Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

Ousmane Abdoul Sarr, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Ngolo Diarra

Commissaire au compte Mme Diop Marième

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication










AVOMM

Mauritanie : Samba Thiam juge les intentions de Ould Ghazouani


Détente et non rupture avec le régime de Ould Aziz, une justice timorée qui tarde à jouer pleinement son rôle dans le cadre du rapport d’enquête parlementaire, un deuxième gouvernement trop hésitant et une restauration d’un état de droit qui tarde à venir. Quatre lectures principales du président des FPC sur la situation politique en Mauritanie dans un entretien accordé ce début de semaine au journal Le Calame à Nouakchott et sur lequel les observateurs reviennent.

Les sorties médiatiques du chef charismatique des FPC sont toujours suivies avec attention par les observateurs qui considèrent qu’il symbolise l’opposition antisystème et qu’il n’a pas sa langue dans sa poche. Il se proclame homme politique et non politicien. C’est un combattant de la liberté qui n’a pas l’habitude de louvoyer pour répondre à ses détracteurs de tous bords qui le rendent responsable de la scission de la CVE.

Sans langue de bois il donne régulièrement son avis sur les questions d’actualité en particulier sur la difficile cohabitation, problème numéro un mauritanien dont la solution est politique. Malgré la non reconnaissance de son parti il n’est pas indifférent au dialogue politique entre la majorité et l’opposition talon d’Achille de tous les locataires successifs du palais de Nouakchott et qu’il considère comme une fuite en avant de Ould Ghazouani malgré la normalisation de ses relations avec une grande partie de l’opposition sans lui et son ancien compagnon de cellule à Oualata le président de l’AJD-MR Ibrahima Sarr. Ce qui sur la scène nationale n’est pas une rupture avec le régime de Ould Aziz mais une décrispation politique qui a permis entre autre une union sacrée contre la covid-19.

Le président des FPC ne cache pas ses inquiétudes sur le feuilleton politico-judiciaire né du rapport de la commission d’enquête parlementaire qu’il attribue la seule nouveauté du régime la pratique du contrôle de l’action gouvernementale. Samba Thiam juge que la justice n’est toujours pas indépendante malgré les annonces du président mauritanien de séparation des pouvoirs et s’interroge si la justice sera rendue aux mauritaniens pour les préjudices subis. Après une année de gouvernance le professeur est dubitatif quant au deuxième gouvernement qu’il qualifie de fourre-tout avec des personnalités toujours indexées par l’enquête parlementaire. L’ancien prisonnier de Oualata est surtout choqué de l’absence d’Etat mauritanien responsable aujourd’hui de l’anarchie dans tous les domaines et en toute impunité.

Et il a toujours chaud au cœur de constater que 3000 dossiers de citoyens à Boghé attendent toujours d’être enrôlés. Une réalité pratiquement dans toute la vallée où les files indiennes devant les bureaux constituent des parcours de combattants en comparaison avec l’Inde qui compte son milliard d’habitants qui a pu régler le recensement biométrique en 4 ans et la Mauritanie avec 4 millions d’habitants entre dans sa dixième année. C’est une mauvaise volonté politique comme pour le règlement du passif humanitaire qui traîne depuis plus de trois décennies.

Yaya Cherif Kane Journaliste Rouen- France.
Dimanche 13 Septembre 2020 - 13:06
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 556