Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

Ousmane Abdoul Sarr, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Ngolo Diarra

Commissaire au compte Mme Diop Marième

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Projecteurs sur Mireille Hamelin une grande militante et amie fidèle de la Mauritanie

Dans ce numéro de Projecteurs de l’AVOMM, nous accueillons Mireille Hamelin, une grande militante, et une amie fidèle à tous les combattants de la liberté qui l’ont connue pour son implication active dans toutes les campagnes de dénonciation et de soutien aux victimes.

Cette rencontre est avant tout un témoignage de reconnaissance rendu à celle qui s’est sacrifiée pour cette cause et qui est demeurée fidèle à son esprit, luttant pour faire triompher la justice, la dignité et la liberté.

Une militante connue pour la générosité de son coeur et le dévouement de son amitié à ce pays qu’elle considère comme sa seconde patrie.

C’est aussi un coup de cœur aux nombreux ami(e)s de cette lutte dont on en parle malheureusement très peu et qui ont le mérite d’avoir contribué avec succès aux campagnes de solidarité qui ont sorti des limbes de l’oubli la cause des victimes.

C’est donc de son Québec natal que cette militante indépendantiste, marquée du sceau des destins exceptionnels nous parle de sa première visite en Mauritanie, de son engagement pour la cause des opprimés et de ses espoirs pour le règlement du passif humanitaire et le retour des réfugiés.

Med

L’entretien :


Projecteurs sur Mireille Hamelin une grande militante et amie fidèle de la Mauritanie
AVOMM : Pouvez-vous nous parler un peu de vous ainsi que des liens très forts qui vous lient à la Mauritanie ?

Mireille Hamelin : Avant de répondre à votre question je tiens à remercier sincèrement l’AVOMM pour cette invitation qui me va droit au cœur. Cette pensée est une preuve de votre grandeur d’âme et d’une très belle ouverture. Enfin aux lecteurs et aux lectrices, je mentionne dès le début que je ne possède pas la plus belle plume québécoise mais je promets la sincérité par mes réponses.

Mes liens pour la Mauritanie remontent à tant d’années. Cette question me rajeunit, me ramène à l’automne 1981, 26 ans et des poussières.

Mais avant il y a mon adolescence. Pensionnaire j’étais et je pensais toujours au loin qui est Ailleurs, l’Europe et l’Afrique. J’écrivais, dans un journal, au quotidien mes pensées qui bizarrement se dirigeaient vers l’Afrique, certainement grâce aux religieuses qui nous racontaient. Le temps passe et je voyage par mes études, mes lectures et mes questionnements du pourquoi Ici et pas Ailleurs. Grâce à mes études de piano j’interprète des pièces de Beethoven et de Bach qui consolaient mes anxiétés et mes doutes sur ma Vie. Avec eux je voyageais au rythme de mon propre quotidien. Si je parle d’eux c’est qu’ils ont été très importants dans ma vie. Sans ces notes de musique je n’aurais pu m’exprimer. Ici je remercie une maman et un papa qui ont sacrifié beaucoup pour que je m’exprime par la musique. Aujourd’hui, je sais encore plus qu’hier que l’Architecte de la Vie m’a bien indiqué un chemin, celui de ne pas vivre uniquement pour mon lopin de terre.

Au mois d’août 1981, mon travail et des connaissances me dirigent sur le terrain de l’Afrique. Soit un stage du Programme de Formation des Communicateurs Africains, un programme de l’ACDI, administré par l’Université de Montréal. Avec une équipe, c’est la préparation d’un stage pour faire en sorte que les stagiaires venant de 10 pays d’Afrique francophone vivent une formidable aventure.

C’est donc à l’automne 1981 que la Mauritanie s’est présentée à moi, honnêtement c’était pour moi un pays mystérieux, même secret. Parmi les stagiaires un jeune homme, Ibrahima Sarr. Ce sage jeune homme brillait par sa présence et ce respect envers tout le monde lors de son passage sur Montréal. Dignement, il représentait fièrement sa communauté. Ibrahima avait l’espoir de ses rêves. Déjà, je savais qu’Ibrahima quittait la terre québécoise pour faire en sorte que la communication télé soit belle et juste dans son pays. Depuis cet automne 1981, mon cheminement mauritanien n’a cessé de croître. Arrive l’été 1982, mon premier regard sur la terre mauritanienne. Par un voyage, taxi brousse, Dakar-Nouakchott. Depuis, des liens extraordinairement émotifs vivent avec moi. Je dirais même qu’ils ne seront jamais coupés, je les crois éternels.


