Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

Ousmane SARR, président

Demba Niang, secrétaire général
Secrétaire général Adjt; Demba Fall

Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Mariame Diop
adjoint Ngolo Diarra

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Conseillers; Kane Harouna
Hamdou Rabby SY










AVOMM

SALIF SADIO, je reviendrai....

SALIF SADIO, CHEF D’ETAT-MAJOR « GENERAL » DU MFDC

« Je reviendrai à la maison après avoir chassé le Sénégal de la Casamance »
SALIF SADIO, CHEF D’ETAT-MAJOR « GENERAL » DU MFDC
« Je reviendrai à la maison après avoir chassé le Sénégal de la Casamance »


SALIF SADIO, je reviendrai....

<b>SALIF SADIO, CHEF D’ETAT-MAJOR « GENERAL » DU MFDC</b><br><br>

« Je reviendrai à la maison après avoir chassé le Sénégal de la Casamance » <br><br>



Salif Sadio, le chef de guerre du maquis casamançais rompt le silence. Il promet à son père de revenir au bercail quand il aura « fini de chasser le Sénégal de la Casamance… » Dans cet entretien exclusif accordé depuis son Qg, communément appelé l’état-major quelque part en pleine forêt casamançaise, au correspondant permanent de sud Fm Ziguinchor, celui qui se présente comme le chef d'Etat-major d’Atika, la branche armée du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc) déroule sa vision. Celle-ci est déjà connue, elle est même récurrente : « l’indépendance de la Casamance ici et maintenant ». À ce sujet, Salif Sadio qui ne reconnaît comme autorités que l’Abbé Diamacoune Senghor et Nkhruma Sané qu’il déclare être le seul adjoint « civil » de Diamacoune se veut intransigeant. Tout au plus concède-t-il des négociations en Europe, en France au Portugal ou en Angleterre et pour que le Sénégal « quitte la Casamance ». Apportant un démenti formel ainsi à sa mort plusieurs fois annoncée, même ici à Sud Quotidien, le chef de guerre réfute également les informations livrées récemment dans la presse concernant sa mise aux arrêts par des éléments du maquis. <br><br>



Salif Sadio, on vous a déclaré mort plusieurs fois. Récemment, la presse a fait état de votre arrestation par de jeunes combattants du Mfdc. Qu'en est-il de tout ça ?<br><br>

Je pense qu'aujourd'hui toute la lumière sera faite sur tout ce qui se dit sur ma personne. Je pense que, comme je l'avais dit à la dame de Radio France internationale (Rfi), Diane Galliot ; Jésus-Christ m'a tellement appris à me ressusciter que je suis devenu plus fort que Jésus que lui-même je meurs, je me ressuscite. Je pense que tout ça ce sont des bobards. Vous êtes vous-même témoin de la réalité, si c'est à partir de mon petit tombeau que vous êtes en train de m'interviewer ou pas. Vous en êtes témoin. Mon nom fait peut-être frémir certains au point que le Sénégal pour tranquilliser les cœurs de certains ou même de remonter le moral des troupes fomente de pareilles rumeurs. Je n'ai pas grand-chose à ajouter parce que ce n'est pas la réalité.<br>
On parle aussi de votre arrestation par de jeunes combattants. Qu’en dites-vous ?
Vous êtes témoin : je suis là avec mes hommes et si un seul est armé c'est mon garde du corps lui il n'est que simple garde du corps (rires), ça nous l'avons appris à partir des ondes de votre radio, mais vous êtes témoin, c'est tout à fait faux. Vous allez m'excuser du terme : moi je ne fais pas confiance à cette presse.<br><br>

Pourquoi n’avez-vous pas réagi ?<br><br>

Ce silence ? Pour apporter un démenti, il faut avoir confiance en une radio ou en une presse qui est libre de dire ce qui se passe. Regardez ce qui se passe : on ne fait plus parler l’Abbé ou N'kurumah. En écoutant certaines de vos émissions comme "espace paix", une fois j'ai entendu certains de tes confrères s’exprimer, j'avais regretté d’avoir prêter l’oreille. Car je me disais que le métier de journaliste est un métier noble mais quand j'entends certains dire qu'on ne doit pas donner la parole au Mfdc, parce qu'on va internationaliser le mouvement et dans d'autre pays quand un journaliste a des problèmes, on crie à l'injustice. Je veux bien rencontrer des journalistes à condition que ces derniers fassent bien leur travail. Vous avez la chance aujourd'hui de venir me tester, on va voir la suite....<br><br>

