait signé à la place de l'un d'entre eux et pour l'autre on avait écrit par « procuration », sans que cette procuration n'ait été transmise. De plus, si l'objectif était réellement la tenue de cette session, il suffisait de présenter de nouveau la demande après correction des vices de forme. Et Enfin pourquoi aucun député n'a pris la peine de contacter le Président de l'Assemblée Nationale, et qui était bien joignable, pour l'informer de cette situation?

Vous voyez donc bien que s'il y a eu blocage c'est bien de la part des parlementaires fondeurs. Jamais nos institutions n'ont été à ce point piétinées et clochardisées. La pratique démocratique à commencé à se résumer chez à nous à une accumulation de tous les instruments d'entrave : Motion de censure, commissions d'enquête, haute cour de justice, session extraordinaire demandée par les députés. Rappelons que cette dernière est une chose rare même dans les plus grandes démocraties. N'oubliez pas que Charles de Gaulle a déjà refusé une convocation qui lui été faite et que Valéry Giscard D'Estaing en a accepté une tout en précisant que c'est « parce qu'il le voulait bien ».

S'agissant à présent du 3eme point, l'attaque contre la Fondation a pour unique objectif de nuire au Président. Malheureusement pour eux, les sénateurs frondeurs, qui se sont subitement découvert une âme de « lutteurs » contre la gabegie se sont trompés de cible. La Fondation n'a jamais reçu d'argent public (demandez donc à ceux parmi eux qui ont, pendant plusieurs semaines, passé au peigne fin les comptes du Trésor Public et du Budget pour trouver la moindre trace qui acculerait la Fondation et qui sont, à contre coeur, repartis bredouilles). Le tapage fait dans les médias publics sur les terrains détenus par la fondation ? Quelles n'a pas été la déception de ces sénateurs lorsqu'ils se sont aperçus qu'il ne s'agissait là que d'affectations provisoires - en d'autres termes ces terrains appartiennent à l'Etat et il peut les reprendre à n'importe quel moment-, dans des quartiers (très) périphériques et à faible valeur marchande, comprenant uniquement des points d'eau distribuée gratuitement ! La réalité c'est que toute cette gesticulation malsaine faisait partie d'un plan très clair de déstabilisation du Président de la République. Mais je tiens ici à signaler que la Fondation KB doit avant tout être considérée par rapports aux nombreuses actions caritatives qu'elle a réalisées depuis sa création. De l'aide d'urgence aux populations sinistrées (Tintane, Kaédi, Barkéol, Néma, Aleg, Rosso,. ), à la distribution d'équipements en faveur de nos frères réfugiés à Rosso et à Boghé, à la distribution quotidienne d'eau aux populations les plus nécessiteuses de Nouakchott, à la formation de jeunes filles à l'outil informatique, à l'encouragement de la créativité (organisation de concours de poésie dans les langue nationales), à la distribution de vivres pendant le mois de Ramadan aux populations indigentes.

Mais en réalité, la vraie interrogation ici concernerait la réelle détermination de ces sénateurs dans leur « lutte sans merci contre la gabegie » : pourquoi n'a-t-on voulu enquêter que sur ce qui touche de près ou de loin à la personne du Président, au même moment où un coup d'état se préparait ?

FLAMNET: Avec le putsch, vous avez vu certains anciens collaborateurs du président, même ses ministres rejoindre le camp des putschistes; que pensez-vous de ce nomadisme politique des mauritaniens? Etes-vous surprise de ces retournements de vestes?

AMAL MINT CHEIKH ABDALLAHI : Pour certaines personnes, je n'ai pas du tout été surprise. Il s'agit en l'occurrence de tous ceux qui étaient très proches des généraux. Pour d'autres, connus comme étant des spécialistes dans l'art d'applaudir, et qui en voyant tomber une feuille croient savoir d'où souffle le vent, la surprise n'a pas non plus été au rendez-vous et je dirais même que le contraire m'aurait étonné. Par contre, de voir certaines personnes très engagées dans la réalisation du programme du Président, et non moins agacées par l'ingérence des généraux dans le parlement, parmi les premiers soutiens au coup d'état, j'avoue que cela m'a quelque peu étonné.

Mais au-delà tout cela, je pense que s'il y a un aspect positif dans ce putsch, c'est bien qu'il ait permis de séparer la bonne graine politique de l'ivraie politicienne. Pour la première fois en Mauritanie, des hommes et des femmes libres disent NON au putsch. Et ça, c'est déjà une victoire en soi.

FLAMNET: Si vous deviez faire le bilan de la présidence de votre père, quelles réalisations concrètes et importantes en retiendrez-vous?