AVOMM : On sait entre autres les liens d’amitié et de respect que vous aviez avec Ibrahima Sarr, comment avez-vous réagi quand vous avez appris qu’il a été incarcéré dans la prison mouroir de Walata par le régime déchu ?

Mireille Hamelin : Le brouillard s’est installé dans ma tête et dans mon cœur. La tristesse. La colère. La peur. C’était la nuit au Québec et j’entends sur Radio Canada International cette nouvelle. Mais rien n’était clair, qui avait fait quoi et pourquoi? Les communications étant difficiles à ce moment je ne pouvais donc téléphoner en Mauritanie. J’ai alors téléphoné à un ami qui était journaliste à Radio Canada afin qu’il se renseigne le plus vite possible. Il s’agit de Pierre Gobeil qui a travaillé avec nous lors du stage d’Ibrahima Sarr. 5 ou 6 jours après avoir entendu cette nouvelle Pierre me confirme son arrestation et les raisons de cet emprisonnement. A mes amis fidèles je partage cette nouvelle, des amis qui ont rencontré Ibrahima Sarr au Québec. Nous avons fait des téléphones un peu partout. Impossible de connaître plus. Tout était fermé venant de la Mauritanie. Là j’ai donc compris que mes amis de la Mauritanie n’avaient pas fini avec ce Système Taya. Nous avons téléphoné à RTS j’ai même eu un journaliste, Sileye N’Diaye qui ne m’a pas rassurée dans un premier temps, à ce moment il me dit nous croyons qu’il est mort mais rien n’est certain. C’est donc grâce à des amis journalistes à Radio Canada que je suivais cet acte barbare. Ensuite Amnistie Internationale a fait son boulot pour parler des ces arrestations racistes.


AVOMM : Etes-vous fière aujourd’hui du parcours du Président Ibrahima Sarr qui a mobilisé un très grand électorat à la Présidentielle?

Mireille Hamelin Si je suis fière? Bien sûr. Même très fière. N’est-ce pas un chemin de titan, le chemin d’Ibrahima Sarr. Certaines personnes écrivaient 8 %, pour représenter Ibrahima après les élections. J’ai protesté, ensuite j’ai laissé car finalement n’est-ce pas super 8 %. D’ailleurs, je sais très bien que cela veut dire beaucoup plus que 8 %. Ibrahima Sarr a pris son cœur, son esprit, son caractère, sa foi, sa personnalité pour arriver à ce résultat. Il est maintenant Président d’un parti et j’ose, ici, lui écrire en tant qu’amie fidèle prends bien soin de toi et que tes poèmes t’aident à vivre cette route, encore obstruée par tant de difficultés. De plus, ce qui est le plus frappant c’est que Ibrahima Sarr est demeuré lui-même, c’est-à-dire avec ses défauts et ses qualités qui font de lui un grand combattant pour la liberté depuis toutes ces années. Les résultats de ces élections ont déjà confirmé l’existence d’un certain progrès. J’ajoute, j’applaudis ce résultat qui ne peut qu’être bénéfique pour la cause des Noirs qui ont tant souffert sous le Système Taya. Enfin cela ne signifie pas qu’Ibrahima va renier les autres communautés, bien au contraire, il invitera tout le monde à se présenter vraiment afin qu’une vie meilleure existe dans ce pays au passé douloureux. Par contre, je crois vraiment que le poète, le journaliste, le militant, maintenant président d’un parti, doit faire très attention, à plusieurs points de vue. Cette politique qui mange les émotions et si souvent fausse ne doit pas ternir l’image de ce grand combattant qu’est Ibrahima. Bref, je suis fière de cette rencontre qui date de 26 ans et des poussières.


AVOMM : Vous avez beaucoup donné pour cette cause, votre temps, votre travail et votre argent, avez-vous l’impression que vos efforts n’ont pas été vains ?

Mireille Hamelin Étant donné que vous connaissez un peu ma vie de militante ‘’universelle’’ je vais vous répondre qu’aujourd’hui, décembre 2007, je suis heureuse d’avoir participé à aider des gens, des familles désirant la justice et la vérité pour la Mauritanie. Alors dans la mesure où la réconciliation qui prend forme aujourd'hui en Mauritanie est l'aboutissement de ce long combat, auprès d’amis et de camarades, je réponds je vais continuer d’aimer. Mais je me dois d’être honnête il y a eu des années et des moments difficiles, des doutes, des instants solitaires et de découragement. Surtout l’incompréhension des autres (du Québec) qui ne pigeaient pas trop pourquoi la Mauritanie. Mais la fidélité a parlé et je recommencerai demain pour continuer. Plus encore car au Québec, ces amitiés de 30 ans m’appuient. Alors Vive la Mauritanie.