On reproche au Mfdc de ne pas communiquer lorsqu'il y a des braquages. Vous ne sortez pas de communiqué.<br><br>

C'est vrai que le Mfdc ne communique pas. Mais le voudrait-il, ce sera à partir d'où puisque les radios beaucoup plus libres comme Rfi, le Sénégal ne veut pas qu’elles nous soient accessibles. Il n'a jamais voulu qu'un journaliste vienne interviewer le Mfdc. On l'a vu avec Diane Galliot lorsqu'elle est venue me rencontrer pour la première fois elle a été déclarée personna-non gratta, il y a aussi Sophie Malibeau. Communiquer oui, mais à partir de radio fiable et de journaliste remplissant les vertus et les qualités d'un journaliste digne de ce nom.<br><br>

Pourtant il y en existe au Sénégal<br><br>

Oui, évidemment. Oui peut-être que nous avons un Ibrahima Gassama et puis il y a tant d'autres qui n'ont pas la facilité de parvenir à nous. Je me rappelle l'année où l’on a voulu censurer Sud Fm, parce que Ibrahima Gassama était en train de dire ce qu'il voyait. Il vaut mieux parfois se taire que de multiplier des problèmes aux innocents. En vérité, nous ne refusons pas de communiquer. L’Abbé Diamacoune, quand il communique, on censure tout ce qu’il dit et l’on ne laisse paraître que ce que l'on veut. Parfois des choses qui ne sont même pas réelles. On préfère faire parler ceux qui ne représentent rien dans le Mfdc, sinon leur propre personne.<br><br>

Quels sont vos rapports avec l'Abbé Diamacoune ?<br><br>

Il reste notre Secrétaire général, notre leader. Nous continuons d’avoir des contacts. Il reste pour nous, l’interlocuteur valable du Mfdc qui lutte pour chasser un Sénégal envahisseur de notre territoire. À partir de vos radios, on entend des gens qui viennent de toutes les poubelles du monde qui se réclament du Mfdc, alors que nous ne reconnaissons que Diamacoune qui est Secrétaire général du Mfdc et non Président, car notre mouvement n'est pas un parti politique pour avoir besoin d'un président et je ne pense pas Diamacoune soit nommé à l'insu de son maquis qui constitue la force du mouvement. Notre leader est donc l’Abbe et son adjoint est Nkrumah Sané. C'est ça la constitution réelle du Mfdc.<br><br>

Vous êtes souvent absent des instances des grandes décisions...<br><br>

Nous n'allons pas nous mêler à ces promenades de Banjul 1 Foundiougne, que sais-je encore. Ce n'est pas inclus dans le programme du Mfdc. Le seul intérêt, c'est que cela permet à l’Abbé d'étirer ses muscles et de se promener. Dans sa prison où il est, il ne peut pas voir au-delà de sa fenêtre. Ces rencontres n'engagent nullement la Casamance qui s'est soulevée pour chasser le Sénégal envahisseur, encore moins le maquis du Mfdc du vrai Mfdc car le Sénégal en a fabriqué beaucoup contre le Mfdc. Nous ne nous mêlerons pas de ces promenades et c'est le Sénégal qui est en train de dépenser son argent. C'est son affaire. Ce qui nous regarde et qui est la condition sine qua non, c'est le retrait du Sénégal pour que la Casamance retrouve la paix au vrai sens du mot.<br><br>

Pour vous donc, la seule condition qui vaille est le retrait du Sénégal ? <br><br>

La condition est unique : c'est le départ des Sénégalais de chez-nous. Les préalables sont que le Sénégal accepte de s'asseoir avec le Mfdc pour de vraies négociations en pays neutre, hors d'Afrique même. À ces rencontres, et si le Mfdc le veut, je peux m'y rendre, mais pas à ces promenades de Foundiougne, de Banjul ou Bissau. Celles-ci ne sont pas notre affaire.<br><br>

