Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

Rétro/ A propos de la réunion des cadres ADIL


Rétro/ A propos de la réunion des cadres ADIL
Comment d’anciens dignitaires, hautement et authentiquement dépositaires de tous les maux dont souffre le pays peuvent-ils prétendre apporter des solutions salutaires à la crise que traverse la Mauritanie ? Ce regroupement en soi, est en contradiction flagrante avec toute volonté d’unité nationale.

Il est clair que des anciens hauts fonctionnaires, dont un ancien premier ministre et d’autres élus de la tradition politique qui se sont illustrés par le racisme, l’esclavage, l’exclusion, l’oppression et le détournement des deniers publics devraient vivre dans des cachots au lieu de se proposer au grand jour, comme porteurs d’une issue salutaire.

Pauvre Mauritanie qui regorge de cadres, brillants par leurs mensonges, leur incompétence, leur manque d’éthique pour chercher encore à revenir à des fonctions juteuses. Nos illustres anciens quelque chose n’ont-ils plus rien dans leurs comptes pour revenir encore dilapider les ressources financières publiques ?

Ces anciens dignitaires peuvent-ils convaincre les Mauritaniens et les Mauritaniennes de la nécessité de leur retour aux affaires ?

Le sens de la dignité, de l’honneur et de la moralité devrait plutôt les inviter à se présenter devant un tribunal pour être jugés par rapport à leurs délits: détournement des deniers publics et non-assistance à une composante nationale en danger. Il est moralement et religieusement inadmissible que ces hommes connus de la scène publique comme des prédateurs reprennent service.

Le peuple mauritanien tyrannisé, affaibli, meurtri et constamment humilié ne devrait pas accepter que ces barons de la médiocrité puissent refaire surface. Le minimalisme éthique et humain ne peut plus permettre l’acceptation de cette humiliation. Il est possible que de nouveaux médiocres tâtonnants et hésitants soient sur la scène publique et non des médiocres invétérés et récidivistes.

Il faut barrer la route à ces chevronnés du détournement qui n’ont rendu aucun service à l’Etat mauritanien. Il faut reconnaître qu’ils furent des cadres abonnés au manque de sens de l’Etat, indifférents à l’intérêt général et peu soucieux du service public. Non au groupe de Cheick Ould AVIYA, ancien premier ministre qui, comme d’autres, n’ont en rien aidé à la construction nationale.

La Mauritanie est encore à la recherche de patriotes qui croient un tant soit peu à l’humanisme, à l’éthique et aux valeurs du vivre ensemble. Une nation ne se construit pas sur le particularisme des appartenances, sur l’égoïsme des envies d’accumulation de richesses volées à la nation et sur l’incompétence.

En effet le groupe qui compose ADIL n’a pas à prétendre à intervenir à nouveau dans la sphère publique. Ils ont tous des comptes à rendre et des dommages à payer à la nation. Au nom de l’Etat, ils ont nui grandement à la société mauritanienne, ils feraient mieux de se taire. De toutes les manières, avec l’avènement d’un Etat de droit et d’un vrai régime démocratique, ils répondront tous de leur crime économique et de leur irresponsabilité à tous les niveaux.

Le rêve sempiternel d’une Mauritanie dont les caisses sont à vider à tour de rôle doit être révolu. Le groupe ADIL est d’un autre âge parce que ses membres demeurent attardés et persistent dans leurs réflexes népotistes, despotiques, dans le but de s’arracher une portion du gâteau qui est encore et toujours à partager dans leur imaginaire. Ces cadres n’ont pas tiré la leçon des décennies de malheur qui furent des années de faste pour eux et leurs proches.

Le groupe ADIL n’a-t-il pas encore pris conscience que la fin du règne du traditionalisme clanique et tribal a sonné le glas ? Le réalisme voudrait que tous ces anciens hauts fonctionnaires soient disposés à répondre devant la justice pour s’inscrire dans l’ère de l’exigence radicale et éthique du rejet de l’impunité. S’ils reviennent aux affaires, ils seront punis deux fois avec ceux qui vont les accueillir.

Le retour du groupe de Cheich Ould AVIYA ne sera porteur ni de paix, ni de sécurité encore moins de prospérité.

Messieurs les anciens dignitaires, calmez-vous !


SY Hamdou
Vendredi 26 Avril 2013 - 18:00
Jeudi 2 Mai 2013 - 14:35
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 588