Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

La ministre de l’éducation s’adresse aux enseignants du supérieur en grève


La ministre de l’éducation s’adresse aux enseignants du supérieur en grève
Dans une conférence de presse organisée cet après-midi au Ministère de l’Education Nationale, la ministre de s’est adressée aux enseignants du supérieur en grève depuis ce matin dans le cadre de leur revendication, essentiellement, d’ordre salarial.

A cette occasion, Mme la Ministre, tout en reconnaissant la légitimité la grève observée par les enseignants du supérieur, a marqué « son étonnement face au déclenchement de cette grève à un moment où un dialogue est déjà lancé dans ne atmosphère de franchise».

Dans une déclaration rendue publique par le, Ministère de l’Education Nationale, il a été souligné que : «tout citoyen ayant à cœur les intérêts de nos enfants étudiants et la qualité de notre système d’enseignement ne saurait sacrifier toute une année universitaire, ce dont tous les étudiants de l’enseignement supérieur feront les frais».

voici, dans son intégralité le communiqué du Ministère de l'Education Nationale:

Communiqué du MEN :

Dans le cadre des objectifs fixés par le Département, en tête desquels figure l’amélioration des conditions des enseignants, et s’inscrivant dans le contexte d’une stratégie de réforme globale de l’ensemble des composantes et des niveaux de l’action pédagogique et académique dans notre pays, et fidèle à sa méthode d’ouverture complète, de communication permanente et de dialogue constructif, le Ministère a engagé, dés le premier jour, une série de rencontre avec le nouveau bureau du Syndicat Nationale de l’Enseignement Supérieur, pour étudier avec lui la plate-forme revendicative, tout comme il n’a cessé de le faire avec l’ancien bureau.

Le Ministère a entrepris d’étudier avec le plus grand sérieux tous les points figurant dans la plate-forme revendicative, et a présenté des propositions et des solutions pratiques à ce sujet.

Mais en dépit du sérieux et de la franchise du dialogue et des résultats concrets obtenus dés les premières séances, le Ministère a été surpris de voir le nouveau bureau lancer le 11 mars 2008 un avis de grève d’une durée de 45 jours consécutifs (c’est-à-dire le maximum autorisé par la loi) à compter du 13 avril 2008. Ce fut d’autant plus surprenant que le Département avait décidé de réserver une suite favorable à neuf des quatorze points avancés par le syndicat, et que le dialogue se poursuivait en vue de trouver des solutions satisfaisantes pour les autres revendications. En dépit de cette démarche inattendue, le Ministère a continué à chercher des solutions adéquates pour les points restants. Mais au moment où des progrès palpables étaient enregistrés dans ce sens, le département fut informé que le bureau exécutif refusait d’assister à la rencontre avec Madame la Ministre, initialement prévue le jeudi 4 avril, sous prétexte que ledit bureau avait réunion interne au même moment. Cela signifiait en clair la fermeture par le bureau exécutif de la porte du dialogue. Mais le Ministère a néanmoins déployé tous les efforts nécessaires pour convaincre le bureau de la nécessité de poursuivre le dialogue. Il s’ensuivit une rencontre, le mercredi 9 avril, au cours de laquelle les propositions du Ministère concernant chaque revendication furent présentées, étant entendu que le bureau exécutif du syndicat devait les communiquer aux adhérents de celui-ci, et tenir le département informé de l’avis des enseignants. Mais, le Ministère fut à nouveau surpris de voir le bureau entamer directement la procédure d’exécution de la grève dans tous les établissements de l’enseignement supérieur. Le Ministère estime que tout esprit objectif, ayant pris connaissance des propositions qu’il a avancées, et ayant vu l’atmosphère dans laquelle s’est déroulé le dialogue ouvert et fructueux entre le Département et le Syndicat, reconnaîtra qu’un travail sérieux a été réalisé, nonobstant la situation exceptionnelle que traverse notre pays. Le Ministre estime en outre que tout citoyen à cœur les intérêts de nos enfants étudiants et la qualité de notre système d’enseignement ne saurait sacrifier toute une année universitaire, ce dont tous les étudiants de l’enseignement supérieur feraient les frais.

Le Département, responsable à la fois des enseignants du supérieur, du secondaire et du primaire, ne peut envisager de prendre des mesures exceptionnelles en ce qui concerne les salaires des enseignants du supérieur, sans la généraliser aux autres, ce que le budget actuel ne pourrait supporter. Mais, malgré cela, il a fait des propositions positives par le biais d’avantages accordés à l’enseignement supérieur, qui se traduisent par une augmentation nette des salaires des enseignants du supérieur, au taux moyen de 33% du salaire brut.

C’est là un effort qui mérite une appréciation particulière, non point une grève ! En dépit, de tout ce qui s’est passé, le Ministère demeure convaincu que les enseignants du supérieur, élite du pays, eu garde à leur objectivité et à leur esprit de discernement- reconsideront l’attitude dictée par la situation sensible qui caractérise la présente étape de notre histoire. Ils ne seront jamais des éléments d’aggravation de la situation. Les portes du Ministère seront alors ouvertes comme elles l’ont toujours été à tout dialogue constructif et fructueux, reposant les réalités et les possibilités du pays, et non pas d’autres considérations, en dehors de ce cadre.

Ministère de l’Education Nationale
Nouakchott : le 13 avril 2008


Source: ANI
(M)

Lundi 14 Avril 2008 - 18:29
Lundi 14 Avril 2008 - 18:32
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 591