Certains évoquent cependant des questions de sécurité pour expliquer vos absences aux rencontres de paix...<br><br>

Rien que bobards ! Salif ne se mêlera pas de ces promenades et quiconque se réclamera d'une mission de Salif à ces rencontres ne dit pas la vérité. Salif n'enverra jamais un combattant à de pareilles promenades, ni se déplacera. Jamais quelqu’un se réclamant de moi ne le fera. Salif Sadio n'acceptera que lorsque cela se fera dans le vrai sens d’une négociation sérieuse en territoire neutre.<br><br>

Vous pensez à un pays particulier ?<br><br>

En Europe par exemple : la France qui est la puissance protectrice de la Casamance et c'est cette France qui détient tout. Si les choses se font la-bas comme avec les Ivoiriens ça ira. Ce sont eux qui détiennent beaucoup de dossiers à partir desquels nous aurons la confirmation de ce que nous réclamons. Il y a aussi le Portugal qui a été la première puissance coloniale à venir ici avant les Français qui sont venus chez-nous 183 ans après l'installation portugaise en Casamance. Si cela se passe dans des pays comme ces deux-là, il n'y a pas de problème. Il y a aussi l'Angleterre puisque eux aussi sont passés en Casamance.<br><br>

On fait état de divisions au sein du Mfdc avec ses différents cantonnements ; les guerres internes. Tout comme de la volonté des jeunes qui en veulent aux chefs de prendre le pouvoir au sein du maquis. Qu'en est-il ?<br><br>

Le Mfdc n'est pas divisé, du moins le Mfdc qui se bat pour chasser le Sénégal et qui est uni autour de l’Abbé son leader et de Nkrumah Sané. Parler de division au sein du Mfdc c'est peut-être méconnaître les choses. Quiconque se réclame de Diamacoune et de Salif Sadio ne prendra pas les armes contre ses frères. Ceux qui se rebellent contre Salif Sadio le font parce qu'ils sont manipulés. Le Sénégal sachant qu'il ne va pas gagner la guerre fait des manipulations, la corruption avec la complicité hier de la Guinée-Bissau avec Koumba Yalla, nous n'en tenons pas compte. Le Sénégal a créé des Mfdc et veut faire du Sénégal un autre Rwanda.<br><br>

Salif Sadio il faut quand même reconnaître qu'il y a une accalmie. Le président Wade l'a dit, il est prêt à mettre beaucoup d'argent pour reconstruire la Casamance, si la dynamique se poursuit. Que pensez vous de ces efforts de l'Etat ?<br><br>

Écoutez, je pense bien que le Sénégal ou Abdoulaye Wade n'ont pas plus de fortune que Georges Bush et les Américains ne sont pas en train de construire l'Irak. Il y a toujours des pluies d'obus sur l'Irak. Cette reconstruction ne nous engage pas. Une Casamance qui n'a pas été construite depuis le départ des Français, ce n'est pas aujourd'hui, qu'on va le faire. Ce ne sont là que des manipulations que nous n'avalerons jamais. Wade est un avocat et ce sont de grands comédiens : les avocats. La reconstruction, le développement, ça ne nous regarde pas.<br><br>

Serez-vous prêt à rencontrer Me Wade ?<br><br>

Le rencontrer ou ? Il peut venir avec son M6 et moi avec ma kalachnikov me rencontrer sur un champ de bataille. Le rencontrer, pourquoi ?Si Wade veut rencontrer quelqu'un qu'il vienne le faire avec son prisonnier Diamacoune ou N'krumah. Il peut envoyer ses militaires qui sont en train de nous provoqués. Si c'est pour rencontrer les soldats sur le terrain, alors là...(rires)<br><br>

Certains responsables du Mfdc, Jean Marie Biagui par exemple pensent que la solution ne peut être militaire donc politique. Il a proposé la transformation du mouvement en parti politique...<br><br>

Il ne connaît rien du Mfdc. C'est un ignorant, un chasseur de fonds. Ce n'est pas un programme du Mfdc. L'objectif final du Mfdc : c'est de chasser le Sénégal de la Casamance un point, un trait. Les Asoumana Badji, je ne sais pas d’où ils viennent. Si vous demander a Jean Marie ou Ansoumana de venir me rencontrer en tant que journaliste, est-ce qu’ils oseront le faire ? Ils ne représentent que leur personne. Ces gens-là sont autour de l'Abbé pour confirmer que le Mfdc n'est pas crédible.<br><br>