AMAL MINT CHEIKH ABDALLAHI : C'est tout d'abord la consolidation de l'unité nationale. Cette volonté s'est traduite dans le discours historique du 29 juin 2007, à travers l'organisation des journées nationales de concertation sur le passif humanitaire et l'opération du retour dans la dignité de nos frères réfugiés. A cet effet, un accord tripartite a été signé entre la Mauritanie, le Sénégal et le HCR et un établissement public (l'ANAIR) a été crée. Parallèlement, de fermes instructions ont été données par le Président pour accorder un temps d'antenne plus large aux langues nationales notamment au niveau de la 2ème chaîne de télévision et de la radio. Le Président tenait à travers cela à l'émergence d'une culture citoyenne plurielle. Il y a également la criminalisation (effective) de l'esclavage, loi qui a été votée, malgré l'opposition de certains sénateurs.

Il y a aussi l'esprit qui a caractérisé le début du mandat du Président (jusqu'au 6 août 2008) : celui de la liberté et de l'ancrage des pratiques démocratiques. Les médias publics se sont ouverts de telle sorte à devenir des médias crédibles et regardés. Notre télévision était d'ailleurs très appréciée à l'extérieur. La presse indépendante a travaillé en toute liberté, au point même que certains journaux ont outrepassé les principes de la déontologie, mais cela n'a jamais pour autant justifier le recours à la censure ou à d'autres pratiques que l'on a pu voir dans certains pays voisins. Il y a aussi la totale indépendance de la justice. Le Président de la République n'est jamais intervenu dans une procédure judiciaire quel qu'elle soit. L'Etat de Droit commençait véritablement à prendre forme, malgré le lourd héritage institutionnel, administratif mais aussi des mentalités héritées des périodes passées. Il y a eu également dès le départ la volonté de moraliser la vie publique et de lutter contre la gabegie, avec entre autre la loi sur la transparence financière (déclaration de patrimoine des hauts responsables de l'Etat,) et la dépolitisation de certains postes de l'administration, notamment les DREN. Terminée aussi la logique des règlements de comptes politiques : être de l'opposition n'est plus une « tare » et n'empêche pas d'accéder à de hauts postes de responsabilité. Vous avez plusieurs exemples à ce sujet. D'autre part, fini la conception de l'Etat « vache à lait », où chacun veut la plus grosse part (c'est peut être d'ailleurs une des raisons du mécontentement de certains élus frondeurs, habitués, dans le passé à ce genre de pratiques). Sur le plan économique, les réformes engagées depuis un an et demi par le Président de la République ont été considérées comme un modèle à suivre dans la sous région comme en a témoigné, le 1 août 2008, à l'occasion de la réunion du Caucus africain qui se tenait à Nouakchott, le Directeur Général du FMI, Monsieur Dominique Strauss Khan. En effet, ces réformes ont pris en compte les besoins prioritaires des populations (coupes faites dans les faramineuses dépenses de fonctionnement des administrations et affectées aux secteurs de l'hydraulique, de la santé et de l'éducation). D'importants chantiers de réforme de la gestion des finances publiques mais aussi de l'investissement privé ont été mise en oeuvre. Lors de la réunion du groupe consultatif qui s'est réuni à Paris en décembre dernier, la Mauritanie a pu bénéficier d'un montant supérieur à 2,1 milliards dollars de pour le financement de son programme d'investissement public. Des conventions de 600 millions de dollars ont été signées dernièrement et d'autres, de 800 millions étaient sur le point de l'être. D'autre part, dans le cadre de la promotion de l'investissement privé, d'importants projets étaient sur le point de se concrétiser comme le Projet el Aouj ou la baie de Nouadhibou. De nombreuses banques qui ont demandé des agréments et les ont obtenus, étaient sur le point de s'installer en Mauritanie. Il ne s'agit ici que de quelques exemples qui me viennent à l'esprit. L'économie mauritanienne était prometteuse, mais malheureusement le 6 août, tout cela a été compromis.

Sur le plan diplomatique, la Mauritanie s'est hissée au rang des nations respectables. La Mauritanie a été citée à plusieurs reprises comme l'exemple d'une démocratie véritable et le Président comme un démocrate convaincu et un grand bâtisseur. Dans ce cadre, la Mauritanie a été intégrée tout dernièrement à l'UPM, bien qu'elle n'appartienne pas à la Méditerranée.

FLAMNET: Vous voyez-vous un rôle politique immédiat ou futur, un peu à la Benazir Bhuto, qui s'est dressée au péril de sa vie pour combattre les tombeurs de son père?

AMAL MINT CHEIKH ABDALLAHI : Merci pour la comparaison en espérant tout de même plus de chance à ma famille. Ce dont je suis sure, c'est qu'il y a dans la vie des combats qui méritent la peine qu'on les mène et que celui-là en fait partie.

FLAMNET: Quelles relations entretenez-vous avec le front national de défense de la démocratie et quel est le moral au niveau de la résistance de l´intérieur? Sentez-vous en sécurité en tant que membres de la famille du Président?

