Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Le Général Abdelaziz défie l’Union africaine

Une rencontre est prévue avec l’Union européenne le 20 février prochain en vue de l’élargissement des sanctions aux pays du vieux continent. La liste de personnalités militaires et civils concernées par les sanctions devrait être établie promptement, indique-t-on à l’UA où l’on dit maintenir ouverte la porte du dialogue pour un «règlement pacifique ».


Le Général Abdelaziz défie l’Union africaine
Le conseil de paix et sécurité de l’Union africaine a décidé le 5 février de geler les avoirs financiers et de restreindre les déplacements des Généraux mauritaniens, auteurs du putsch du 6 août 2008 et de leurs soutiens civils et militaires.

La décision a été arrachée dans la douleur, après six heures de débat, au sein d’une instance africaine plus que jamais déchirée sur le thème de la démocratie. L’ambassadeur angolais, Manuel Domingos Augusto, qui présidait la réunion entend transmettre la mesure dès aujourd’hui au conseil de sécurité de l’ONU afin, dit-il, qu’elle soit « universelle ».

Une rencontre est prévue avec l’Union européenne le 20 février prochain en vue de l’élargissement des sanctions aux pays du vieux continent. La liste de personnalités militaires et civils concernées par les sanctions devrait être établie promptement, indique-t-on à l’UA où l’on dit maintenir ouverte la porte du dialogue pour un «règlement pacifique ». En attendant, appel est expressément fait aux Etats membres de l’instance africaine pour respecter «scrupuleusement » la décision.

Partie serrée

A noter qu’au moment même où les membres de l’Union africaine cherchaient un consensus sur ce dossier, à Nouakchott, l’heure était aux spéculations sur la candidature du Général Abdelaziz aux élections présidentielles du 6 juin 2009. Un agenda que le Haut Comité militaire (HCE) au pouvoir a fixé à l’issue des Etats Généraux de la Démocratie tenue le 9 janvier dernier et dont les conclusions ont été adoptées par les deux chambres du Parlement.

Malgré cet état de faits, la Mauritanie reste divisée en deux camps : celui du président du parlement, Messeoud Ould Boukheir, l’un des leaders les plus actifs du Front national pour la Démocratie (FND), partisan du rétablissement de l’ordre constitutionnel, et celui du vice-président du sénat mauritanien, Massène El Haj, qui fait office de première figure civile favorable aux militaires.

La partie risque d’être serrée d’autant qu’entre les deux extrêmes, l’opposition historique semble chercher sa voie. Cas notamment du RFD d’Ahmed Daddah, soutien des militaires aux premières heures du putsch, revenu à une position médiane depuis que la candidature du Général (laquelle n’est pas encore officielle) est devenue une éventualité.

Pendant ce temps, un groupe de députés acquis aux militaires réfléchit à la création d’un parti politique pour soutenir le Général Abdelaziz. En bon militaire, celui-ci sait mieux que quiconque, que la fuite, en avant ou en arrière, fait partie intégrante de l’art de la guerre.

source : Les Afriques
Samedi 7 Février 2009 - 15:31
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543