Liste de liens

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

*Ousmane SARR, président
*Demba Niang, secrétaire général
*Secrétaire général Adjt; Demba Fall
*Alousseyni SY, Chargé des relations extérieures
*Mme Rougui Dia, trésorière
*Chargé de l’organisation Mariame Diop
*adjoint Ngolo Diarra
*Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication
*Chargé de mission Bathily Amadou Birama
Conseillers:
*Kane Harouna
*Hamdou Rabby SY










AVOMM

Alger : M. Belkhadem reçoit le vice-président du mouvement Tawassoul de Mauritanie


Alger : M. Belkhadem reçoit le vice-président du mouvement Tawassoul de Mauritanie
M. Abdelaziz Belkhadem, ministre d'Etat, représentant personnel du Président de la République, a reçu jeudi passé à Alger le vice-président du mouvement Tawassoul de Mauritanie, M. Mohamed Gholam Ould El-Hadj.

"Je suis venu en qualité de délégué du Front national pour la défense de la démocratie (FNDD) et je suis très heureux d'avoir rencontré M. Belkhadem et de lui avoir expliqué la situation suite au coup d'Etat rejeté par le peuple mauritanien, position qu'il a exprimée à travers la marche organisée hier (mercredi)", a déclaré à la presse, M. Ould El-Hadj l'issue de l'audience.

Saluant "la compréhension exceptionnelle" de M. Belkhadem, M. Ould El-Hadj a ajouté "l'avoir remercié pour la position de l'Algérie en faveur de la légalité et de la constitutionnalité en Mauritanie".

Le mouvement populaire contre le coup d’Etat s’amplifie

La campagne de dénonciation du coup d'Etat du 6 août en Mauritanie continuait jeudi, les protestataires demandant le rétablissement de l'ordre constitutionnel et la préservation de la démocratie, au lendemain de la convocation par les militaires d'une session du parlement considérée comme "nulle" par le président de l'Assemblée nationale, M. Messaoud Ould Boulkheir.

Condamné par la communauté internationale dont les 15 membres du Conseil de sécurité de l'Onu qui ont exigé la "libération immédiate" du président renversé, M. Sidi Ould Cheikh Abdellahi, ce coup d'Etat fait craindre aux Mauritaniens "un lendemain incertain" et "une propagation de l'anarchie et de la famine dans le pays", notamment après la menace de plusieurs institutions internationales de geler les aides prévues pour ce pays. Après plusieurs marches et manifestations organisées par la société civile et des parlementaires qui ont exprimé leur attachement à la légalité constitutionnelle, une autre marche de protestation a eu lieu mercredi dernier dans la capitale mauritanienne.

S'exprimant à la faveur de cette marche, des responsables de partis politiques ont pressé les auteurs du coup d'Etat "à remettre le pouvoir au président démocratiquement élu et le rétablir immédiatement dans ses fonctions". Le président de l'Union des forces du progrès (UFP), Mohamed Ould Mouloud, a déclaré devant la foule présente que "les militaires ont imposé au peuple mauritanien un régime anticonstitutionnel et confisqué les libertés et la démocratie".

Selon des médias reçus à Dakar, les manifestants ont brandi des pancartes et scandé des slogans glorifiant le président renversé. "Non à la remise en cause des acquis de l'unité nationale. Nous réclamons le retour à l'ordre constitutionnel par le rétablissement du président Sidi Ould Cheikh Abdellahi dans ses prérogatives", ont notamment revendiqué les manifestants selon des sources médiatiques.

Plusieurs députés mauritaniens issus de quatre partis politiques avaient pris la décision de mettre sur pied un Groupe parlementaire pour la Défense de la Démocratie (GPDD), rappelle-t-on. Les parlementaires issus du Pacte National pour la Démocratie et le Développement (PNDD-ADHIL), de l'Alliance Populaire Progressiste (APP), de l'Union des Forces de Progrès (UFP) et de Tawassoul ont exprimé leur refus du coup d'Etat militaire contre le président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi qui se trouve actuellement en résidence surveillée à Nouakchott. Ils ont également appelé à la libération "immédiate" du président renversé et réclamé son rétablissement dans ses prérogatives constitutionnelles, invitant, par ailleurs, "les forces vives du pays, en particulier les députés et les élus à refuser toutes les solutions antidémocratiques".


_________________
Source:elmoudjahid
(M) avomm


Samedi 23 Août 2008 - 04:58
Samedi 23 Août 2008 - 05:05
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 589