AMAL MINT CHEIKH ABDALLAHI : Je suis une partie intégrante de ce Front et j'ai un respect tout particulier ainsi qu'une grande considération pour ses leaders mais aussi pour tous ceux qui en font partie. Ce sont des personnalités comme celles-là dont la Mauritanie a besoin aujourd'hui plus que jamais pour se construire, pour se développer et pour sortir du gouffre multidimensionnel dans lequel elle se trouve depuis le 6 août.

Je ne me sens pas en sécurité tout simplement dans la mesure où aujourd'hui nous nous trouvons dans un Etat de non droit où l'arbitraire est la règle et où tous les pouvoirs sont confisqués par une poignée d'hommes. Comment voulez-vous que quiconque se sente en sécurité au moment où le premier magistrat de ce pays est détenu arbitrairement ?

FLAMNET: Que pensez-vous des FLAM et du site Flamnet?

AMAL MINT CHEIKH ABDALLAHI: Les FLAM ont toujours lutté avec force, et ce tout au long de leur combat politique, contre les atteintes aux droits de l'homme, l'impunité, le bafouement des libertés et les discriminations sous toutes leurs formes. Il est donc incontestable que ce mouvement ait joué un rôle primordial dans l'ancrage de certaines valeurs démocratiques et de respect des droits humains.

Concernant Flamnet, c'est un site d'informations complet, avec un contenu de qualité et très bien actualisé. D'ailleurs, il se trouve dans « mes favoris » et je le consulte très souvent.

FLAMNET: Les FLAM et d´autres organisations mauritaniennes de la diaspora et des réfugiés mauritaniens au Sénégal et au Mali ont condamné vivement ce coup de force, quel message lancez-vous à tous ces soutiens de l´extérieur et que pensez-vous de leur prise de position dans cette épreuve?

AMAL MINT CHEIKH ABDALLAHI : Je suis très fière que nos compatriotes aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur s'opposent avec la plus grande fermeté et une grande détermination à ce coup d'Etat. Je salue ce courage et il est évident que cet élan de patriotisme, manifesté avec force par toutes ces organisations, s'inscrit dans leur attachement indéfectible à la légalité, à la démocratie mais aussi notre unité nationale, objectif premier du Président de la République.

FLAMNET: Avez-vous un appel à lancer à l´opinion internationale, votre dernier mot aux mauritaniens....

AMAL MINT CHEIKH ABDALLAHI : Je salue tout particulièrement le courage des mauritaniens qui ont dit non au coup d'Etat. Dieu sait qu'il y en a eu beaucoup en Mauritanie. Celui là est le coup d'état de trop et c'est pour cela que l'on a vu pour la première fois, et malgré la répression, la violence, l'intimidation des forces de l'ordre, des manifestations gigantesques de soutien à la légalité (La Marche du Défi qui a été organisée le mercredi 13 août par le Front National pour la Défense de la Démocratie a rassemblé plus de 40.000 personnes). Aujourd'hui, le plus étonnant est que c'est la majorité des mauritaniens qui s'oppose à ce putsch et non pas le contraire. Et c'est pour cette raison qu'il a déjà lamentablement échoué. J'appelle donc tous les mauritaniens soucieux de la consolidation de notre unité nationale et attachés à la préservation de la légalité à s'unir autour du Front National pour la Défense de la Démocratie pour rétablir, dans les plus brefs délais la légalité constitutionnelle incarnée par le Président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi.

Je salue également la constance et la fermeté de la communauté internationale dans la condamnation de ce coup d'état ainsi que sa détermination au rétablissement de l'ordre constitutionnel, détermination qui recoupe les aspirations profondes du peuple mauritanien.

FLAMNET: Merci Amal et la lutte continue pour le triomphe de la justice et de la démocratie en Mauritanie.

Propos recueillis par Kaaw Touré et Ibra Mifo Sow.

Le 23 septembre 2008



http://www.flamnet.net/

Mardi 23 Septembre 2008 - 11:58
Mardi 23 Septembre 2008 - 12:44
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par hidiba le 07/10/2008 02:56
c est une femme courageuse
continuons le combat pour le retour a la legalite constitutionelle

2.Posté par mohamed le 16/03/2009 15:20
Amal comme tu es une belle fille IDEIDJBA je respecte ton point de vue .
mais la crise est plus profonde et plus compliquee.ton pere mr le PR dechu est le seule responsable de sa destitution . le jour ou il a permis l emergence des plus mediocres officiers . il a signe son mandat d arret le jour ou il s est deberrasse des 75 colonels plus enciens et plus sages et a concentre le pouvoir entre les mains de aziz - gazwani et la marionnette Felix.
Aucun officier ne trouve la peine pour le defendre car se sont ses hommes qui l ont trahi. le jour ou un danger est imminent il sera mis fin a ce cinema soyez rassuree.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 591