AVOMM : On vous retrouve toujours aux cotés des militants les plus engagés, est-ce le tempérament de l’indépendantiste Québécoise qui s’exprime ?

Mireille Hamelin Non pas l’indépendantiste québécoise. C’est très simple : l’histoire de ma vie m’a donné cette chance de belles rencontres. Au gré des vents, des lumières, des pluies de la vie j’ai cheminé et rencontré ces militants et militantes. Chaque personne possède son histoire, dans mon histoire il y a ces belles rencontres. Je ne peux nommer toutes les personnes mais elles se reconnaîtront. Peut-être que votre question est juste, il y a à quelque part l’indépendantiste québécoise qui désirait ces rencontres. Pour partager des histoires.


AVOMM : Parlez-nous un peu de vos relations avec l’AVOMM et pourquoi le choix de cette association et non pas d’une autre ?

Mireille Hamelin Je réponds que je suis une amie, une camarade de l’AVOMM. Depuis quelques mois j’assiste l’AVOMM. Pourquoi l’AVOMM? Très simple, elle le mérite. Par mes valeurs, je rejoins cette association qui se veut généreuse et humaine. Il ne faut pas oublier que cette association est née à cause de meurtres commis par un système haineux. L’humain m’a parlé. Alors avec joie je soutiens l’AVOMM. Le bien se fait par cette association qui panse les plaies des veuves et des orphelins, par des actions réelles. Il est important que j’ajoute ceci : sans le respect que je voue au président Ousmane Sarr, je ne pourrais être auprès de l’AVOMM. C’est évident.


AVOMM : Selon certaines rumeurs vous vous apprêtez à participer à la deuxième édition de la caravane de la santé de l’AVOMM, est-ce vrai ?

Mireille Hamelin Oui, c’est vrai. Mais je ne peux vous en dire plus. Il s’agira de voir les conditions de mon côté et du côté de l’AVOMM, bien sûr de la Mauritanie.


AVOMM : Parlons maintenant des journées de concertations. A votre avis le Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi n’est-il pas entrain de jeter les jalons de la réconciliation entre les Mauritaniens ?

Mireille Hamelin Après avoir crié haut et fort contre un système haineux, celui de Taya et bien je suis heureuse de savoir que la démocratie débute en Mauritanie. Les journées de concertation ont apporté un regard nouveau sur la Mauritanie. Du Québec, nous constatons avec bonheur que le Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi respecte ses paroles. Aujourd’hui j’observe, en cette fin d’année 2007 et en ce début d’année 2008, l’énorme travail fait par les organisations des victimes et présenté à ces journées de concertation, je pense notamment à l’AVOMM, au COVIRE, au FONADH, aux organisations des réfugiés, au COPECO/89 Rim etc…


AVOMM : Maintenant si vous le permettez une question un peu personnelle, Aminata-Mymy sera-t-elle du voyage en Mauritanie, question de se familiariser avec son pays ?

Mireille Hamelin Aminata-Mymy ne sera pas de ce voyage, si vous parlez de la Caravane de la Santé. Elle étudie à l’université et travaille pour payer une partie de ses études. Donc elle ne peut s’absenter. Mais il est très proche ce jour qui fera en sorte que ma fille rencontrera son autre terre, aux si belles couleurs. Je serai si fière et heureuse. Je vous remercie pour cette question, ainsi je présente, finalement, ma princesse aux lecteurs et aux lectrices.


AVOMM : Les Mauritaniens et les Mauritaniennes vous connaissent surtout par le forum flamnet, peut-on vous demander de nous édifier sur vos relations avec les FLAM ?

Mireille Hamelin Avec plaisir, mes relations avec les FLAM existent depuis longtemps. Même avant d’être membre. Je sais c’est bizarre, mais c’est ainsi. Sans les FLAM je serais seule dans mon chez aujourd’hui à présenter les inégalités en Mauritanie. Il est vrai que depuis le tout début de Flamnet je suis une régulière du forum. Je n’ai pas hésité à me prononcer sur flamnet. J’ai eu droit à toutes formes d’agressions verbales mais avec les années elles n’ont plus d’effets sur moi, bien que souvent, venant de tous les côtés.

