Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

Ousmane SARR, président

Demba Niang, secrétaire général
Secrétaire général Adjt; Demba Fall

Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures

Mme Rougui Dia, trésorière

Chargé de l’organisation Mariame Diop
adjoint Ngolo Diarra

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

Conseillers; Kane Harouna
Hamdou Rabby SY










AVOMM

Sénégal: tollé après le refus d'enterrer une griotte dans le cimetière d'un village


Plusieurs organisations des droits de l'Homme s'indignent au Sénégal après l’interdiction, par un chef de village, d’enterrer une femme issue de la caste des griots dans le cimetière de la localité.

L'incident s’est passé le 25 décembre, à Pout Dagné, dans la région de Thiès. Une « discrimination » inacceptable pour Sadikh Niass, secrétaire général de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l'Homme.

Le refus d'enterrer une griotte dans un cimetière de Pout Dagné, au Sénégal, le 25 décembre n'est pas isolé, d'après la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (RADDHO), la Ligue sénégalaise des droits humains, AfrikaJom Center et Amnesty International Sénégal.

Ces quatre associations soulignent qu’un fait similaire s’était déroulé dans le même village en 2019, et qu'il était « resté sans conséquences de la part des autorités étatiques ».

Sadikh Niass, secrétaire général de la RADDHO, estime qu'« on ne peut pas accepter que, dans un village, on puisse interdire à des habitants d'enterrer leurs morts ». « Il y a ceux qui se font appeler les ''griots'' et il y a les autres, les ''nobles''. Et il se dit que les ''griots'' ne peuvent pas enterrer leurs morts à côté des ''nobles'' car cela pourrait provoquer le malheur dans le village. Ce sont des croyances qui ne sont pas de notre temps », affirme-t-il au micro de Charlotte Idrac.

« Nous lançons un appel aux autorités pour que force reste à la loi. Pour qu'elles se mettent du côté des victimes, et non pas du côté de ceux qui veulent opprimer toute une communauté et leur demander d'enterrer leurs morts à dix kilomètres de la localité. Les édiles religieux ont aussi leur mot à dire, pour affirmer que cela n'a rien à voir avec la culture islamique ou chrétienne. On ne peut pas accepter encore, au XXIe siècle, ces formes de discriminations, ces genres de pratiques d'une autre époque », ajoute Sadikh Niass.

RFI Afrique -
Jeudi 30 Décembre 2021 - 03:52
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 561