Et si l’on parle des vidéo-cassettes que le président Wade vous aurait fait parvenir ? <br><br>

S'il y a quelqu'un qui m'a rencontré, en dehors de la femme de Rfi, Diane Galliot et peut-être, d'autres étrangers ou Français, c’est vous Ibrahima Gassama de Sud Fm. Tout le reste n’est que mensonge. Peut-être de retour chez-vous, vous direz à Wade, je ne sais même pas si c'est lui qui vous a envoyé (rires), mais j'ai reçu Ibrahima Gassama en tant que journaliste de Sud Fm, c'est tout. Ceux qui disent qu'ils m'ont rencontré ne sont que des chasseurs de fonds.<br><br>

Un accord de paix a été signé le 30 décembre 2004 à Ziguinchor lequel a été suivi de la rencontre de Foundiougne. On parle également de Foundiougne 2 Cependant, on semble dire que si le processus de paix ne connaît pas des avancées significatives c’est à cause des dissensions internes au Mfdc. Partagez-vous une telle assertion et quelle est votre position sur ces différends accords ? <br><br>

Salif Sadio n'a jamais été tenu informer de cela. Et Diamacoune sachant bien que c'est Salif son chef de guerre, sachant que c'est le maquis qui constitue la force principale de notre mouvement et qui fait de lui le Sg du Mfdc, je ne pense pas qu'il puisse entreprendre des choses sérieuses sans au préalable rencontrer son maquis pour harmoniser les positions ou alors requérir les avis des combattants. Donc s'il y a des accords, cela ne concerne nullement le Mfdc. Ce n'est pas un programme du Mfdc. S'il y a des choses qui se sont tenues à Ziguinchor, cela ne nous engage pas. Diamacoune est traîné pour y participer ou pour des remises de drapeaux aux lutteurs. Il ne l'a pas fait en toute liberté. Au Sénégal, le prisonnier n'a aucun droit, le Sénégal ne respecte pas les droits des prisonniers politiques ; exemple avant l'arrestation de Idrissa Seck, je suis vos radios, il a déclaré n'être atteint d'aucune maladie et il sait pourquoi il l'a dit. Ce qui se passe la -bas il le sait car il a été Premier ministre. Qu'en sera t-il avec un Diamacoune qui n'a pas de liberté même pas pour aller voir ses parents ? Il est toujours séquestré. Tous ces accords ne nous engagent pas. Ce qui nous engage c'etait le cessez-le-feu sacré de 1993. C'etait en accord avec le maquis un cessez-le-feu que le Sénégal a violé si nous avons gardé le silence c'est par stratégie et par respects des instructions données par notre Sg l’Abbé Diamacoune qui a l'habitude de nous dire de ne pas agresser les premiers cependant de nous défendre. Ne soyez pas comme des poules mouillées, défendez vous comme des panthères, nous a-t-il recommandé.<br><br>

Qu'est qu'il faut pour une paix durable en Casamance selon vous ?<br><br>

La solution la plus simple, c'est le départ du Sénégal. S'il y a des préalables c'est s'asseoir autour d'une vraie table de négociations, d'une table libre dans un pays neutre. pas la Guinée-Bissau qui nous tire dessus, ni la Gambie qu'on accuse souvent de soutenir le Mfdc.
Il n'y a pas de pays plus neutre que la France. Le Portugal, l'Angleterre. Si je dis la France, celle là même qui arme le Sénégal contre le Mfdc, je l'ai dit aux Français. La France qui a pourtant signé des traités de protectorats avec la Casamance, l'histoire en prend acte.<br><br>

Les populations disent être victimes d'exactions souvent attribuées à vos hommes ainsi que certains braquages. Que répondez-vous ?<br><br>