En fait, grâce aux lectures provenant des FLAM, j’ai accumulé des connaissances importantes pour présenter ce mouvement. Depuis des années je parle et chante les FLAM. Ce n’est pas un secret. N’est-ce pas un mouvement qui a fait en sorte que la cause des Noirs soit entendue partout, sur le plan national et international.

Avec les FLAM j’ai aussi des amitiés. Si je pense à Ibrahima Sall membre fondateur des FLAM. C’est en 1982, à Nouakchott, que j’ai fait la connaissance d’Habsa et d’Ibrahima et les 3 enfants. Dans leur maison j’ai été reçue comme une reine. Vous connaissez le reste de l’histoire de cette famille. Alors je suis très proche d’eux et de leur combat au sein des FLAM. Depuis, ils sont dans mes pensées au moindre petit souffle provenant du Fouta. Je n’ai pas honte de dire qu’ils sont des références pour ma fille, ils ont eu la gentillesse de la recevoir pour ses 18 ans. Ce moment de ma vie, je ne l’oublierai jamais. Cela l’a marquée et je vous avoue ici : Aminata-Mymy dans son discours elle dit : ma tante et mon oncle.


AVOMM : On vous a vue à Cincinnati au congrès des FLAM, le fameux congrès de la "déchirure", d'abord à quel titre étiez vous à ce congrès? Quelle lecture aviez vous de ce congrès ?

Mireille Hamelin Ouf, j’avais peur que vous me posiez cette question. Mais je vais y répondre. D’abord, je représentais la cellule devenue comité de base de Montréal.

Ce congrès a tremblé par ses émotions. Ce congrès ‘’déchirure’’ a aussi mis des cartes sur table. L’ambiance et le climat cohabitaient aux sons de certaines voix. Des amis – camarades se sont parlés franchement. Très difficile à entendre mais c’est ainsi un congrès sincère. Par la suite des écrits, des paroles ont été présentés un peu partout soit dans les salons, Internet et ailleurs. La mode Rénos a débuté quelques mois après ce congrès, encore aujourd’hui, je pense. Mais bon, ils doivent l’accepter n’est-ce pas que c’était leur choix. Cela fait maintenant 2 ans. Et je me revois encore à ce congrès. Une expérience que je n’oublierai jamais, jamais oui j’insiste jamais. Malgré ce qu’on a dit soit le mot déchirure ou querelle il y a eu un travail exceptionnel qui s’est fait sur place. Des décisions importantes, des changements importants. Des heures de discussion pour le bien-être de la cause ont apporté énormément. Je le sais. Je me permets de remercier ces gens qui ont su nous inviter à Cincinnati et qui a fait que ce Congrès soit chaleureux, malgré tout. Merci, c’était pour moi, la Québécoise, un immense plaisir de vous rencontrer tous et toutes. Merci ami(e)s, camarades.


AVOMM : Pour revenir à Mr Ibrahima SARR ,n'a-t-il pas prouvé que les FLAM n' ont plus aucune raison de rester à l' extérieur de la Mauritanie ?

Mireille Hamelin Je ne crois pas qu’Ibrahima ait voulu prouver quoique ce soit. Il avait fait un choix de lutter toutes ces années sur le terrain, et il l’a fait avec brio, mais les Flam aussi ont été d’un apport considérable, tout en étant à l’extérieur, ils ont sensibilisé, dénoncé et permis à la communauté internationale de connaître la vérité sur ce qui s’est passé, le travail des deux est, à mon avis, complémentaire et ils pourraient bien envisager un travail en commun quand les Flam rentreront, enfin je l’espère.


AVOMM : Merci Mireille d’avoir bien voulu répondre à notre invitation et nous profitons de cette rencontre, pour vous souhaiter, à toi et à Aminata-Mymy une bonne et heureuse année 2008.

Mireille : C’est moi qui vous remercie de tout cœur pour cette invitation. Je vous assure de ma présence qui ne cessera d’aimer la Mauritanie. Mes meilleurs vœux, les plus sincères, à vous tous et toutes. A tous les camarades, à tous les ami(e)s je vous invite au Québec, pour son 400e anniversaire, le coup d’envoi est ce soir à minuit. Un Québec qui a tenu bon. Preuve vous avez vu : j’écris en français. Bonne et heureuse année de ma part et de la part de ma fille Mauritanienne-Québécoise.


Propos recueillis par Adama Sarr et Mohamed Dogui

P.Diado


Projecteurs sur Mireille Hamelin une grande militante et amie fidèle de la Mauritanie
Dimanche 20 Décembre 2009 - 17:50
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Dans la même rubrique :