Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

La rafle policière se poursuit : Le Premier ministre constitutionnel ramené à Nouakchott


La rafle policière se poursuit : Le Premier ministre constitutionnel ramené à Nouakchott
M. Yahya Ould Ahmed Waghf le Premier ministre constitutionnel renversé par le coup d’Etat militaire du 6 août, qui était en résidence surveillée à Moudjeria, 500 km à l’Est de Nouakchott, a été ramené le 13 novembre dans la capitale mauritanienne, par la brigade chargée des crimes économiques.

Plusieurs autres personnalités ont été arrêtées le même jour dans le cadre de cette affaire présentée comme relevant de «détournements» .

Selon le procureur de la République Mohamed Abdellahi Ould Tiyeb, l’enquête engagée par les autorités militaires porte sur la gestion de la compagnie Air Mauritanie, en liquidation, et l’achat de produits alimentaires «périmés» dans le cadre d’un programme spécial d’intervention (PSI) engagé en 2007-2008 sous l’autorité de Ould Ahmed Waghf.

Le procureur, a affirmé détenir des "documents sérieux" sur ces deux affaires, dont ceux livrés par les liquidateurs agréés de la compagnie Air Mauritanie qui révèlent "des opérations de sape touchant les biens sociaux et des écritures comptables erronées ayant conduit à la faillite de cette compagnie". En plus du Premier ministre renversé, quatre autres anciens directeurs d’Air Mauritanie dont , Ould Hamoud, Ould Biye, Ould Khattri et Ould Vilali ont été arrêtés.

Au niveau du dossier ,relatif au PSI, la police a également interpellé Madame Hawa Djibril ex-commissaire adjointe au Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ainsi que Mohamed Ould Abidine directeur administratif du CSA et M. Camara, responsable des stocks du même commissariat.

Dans une conférence de presse, tenue mardi 11 novembre à Nouakchott, Yaghoub Ould Moine député RFD (pro-Putsch) président d’une «commission d’enquête» parlementaire sur le PSI, avait preparé le terrain affirmant que des "dépassements importants" ont entaché la gestion du PSI et que les résultats de l’enquête seront présentés lors de la réunion plénière de l’assemblée au cours d’une séance publique, en prélude à la présentation du dossier devant la justice. Curieusement, ce dossier a été finalement présenté à la justice avant le parlement.

Concernanat le dossier d’Air Mauritanie, les observateurs notent que les enquêteurs semblent se focaliser sur une période déterminée, ciblant essentiellement des gestionnaires opposés au putsch du 6 août dans ce qui s’apparente de plus en plus à une véritable chasse aux sorcières préconisée par de nouveaux «Blé Goudé» de la junte militaire.

Les deux uniques avions de la compagnie Air Mauritanie avaient été immobilisés le 5 septembre 2007 en France suite à une procédure engagée par International Lease Finance Corporation (ILFC), société américaine de crédit-bail pour un montant non remboursé de 2, 7 millions de dollars. Qui est réellement à l’origine des déboires d’Air Mauritanie, parmi la dizaine de directeurs généraux qui se sont succédés à sa tête ? Qui contracté la dette de l’ILFC? Qui a réellement profité de la liquidation d’Air Mauritanie ? Telles sont les questions auxquelles les enquêteurs se doivent d’apporter des réponses.

La mauvaise gestion, l’incompétence et les détournements des deniers publics figurent parmi les plus grands problèmes de la Mauritanie. Le Commissariat aux Droits de l’Homme à la Lutte Contre la Pauvreté et à l’Insertion (CDHLCPI) mis lui aussi en liquidation, dans le but de masquer dit-on, de très gros détournements, est, à cet effet, la plus grande illustration de la gabegie. Des subventions destinées à des ONG, étaient virées par le CDHLCPI dans des comptes de personnes physiques. Des financements ont été attribués à des auberges fictives. Des puits inexistants ont servi d’alibis pour décaisser des financements CDHLCPI. Idem pour des salles d’alphabétisation et des alphabétiseurs chimériques ainsi que des mutuelles de crédit factices.

"La bagatelle de 250 000 000 d’UM a été dilapidée au CDHLCPI dans le cadre d’un prétendu programme national de lutte contre la mendicité", avait conclu en 2006, l’Inspection Générale de l’Etat (IGE). Plus grave, la RABITA des Oulémas (association d’hommes de religion) était impliquée dans le détournement des fonds de ce programme de lutte contre la mendicité et avait à l’époque, sur injonction de l’IGE restitué au Trésor public, la somme de 10 000 000 UM.

Mohamed Abbe Ould Jeïlany, l’Inspecteur Général de l’Etat (IGE) qui avait succédé à Ould Horma , a été demis le 23 septembre 2008 de ses fonctions. Selon des sources médiatiques, un litige l’avait opposé à quelques hommes d’affaires, parents du Général Mohamed Ould Abdel Aziz, chef de la junte.

Ould Jeilany avait requis, -sans succès- auprès des autorités, l’usage de la force publique pour obliger certains opérateurs mis en cause à collaborer avec l’enquête. Sa demande était restée lettre morte. Et il a été viré.



___________
Source: TH
Vendredi 14 Novembre 2008 - 21:28
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Aissata le 14/11/2008 21:31
Ce général fait et fera n'importe quoi d'ici le 20 nov. pour se faire regarder pour ensuite dire regardez ceux qu'on arrete..... vous voyez pourquoi on a eu droit le 6 août. Mais non retourne à ta caserne général car tu n'as aucun droit parce que la démocratie AVANT TOUT. rassomblons nous pour dire, écrire, filmer et sortir de nos tiroirs le MAL de ce militaire général et des amis petits officers aux comptes de banque bien garnis avons-nous une idée dans quels pays se trouvent le comte de banque.......... oui .......

2.Posté par DIALLO le 15/11/2008 00:00
Moi je n'ai aucune considération pour ce WAGHEF durant toute sa carrière n'a fait que des faillites des Sociétés Mauritaniennes entre autres AIR MAURITANIE. comment peut-on un individu qui a mis plus 400 foyers dans la rue ? Pitié n'oubliez pas aussi la complicité de SIDI ET SA FEMME pour la liquidation d'AIR MAURITANIE en faveur de TUNIS AIR et BOUHAMATOU, c'est pourquoi je ne peux pas soutenir ni SIDI et son STAFF, ni AZIZ ET SA BANDE. Ma conscience ne me dicte pas ça tant qu'il ny aura pas de justice sociale . J'en ai marre à chaque fois qu'il ya un changement on oublie notre cause en faveur ces petits bedouins qui n'ont aucune considération pour nous. A BAS LES AMNESIQUES.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543