Evidemment les populations disent quelles sont les victimes d’exactions. Vous en tant que journaliste qui vivez à Ziguinchor vous n'êtes pas sans savoir qu’il n'y a pas longtemps que des éléments du Groupement mobile d’intervention (Gmi) de la police ont été arrêtés en train de braquer une station service. Il y a des choses qui se font et comme on le dit chez nous : on attribue à l'hyène tout ce qui est mauvais. Le bouc émissaire c'est toujours le Mfdc. Je ne dis pas que le Mfdc est innocent parce que nous sommes en guerre et je commande des gens nombreux. Les populations ne doivent pas croire à ce qu'on leur dit toujours. Tout n'est pas fait par le Mfdc dont on salit parfois le nom. Maintenant, je demande aux populations de pardonner leurs fils que nous sommes pour les dérapages qui seraient le fait du Mfdc.<br><br>

On parle de 21 millions Fcfa qui quitteraient chaque mois la présidence pour le Mfdc et son maquis, notamment de ses quatre cantonements (2 au nord 2 au sud). Confirmez-vous une telle information ? <br><br>

Pour toute personne douée d'intelligence, cette information est erronée. Tout le monde sait que ce n'est pas vrai. Je ne peux pas nourrir mon ennemi. Allez donc chercher ceux qui reçoivent ces millions. C'est pour justifier les dépenses effectuées dans les chantiers de Thiés. Le Sénégal doit donner des preuves palpables pour édifier ces concitoyens. C'est plutôt pour vendre vos journaux comme on l'a fait sur ma jambe qui serait amputée. Regarder mes pieds lequel est coupé? Je crois que Ibrahima Gassama va lever le rideau sur ce qui se dit sur Salif Sadio. Si c'est à partir de ma petite tombe que vous êtes en train de m'interviewer, faites le savoir dés votre retour.<br><br>

Que pensez vous des hommes qui s’occupent du dossier casamançais, notamment le Général Fall et Latif Aidara ?<br><br>

Je ne les connais pas. Demandez-moi plutôt ce que je sais de Diamacoune qui gère le dossier.<br><br>

Quels sont vos rapports avec les autres chefs Kamougué Diatta ou ceux de Kassolol ?<br><br>

Quiconque se voudrait un combattant se réclamant de l'Abbé ou de Salif Sadio n'aura aucun problème avec moi.<br><br>

Et avec les pays voisins comme la Guinée-Bissau, la Gambie ?<br><br>

Ce sont des rapports que j'ai trouvés depuis ma naissance. Tous les pays de la sous-région ont de bons rapports avec la Casamance. Il n'y a pas d'autre lien. J'ai été invité en Gambie par Yaya Jammeh par le biais du défunt Général Mané. Yaya a voulu me rencontrer. Il voulait ma présence pour faire ma connaissance et me réconcilier avec le Sénégal. Je lui ai répondu qu'il n'y aura pas de paix tant que les Sénégalais continuaient à occuper la Casamance. Pour la Guinée-Bissau, j'ai envoyé des éléments combattre parce que le Sénégal avait envoyé ses troupes aux cotés de Nino Viéra pour l'aider à en finir avec la rébellion. C'est le Sénégal qui a transféré la guerre en Guinée-Bissau. Lorsque le Sénégal s’est replié, nous sommes revenus. Nous ne sommes pas allé pour aider la Guinée-Bissau.<br><br>

Que dites-vous du retour de Nino Viera?<br><br>

Il est revenu pour la Guinée-Bissau. Ce n'est pas mon affaire. Notre affaire ; c'est la Casamance.<br><br>

Avez-vous des contacts avec votre famille, votre Père ?<br><br>

Très rarement. Il y a plus de 20 ans que mes parents ne m'ont pas vu, d'ailleurs certains de mes frères ne me connaissent pas.<br><br>

Votre Père demande pourtant votre retour…<br><br>

Je reviendrai lorsque j'aurai fini de trouver ce que je cherche c'est-à-dire lorsque j'aurai fini de chasser le Sénégal de la Casamance, je reviendrai à la maison. Il n’y a pas de problème. <br><br>

Salif Sadio, le mot de la fin ?<br><br>

Je salue mes parents et tout le peuple casamançais de l'océan Atlantique à la Falémé. <br><br>



Propos recueillis par <i><b>Ibrahima GASSAMA</b></i> <br>
(Sud Fm Ziguinchor) sud quotidien <br><br>



Mardi 25 Octobre 2005 - 18:27
Ibrahima GASSAMA
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 558