Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

Ousmane SARR, président

Demba Niang, secrétaire général
Secrétaire général Adjt; Demba Fall

Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Mariame Diop
adjoint Ngolo Diarra

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Conseillers; Kane Harouna
Hamdou Rabby SY










AVOMM

Mauritanie : le groupe de rap Diam Min Tekky interdit de concert pour la sortie de son album "30 ANS"


Le groupe Diam Min Tekky s’est vu interdire de concert pour la sortie de son album « 30 ans » prévue ce samedi 5 mars, à l’Arena de Sebkha, dans la banlieue de la capitale mauritanienne, a annoncé vendredi un proche du groupe de rap mauritanien.

« L’Etat mauritanien a décidé de retirer l’autorisation qui a été accordé par le hakem (préfet) de Cinquième au groupe Diam Min Tekky pour la sortie de leur album, le samedi 5 mars. […] », a indiqué dans une courte vidéo diffusée sur Facebook, Khally Diallo, porte-parole du collectif de rap, rentré mercredi soir en Mauritanie, après 10 ans d’exil en Belgique.

Dans son dernier album « 30 ANS », Diam Min Tekky rend hommage aux 28 militaires négro-mauritaniens tués à Inal, dans la nuit du 27 au 28 novembre 1990. Un évènement douloureux raconté dans le livre L'enfer d'Inal, par l'un des rescapés, Mahamadou Sy.

En novembre 1990, 250 prisonniers ont été conduits à Inal, mais seuls 96 auront la chance d'en repartir, selon des chiffres fournis par des organisations de défense des droits de l’Homme proches des victimes. Au total, des centaines de militaires mauritaniens noirs seront tués entre 1989 et 1991 dans le pays. Les tortionnaires sont eux protégés par la loi d'amnistie adoptée deux ans plus tard, en 1993 par l'Assemblée Nationale.

« L’état mauritanien nous interdit de faire un concert où on parle des évènements de 89 », a déploré Khally Diallo.

« Diam Min Tekky n’est pas un parti politique. C’est un groupe de rap. Nous ne sommes pas des bandits. Nous ne prônons pas la violence. Nous prônons la justice, l’égalité, un pays dans lequel où tout le monde a sa place. Nous avons aujourd’hui la preuve que l’ouverture démocratique tant criée par le pouvoir actuel n’existe pas », a-t-il encore rappelé.

En Mauritanie, le massacre d’Inal reste un sujet tabou. En 2015, une conférence sur la question organisée par le parti AJD-MR (Alliance pour la justice et la démocratie/Mouvement pour la Rénovation) a été interdite par les autorités.

Par Babacar BAYE NDIAYE
Journaliste à Cridem
Vendredi 4 Mars 2022 - 23:16
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 561