Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Ligne de Mire : dangereuse guerre identitaire en sourdine.


Ligne de Mire : dangereuse guerre identitaire en sourdine.
La Mauritanie, pays complexe, est en train de glisser lentement mais sûrement vers une dangereuse guerre de tranchées dont les tenants sont des extrémistes communautaristes des deux bords qui tissent dans leur noir Manoir, les intrigues d’un conflit de race qui risque de replonger le pays dans la violence.

La question est d’autant plus grave, que les acteurs d’un tel pogrom en perspective ne se cachent même plus pour étaler leur venin par média interposé. Cela devient encore plus grave quand les fossoyeurs de l’unité âprement gagné se dévoilent la face, cachant sous des titres ronchonnants, la face hideuse d’une haine viscérale contre tout ce qui est l’Autre.

Une déclaration, attribuée à un éminent Professeur d’histoire à l’Université de Nouakchott, est un de ces condensés communautaristes qui risque de se répandre parmi des étudiants formés à cette école de l’arabisme pur et dur, ces générations moulées au système de l’éducation séparée, gorgées de préceptes autres que celles que les pères fondateurs de la Mauritanie ont tenu à inculquer aux premières générations de Mauritaniens, la multiracialité de la Mauritanie et l’Islam comme ciment fondateur de la nouvelle Nation.

Tout cela est malheureusement en train de s’effriter laissant largement place à une poussée de haine raciale dont l’apothéose a été 89, et les années de braise qui l’ont suivi. Que prête-t-on à ce professeur ? Que les Noirs de Mauritanie sont en train de se tailler un pays aux confins Sud de la Mauritanie, pays qu’ils comptent baptiser «l’Etat Fouta Walo-Walo », ce qui pour lui serait un rêve du groupe de la Francophonie mauritanienne dont le prolongement naturel est le Sénégal voisin et qui compte exporter en Mauritanie les conflits des Peuls et des Toucouleurs à partir des pays du Sahel.

Et la source de poursuivre que notre éminent professeur aurait souligné que l’ancien président Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya avait toujours su freiner les velléités indépendantistes de ces franges en les frappant durement, allusion aux évènements de 1989. C’est dans ce cadre qu’il aurait demandé le retrait du récépissé de reconnaissance attribué au parti Alliance pour la justice et la démocratie AJD/MR que dirige Ibrahima Moctar Sarr, qualifiant ce parti de raciste.

Dans l’autre revers de la médaille, nous assistons aux démarches entreprises de l’autre côté par quelques défenseurs des droits des Haratines, des intellectuels et activistes de cette frange, qui à travers des organisations et des blogs, s’en prennent au pouvoir «Beïdane», un pouvoir qualifié d’esclavagiste et d’exclusiviste, appelant à la libération des «Noirs opprimés de Mauritanie ». De tels échanges de haine raciale se déroulent au vu et au su des autorités politiques et religieuses sans que des voix ne s’élèvent pour mettre frein à ces vagues dévastateurs.

Il est temps que les Mauritaniens oublient leur différence de couleur, leurs tribus et leurs fractions pour s’élever au dessus de toutes ces contingences, en revenant à l’enseignement coranique et à la Sunna du prophète. L’Islam est une religion qui transcende ces considérations et s’est distingué à travers les siècles à sa capacité à fédérer autour de ses nobles idéaux, des peuples aussi différents et des cultures aussi éloignées les uns et les autres.

Amar Ould Béja
source L'Authentique
Mercredi 28 Janvier 2009 - 10:11
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543